mardi 25 décembre 2018

Politique - L’illibéralisme n’est pas franchement social

"Le pouvoir hongrois s’est d’abord attaqué aux journalistes et aux juges, avant de s’en prendre aux droits des salariés. Un grand classique.
Viktor Orban est un chantre de l’illibéralisme, qu’il met en œuvre en Hongrie. Pour lui, cette notion de liberté, qui est au cœur des démocraties occidentales, doit être relativisée, au profit d’une souveraineté populaire qui défende les intérêts nationaux.
C’est ainsi que le pouvoir en place dans ce pays a commencé par limiter le droit à une information et à une justice indépendantes. C’est au nom de la protection de l’identité hongroise qu’il refuse toute immigration, mais aussi l’accueil de réfugiés, malgré les conventions internationales..." La suite sur lavoixdunord.fr (article payant)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire