samedi 21 juin 2014

Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas, d’Imre Kertesz - Dernières représentations au Théâtre de l’Oeuvre

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 17h
Dernière le dimanche 29 juin.

Offre spéciale aux lecteurs du Blog des Mardis hongrois

Pour bénéficier de l’OFFRE SPECIALE cliquez-ici
1ère catégorie : 27€ au lieu de 34€
2ème  catégorie : 22€ au lieu de 27€
3ème  catégorie : 16€ au lieu de 19€
Offre limitée, selon les places disponibles.



La presse :
Les Echos
Un choc artistique, philosophique et émotionnel
Jean-Quentin Châtelain joue de toutes les notes pour exprimer les nuances subtiles du propos. Avec son drôle de phrasé traînant où perce l’accent suisse, il donne le poids d’une vie à chaque mot. Mieux, il parvient à exprimer l’indicible par la fièvre de son regard, par sa gestuelle crispée, s’agrippant de toutes ses forces aux feuilles de son manuscrit-prière. Puisque seuls survivent les mots, l’homme, lui, est à tout jamais un fantôme….Le public sidéré est plongé dans une transe tragique. Jean-Quentin Châtelain est salué comme il le mérite -triomphalement. On sort anéanti du théâtre, mais convaincu de la nécessité d’un tel spectacle. Pour soi, pour les autres. Pour dire encore et encore l’horreur qui nous menace, il est urgent d’aller voir ou revoir  Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas  au Théâtre de l’Oeuvre.
Le Figaro
Il n’y a pas de mots pour dire la force bouleversante de ce moment de haute littérature, de grand théâtre, d’interprétation prodigieuse. Il n’y a que de pauvres mots qui demeureront impuissants à traduire le sentiment de vertigineuse profondeur qui saisit tout spectateur de ce Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas… Vous sortirez le cœur chaviré, mais parfois vous aurez ri, d’un bon grand rire franc… Jean-Quentin Châtelain, avec ce très léger accent, ce timbre unique et envoûtant, nous conduit sur un chemin de crête, vertigineux.
Télérama
Jean-Quentin Châtelain  épouse avec puissance, finesse, et parfois humour, toutes les inflexions, les ramifications, les cassures. Entièrement habité, comme hanté, l'acteur porte ce texte à l'incandescence, exprimant ainsi l'amputation définitive de celui qui a connu les camps d'extermination.
La Terrasse
L’absurdité de l’antisémitisme, la mécanique totalitaire, autant de thèmes essentiels rarement explorés avec autant de densité et d’acuité. Une œuvre à écouter d’urgence.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire