dimanche 29 juin 2014

Les mouvements d’avant-garde dans les années 1920 - Institut Culturel Hongrois, Paris jusqu'au 12/07)

« (…) Il n’y a pas de dernière révolution, les révolutions sont infinies » - Evgueni Zamiatine, Nous autres.
Jusqu’au 12 Juillet l Institut Culturel Hongrois accueille une exposition consacrée aux avant-gardes hongroises du début XX. L’approche, didactique, propose en filigrane une réflexion sur les modes d’information, les échanges artistiques (idées, revues, œuvres, correspondances) et leur influence sur les lignes éditoriales, ainsi que les conditions de diffusion des courants d‘avant-garde en Europe. Une manière de rendre hommage aux revues qui les ont présentées, ces avant-gardes, et qui, de fait, ont largement contribué à leur développement et leur épanouissement. Avant leur quasi-disparition en 1929. Des revues laboratoires. Lorsqu‘il s‘agit d’évoquer l’imprégnation de ces avant-gardes en Hongrie, impossible de passer outre Lajos Kassák, une des figures majeures d’une scène culturelle hongroise particulièrement prolifique en ce début XX. Tellement qu’elle est le troisième centre européen de ces avant-gardes, après Berlin et Zürich. Lajos Kassák y est au cœur de ces avant-gardes. Simultanément défricheur, découvreur, médiateur, passeur, et relais de ces courants modernistes en Hongrie. Kassák l’autodidacte. L’ouvrier métallurgiste; « camarade et ami » de Tristan Tzara. Auteur de L’homme approximatif, et génie Dada. Kassák qui, après une période de purgatoire, regagnera, au cours des décennies, ses couleurs et son alphabet." La suite sur culturopoing.com

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire