lundi 17 décembre 2018

En Hongrie, une attaque injustifiée contre la liberté de l’enseignement

"Au lendemain de la chute du mur de Berlin, un jeune investisseur, George Soros, d’origine hongroise, s’organise pour qu’une nouvelle université, la Central European University (CEU), voie le jour à Budapest. La vision était claire et les buts avoués : les pays de l’ex-URSS communiste devaient avoir à leur disposition des jeunes formés selon les plus hauts standards universitaires et selon le concept de pensée critique afin d’exercer le leadership qui leur reviendra au sein de leurs pays en transformation. La société ouverte de Karl Popper devait devenir une réalité. Le rôle de l’enseignement supérieur au sein des régimes démocratiques en émergence était considéré comme incontournable et nécessaire. Aujourd’hui, près de trente années plus tard, ce rôle des universités est plus important que jamais ; celui de la CEU l’est particulièrement." La suite sur ledevoir.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire