jeudi 25 septembre 2014

Budapest dément réprimer ses citoyens

"Le gouvernement hongrois a rejeté mercredi des déclarations du président américain incluant le pays dans la liste des États portant atteinte aux libertés.
Dans une rare mise en cause d'un pays membre de l'Union européenne, le chef d’État américain a estimé mardi, lors d'un discours à New York, que «de la Hongrie à l’Égypte, des renforcements continus de la réglementation et des intimidations ouvertes visent de plus en plus la société civile». Ces déclarations «ne sont pas basées sur des faits», a réagi mercredi le ministère des Affaires étrangères hongrois, soulignant que «le peuple hongrois est un peuple épris de liberté, qui ne tolérerait aucune restriction à sa liberté»." La suite sur lessentiel.lu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire