mercredi 12 septembre 2012

Vent de folie... par Flora

    Les nouvelles de Hongrie ne cessent d'être de plus en plus alarmantes. Je ne reconnais plus mon pays d'origine... Je voudrais croire qu'il vit seulement une période de folie latente mais qui prend de l'ampleur car elle est encouragée par le laxisme sinon l'accord tacite des dirigeants. Cette folie est due à la crise économique mais aussi à une crise d'identité quasi permanente.
   Les Hongrois ont souvent vécu un sentiment de déchirement entre leurs lointaines origines asiatiques et une aspiration les poussant vers le soleil couchant... Et nous sommes maintes fois restés coincés à la lisière des deux mondes... Pas tout à fait dans les Balkans, ni dans l'Europe chrétienne non plus... Tiraillés. Dernièrement, en arrière par la conquête soviétique, puis poussés vers l'ouest par la chute des murs... Enflammés, crédules souvent, méfiants au fond de l'âme... Pays écartelé entre Turcs et Habsbourg, trahi souvent par ses propres fils. Se révoltant de façon héroïque et suicidaire, avec le panache d'un Szondi György qui courait vers sa perte assurée, pour nous laisser son nom.
   L'Europe ? Nouvel espoir déçu. Pour une fois, une adhésion volontaire et non pas une domination camouflée en fraternité dont le déguisement démagogue dissimulait à peine les haines et les ressentiments rentrés, attisés depuis des siècles. Le droit du plus fort persiste, en dépit des apparences plus démocratiques. Les gens ont l'impression qu'au lieu du Canaan espéré, leur pays est bradé et il ne sert que l'élargissement des marchés des pays occidentaux pour qu’ils puissent écouler leur camelote... Prix occidentaux pour revenus tiers-mondistes... De plus, le nivellement d'avant où (presque) tout le monde était logé à la même enseigne, pas riche, certes, mais non plus misérable, est remplacé par des différences brutales entre enrichis et glissés dans le dénuement. Une liberté payée au prix fort qui nourrit des nostalgies...
   Je sais que la période des crises successives n'arrange rien. Pourtant, un élargissement hâtif de l'U.E. avant même la création d'une structure politique capable de mieux absorber les chocs dus à une globalisation échevelée et vorace, dominée par les lois de la jungle - et bientôt par des crises bien plus violentes à venir, celles de l'eau et de l'énergie - nous fera payer bien longtemps les dégâts...

Le blog de Flora en français

Flora magyar blogja


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire