jeudi 18 septembre 2014

Le commissaire hongrois sacrifié pour l’exemple?

"Louis Michel ne décolère pas. "Le silence assourdissant et la passivité des milieux européens face aux dérives du gouvernement hongrois m’alarment", dit-il. Son groupe - l’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe (ALDE) - voulait un débat lors de la plénière qui s’est tenue cette semaine à Strasbourg. Il ne l’a pas obtenu, en raison de l’opposition des conservateurs du Parti populaire européen (PPE, auquel appartient le parti Fidesz du Premier ministre hongrois Viktor Orban) et de celle, plus étonnante, du groupe des sociaux-démocrates (S&D). Pour l’eurodéputé belge, ce front uni n’est qu’un révélateur de plus de "l’union sacrée" qui lie conservateurs et socialistes depuis les élections de mai dernier. Une alliance qui s’est déjà manifestée dans la répartition des postes de commissaires européens." La suite sur lalibre.be

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire