dimanche 17 avril 2016

Les lettres hongroises de Peter Gardos

"Roman - Le réalisateur Peter Gardos retrace l'étonnante rencontre de ses parents, rescapés des camps. Un succès international.
"Toute ma vie, j'ai rêvé de devenir un réalisateur international, et c'est avec mon premier livre que je franchis toutes les frontières", remarque, songeur, Peter Gardos. La preuve: les droits de son roman, La Fièvre de l'aube (plein d'espoir, bel exemple de résilience), se sont vendus, fait exceptionnel pour un Hongrois, dans 35 pays depuis sa présentation à la Foire du livre de Londres 2015 - en France, c'est Maggie Doyle pour Robert Laffont qui emporte la mise.
Ironie de l'histoire, c'est dans le grand hôtel Nemzeti de Budapest, où il tournait des scènes de son premier long-métrage, Uramisten (1984), qu'il nous reçoit aujourd'hui, sous le regard pétillant de sa mère, Agnes, 90 printemps, véritable héroïne de cette aventure." La suite sur lexpress.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire