samedi 15 décembre 2018

À Budapest, une mobilisation contre le « droit à l’esclavage »

"Explication - La forte flexibilisation du temps de travail, autorisée par une nouvelle loi, inquiète les Hongrois, qui ont déjà un des niveaux de vie les plus bas d’Europe.

► Que s’est-il passé mercredi 12 décembre dans la capitale hongroise ?

C’est suffisamment rare pour être souligné : 1 500 à 2 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée devant le parlement hongrois, à Budapest, ont crié des slogans hostiles au pouvoir, ont fait résonner des sifflets et des sirènes. Parmi ces manifestants, plusieurs se sont symboliquement mis à genoux en face de rangées de forces de l’ordre pour symboliser le fait d’être « devenus esclaves ».
Colère sans lendemain ou prémices d’un mouvement ? Cette petite foule protestataire, dans laquelle se trouvaient des membres de l’opposition politique au premier ministre Viktor Orban, présent à l’intérieur du parlement et apparu visiblement impassible aux bruits extérieurs, a fait pression devant l’édifice pour contester l’adoption le jour même de lois controversées sur la justice et sur la flexibilisation du temps de travail. Les manifestants ont également tenté d’investir le siège du Fidesz, le parti du premier ministre au pouvoir depuis 1990." La suite sur la-croix.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire