lundi 18 mars 2013

BALANÇOIRES ET MONTAGNES RUSSES par Flora

Les balançoires et les manèges des fêtes foraines de mon enfance ! Manège qui tourne, enivrant, si poétique, si poignant annonciateur de tragédie dans le film de Zoltán Fábri (présenté avec succès au festival de Cannes en 1956)...
Je n'aurais jamais osé monter dans le petit siège qui s'envolait au bout de deux chaînes, semblant si fragile ! J'étais aussi trop jeune pour y être autorisée. En y repensant, je ne peux m'empêcher d'y voir un peu le symbole de ma vie, à la témérité plutôt mesurée... Question de tempérament, sans doute.
Une seule fois, je me suis sentie de toutes les audaces : je devais avoir 5-6 ans, la fête s'était installée au cœur de notre gros bourg, étendu paresseusement le long de la Tisza. Le printemps encore timide commençait à réchauffer les corps engourdis. Avec mon frère, de deux ans mon cadet, nous avons pris place dans une balançoire, sorte de grosse barque faisant le va-et-vient sous les encouragements des parents. Mon frère, saisi de vertige, s'est ratatiné au fond de la barque, pour voir le moins possible du paysage qui tanguait. Moi, debout sur des jambes maigrelettes, je me suis senti pousser des ailes, pour montrer à mon poltron de frère, ce qui est le vrai courage ! Il faut dire qu'en temps normal, physiquement, il me dominait, malgré la différence d'âge en ma faveur.
J'arrive encore à ressusciter avec netteté ce sentiment enivrant dans ma mémoire. Je me sens la poitrine gonfler de fierté en même temps que de vent printanier, les joues roses et les cheveux au vent: je pousse sur les jambes, afin que la barque s'élève de plus en plus haut dans le ciel !
Où sont les manèges d'antan ? Je regarde les spectaculaires montagnes russes qui donnent des frissons, accompagnés de cris de frayeur délicieuse. De toute évidence, l'essentiel n'est pas dans les prouesses techniques qui les rendent de plus en plus sophistiqués, destinés à fouetter l’adrénaline...
L'essentiel est dans ces sillons fugaces qu'ils laissent dans nos mémoires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire