dimanche 28 avril 2013

Posture, imposture

"Posture ou imposture ? Telle est la question cette semaine, après la parution de l'article d'Yves-Michel Riols évoquant la "posture gaullienne de Viktor Orban" dans le supplément "Géo & politique" (Le Monde daté 14-15 avril). Une vraie-fausse analyse faite à l'occasion des trois ans du retour au pouvoir, le 25 avril 2010, du dirigeant hongrois et de son parti de droite, le Fidesz.

Notre journaliste campe d'emblée la Hongrie en "laboratoire des bouleversements du continent européen". Il parle de "posture gaullienne" pour décrire "la volonté d'en découdre, une fois pour toutes, avec l'héritage communiste, un scepticisme prononcé envers une forme de capitalisme mondialisé et un farouche attachement à l'indépendance nationale" du ministre-président de Hongrie. Et pousse le bouchon jusqu'au bout en soulignant "la similitude du parcours des deux hommes ; de la Résistance à l'occupant, en passant par une traversée du désert et un retour triomphal au pouvoir, porté par un sursaut national et l'ambition de rompre avec un ordre ancien discrédité"." La suite sur lemonde.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire