lundi 13 octobre 2014

Mon histoire avec Jouja par Alain Dodeler

Depuis 1986, année où j'ai découvert la Hongrie
partout chez les gens chez qui je passais et
demandais à écouter de la musique hongroise
autre que du folk
il y avait du Jouja*.

Du coup cette voix, et jolie image (de la pochette de disque)
étaient devenues pour moi, le symbole de la Hongrie vivante.
La chanson Ha en rozsa volnek, surtout
une fois que l'on me l'avait traduite.
Cette chanson (musique) sera même ce qui indirectement
me conduira à Sziget, mais c'est une autre histoire...

Et donc au cours des années 90, pendant la guerre en Yougoslavie
je me trouvais en Hongrie, genre un mois de mai, et
en lisant des affiches dans la ville, je découvre qu'il y aura
un concert de soutien aux enfants réfugiés organisé
par je ne me souviens plus quel organisme genre ONU.
Concert avec entre autres Jouja.
Mais évidemment le samedi ou dimanche où je devais rentrer,
et je décide donc de changer mon billet d'avion,
pour enfin voir La Madame.

Le jour dit, je vais donc à Taban, pour écouter le concert
et là je tombe par hasard sur l'organisateur qui est un français
responsable du programme " Onu" .
Je lui demande si je peux faire des photos
il me répond que oui, me file un pass, et me voilà
donc " all acces " du festival.

Évidemment je bosse l'ensemble en attendant Jouja
et enfin elle arrive.
Il faisait super froid pour un mois de mai,
elle était un peu malade, et nous échangeons quelques banalités.

Concert, juste quelques chansons et c'est déjà fini pour elle.
Je l'attends en coulisse et lui demande son adresse pour pouvoir lui envoyer
des images, gentiment elle me la donne
quelque part coté Buda.

Le monsieur français m'avait dit que le soir les artistes se retrouveront dans un resto
du coin et m'invite aussi, donc me voilà content.

Festival fini, direction le resto, mais hélas Jouja, n'est pas là car
malade, et je passe la soirée avec tout un tas de musiciens dont je connaissais
la musique mais que je n'avais jamais rencontré.
Bon moment.
Le lendemain, avion Paris et développement des films,
tirages et envois au monsieur et quelques autres.

Mais finalement les photos de Jouja, je les garde
en me disant que comme je retournerai fin juillet pour
mes vacances puis Sziget, et bien je les lui apporterai.

Fin juillet, Budapest et donc direction les collines de Buda
je sonne à l'adresse écrite sur mon petit papier,
Jouja m'ouvre, me fait entrer,
elle était en train de travailler avec un musicien
m'offre un café et nous bavardons un peu,
elle parle français, c'est pratique pour moi.
Je lui dis que son concert était à ce jour pour moi
le plus cher de tous ceux que j'avais vu, Rollings stones
compris, car le changement de billet d'avion coûtait un max.
elle trouve cela incroyable
et je lui explique ce qu'elle représente pour moi,
cette Piaf hongroise, car présente partout dans toutes les familles
comme à l'époque, la petite grande Edith ici en France.
Donc on discute quelques minutes, je finis mon café, elle m'offre
et me dédicace un disque et je m'en vais tout content de cette rencontre.

Par la suite nous nous croiserons quelques fois.

Et donc l'an dernier elle faisait partie de ces artistes qui avaient rendu
hommage au chanteur de République .

Je n'ai pas scanné les images du concert à Taban, donc voilà juste
une du concert de l'été dernier.

Le alain batchi

Le site d'Alain Dodeler : alain-dodeler.fr 

* Zsuzsa Koncz

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire