dimanche 19 novembre 2017

L’Italienne à Alger en première à l’Opéra de Budapest: un bain de jouvence roboratif.

Par Pierre Waline
"Toujours la même histoire. Une belle captive livrée par des pirates à un pacha lassé de son épouse, en mal de se procurer une nouvelle âme soeur. Et, comme par hasard, la belle de retrouver là son amant, esclave du pacha. Ledit esclave que le pacha entend pousser dans les bras de sa malheureuse épouse pour s’en débarrasser. Suit une cascade de péripéties débouchant sur une mascarade destinée à neutraliser l’attention du pacha: intronisé dans l’ordre italien des „papatacci”, celui-ci ne remarque pas que, pendant ce temps, le couple amoureux s’est envolé." La suite sur francianyelv.hu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire