mercredi 30 décembre 2009

Hongrie : d'un oubli à l'autre

"Dans ce pays encore marqué par les souffrances de l'histoire, la démocratie est en train de se briser. La classe politique y est tellement démagogique qu'une extrême droite ouvertement antisémite s'apprête à faire un score inquiétant aux prochaines élections.
Téléphone d'une amie, en Alsace : «Je suis effarée, me dit-elle, parce que, dans l'hôpital où je travaille, le personnel soignant qui vote à gauche refuse de se faire vacciner contre la grippe A (H1N1), en signe de protestation contre Sarkozy. Leur devoir n'est-il pas d'abord de se protéger, pour protéger leurs patients ?» À Budapest, c'est le contraire : les gens de droite refusent de se faire vacciner, en protestation contre le gouvernement de gauche. Parfois, en voyage, l'on est confronté à ce genre de reflet, qui vous oblige à prendre un peu de recul. La fanatisation de la vie politique que je perçois en Hongrie m'en offre l'occasion..." La suite de l'article sur lefigaro.fr du 28 décembre 2009

4 commentaires:

  1. Bonjour, Jean-Pierre. J'ai lu l'article du Figaro qui confirme ce que je ressentais, de façon floue et atténuée, dans la chaleur familiale, en province. C'est déchirant; je ne serai jamais assez détachée de la Hongrie (que j'ai quittée voilà 35 ans...)

    RépondreSupprimer
  2. bonjour,
    Je passe plusieurs mois par an en Hongrie....hélas j'ai ressenti ces phénomènes dont parle cet article
    Evidemment ,40 de dictature communiste stalinienne puis à la mode Kàdar ,ont étouffé toute possibilité de travail historique libre,l'absence de démocratie a empéché un travail de maturation de la société...
    Ceci dit ,que les rancoeurs issues du traité de trianon se manifestent encore ,je le comprends un peu;imaginons ce qui se serait pâssé en France si elle avait perdu la guerre de 14,qu'en plus de l'alsace lorraine il avait fallu céder d'autres territoires à l'Allemagne!!!on en parlerai encore
    Quant aux frustrations liées au fait qu'une grande partie de l'économie hongroise soit passée aux mains de groupes étrangers...après la domination soviétique,la domination des
    "multik",on n'en sort pas!
    Ce que je trouve dangereux ,c'est le jeu classique de l'extrême droite qui utilise ces
    sentiments pour agiter le chiffon rouge du bouc émissaire "juif"....certains sites sont atterrants
    Et pourtant je continuerai à aller en Hongrie
    ......

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Flora, oui cet article est un peu terrifiant et il confirme ce que j'entends ici ou là par des amis ou ce que je lis dans la presse hongroise. Mais, sans vouloir entrer ici dans une analyse détaillée de la situation politique, j'ai tendance à penser que les dangers redoutés ne sont pas là où on les évoque, mais plutôt dans la continuité d'une même politique qui sera, à n'en pas douter, assurée par l'autre camp (FIDESZ) après sa victoire pronostiquée au printemps prochain. Les agitations de l'extrême droite pourraient alors s'avérer n'avoir été que des diversions ayant eu une fonction d'exutoire. L'avenir proche nous le dira...
    Ceci dit, les manifestations antiroms, antisémites ou racistes tolérées par la législation hongroise constituent un vrai problème et une honte pour ce pays que nous aimons.
    Je vous souhaite une belle et heureuse année 2010.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Paul, et merci pour votre contribution. Je crois effectivement que le "travail" sur l'histoire n'a jamais été fait en Hongrie. Ceci dit, l'histoire est celle des gagnants, elle n'est que la vision du passé vue au travers du prisme déformant de l'idéologie de ceux qui dominent le pays à un moment donné et a pour fonction de justifier leurs finalités. Hier, les dictatures fascistes horthystes, nazies et staliniennes, aujourd'hui... je vous laisse apprécier.

    RépondreSupprimer