mardi 14 octobre 2014

Films muets hongrois 18 novembre 2014 à partir de 20h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

La majeure partie de la production cinématographique hongroise des années 1910 s’inspirait des événements de la Première Guerre mondiale. Aujourd’hui, moins de 20 % de ces films subsistent. Ils représentent des documents d’une valeur inestimable sur ce conflit mondial. Ces dernières années, plusieurs d’entre eux ont été numérisés et restaurés dans le cadre de projets européens. Deux films muets importants et rares seront projetés à l’occasion de la commémoration du centenaire de la Grande Guerre. Az utolsó éjszaka (La Dernière nuit) de Jenő Janovics est un mélodrame remarquable de l’époque des films muets. Il a été réalisé en 1917, dans les studios Transylvania, fondés par Janovics à Kolozsvár. Az obsitos (Le Vétéran), œuvre de Béla Balogh, date également de 1917. Les rôles principaux du film ont été joués par deux compagnons de guerre de Balogh, Attila Petheő et Otto Torday. Les deux acteurs ont dû d’ailleurs ensuite retourner au front.
Le Vétéran (Az obsitos) 64'
Pour fuir une déception amoureuse, un jeune homme quitte sa maison natale et rejoint l’armée. Il se bat pendant des années aux côtés d’un compagnon d’armes fidèle, originaire du même village. À la fin de la guerre, celui-ci retourne au village avec la nouvelle de la mort de son ami mais la famille le confond avec le défunt et il n’a pas le cœur de les décevoir…
La Dernière nuit (Az utolsó éjszaka) 65'
Malgré ses succès au cabaret, Gitta est malheureuse car elle vit loin de sa famille. Son nouveau concubin commence par vendre ses bijoux, puis il entreprend de vendre Gitta elle-même. Quand la guerre éclate, elle retourne dans son pays, mais sa famille est introuvable. Son mari est mort, son fils disparu. Elle se fait embaucher par un théâtre de la capitale où elle est applaudie chaque soir par un mystérieux inconnu…
Entrée libre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire