mardi 29 décembre 2009

Cela se passe tout près de chez nous...


Depuis plusieurs mois, Claude Weisz, cinéaste, habitant de Bobigny a cherché à alerter les autorités sur les conditions d'insalubrité dans lesquelles vivent actuellement des familles roms tout près de la Préfecture de Bobigny, entre le Canal de l'Ourcq et la voie ferrée. Ses interventions étaient restées sans succès jusqu'à ce jour.
Chacun se renvoyait la balle. Les terrains appartiennent à Réseau Ferré de France..., c'est la ville... c'est au département... c'est à l'Etat d'agir...
Des articles de presse bakchich.info et les nombreux courriers adressés par Claude Weisz aux différents élus de Bobigny, du Conseil général de la Seine Saint-Denis, au ministre du Développement Durable ont fini par porter leurs premiers fruits. Madame Catherine Peyge, Maire de Bobigny a répondu : "Les problèmes que vous y abordez sont très sensibles car il s'agit d'hommes, de femmes et d'enfants qui vivent dans des conditions indignes de notre siècle...
Nous allons donc : procéder à nouveau, à une campagne de nettoyage des terrains, faire installer des toilettes chimiques là où elles manquent. Nous mettrons également à disposition des containers selon des périodes bien définies et ce, quels que soient les propriétaires des terrains..."

2 commentaires:

  1. Bonjour Jean-Pierre et bien naturellement avant toute chose: Bùék -:))

    Je me permets de poster ici, quand bien même le lien que je souhaite vous indiquer soit de nature différente, quoique d'une certaine façon tout aussi kafkaïen:
    -- zut; voilà qu'on ne peut plus copier de lien ici - depuis ce changement de configuration de votre blog que j'observe aujourd'hui (hier, à l'oeil, la config était différente)!--

    Alors voyez le journal Le monde du 30/12/09: un point de vue de Michka Assayas (qui est cité plusieurs fois ici à l'occasion du festival de littérature hongroise en 2007 - écrivain et producteur sur France-musique), dont le titre est: "comment j'ai perdu mon identité nationale"; il est de père fr, et d'une mère réfugiée hongroise de Szolnok - et son propos me semble très intéressant, et je suis presque sûr qu'il vous intéressera aussi.

    Comme l'article est ancien de quelques jours, il vous sera peut-être plus facile d'y accéder par Google: notez le nom de l'écrivain + le début du titre et vous y accèderez directement.

    Bien à vous
    (et en espérant que vous pourrez rétablir la fonction copier/coller - merci)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour michartpoesho et bien naturellement BUÉK.
    Merci pour l'information dont j'ai fait un petit article.
    Désolé pour les gênes occasionnées par la nouvelle présentation du blog des Mardis hongrois.
    J'ai été contraint de revoir sa mise en forme suite à un problème technique et j'en ai profité pour changer un tout petit peu sa présentation. Mais il faut encore que je peaufine certains détails et que je republie tous les liens que j'ai perdus au changement de forme.
    Concernant la fonction copier/coller je vais tenter de trouver la solution.
    Bien cordialement
    Jean-Pierre

    RépondreSupprimer