samedi 29 décembre 2018

Hongrie: la seconde mort d´Imre Nagy. (Récit d´une exécution posthume)

Par Pierre Waline

"C´était l'un des monuments les plus photographiés de Budapest. La statue d´Imre Nagy, appuyé au parapet d´un pont en bronze face au Parlement, faisait la joie des touristes. Mais voilà qui est bien fini. Ceux qui, sur les conseils de leur guide, viendront l´y chercher, ne la trouveront plus: elle a été démontée dans la nuit du 28 décembre pour se voir reléguée loin de là dans un square isolé.

Pourquoi donc? Selon la version officielle: restituer aux abords du Parlement leur aspect d´avant-guerre. Autre explication, celle-ci non officielle: l´hostilité affichée par Viktor Orbán et ses proches vis-à-vis d´Imre Nagy. Taxé d´avoir été „un communiste pur et dur, suppôt de la Russie stalinienne” (!). Or, Imre Nagy, exécuté en 1958 est considéré comme le héros de la Révolution de 1956. Membre du Parti communiste, certes, voire Président du Conseil, mais qui se rallia aux revendications des insurgés face à l´occupant soviétique. Au point que, sous sa conduite, le pays connut quelques jours de liberté avec le départ des tanks russes. Tanks qui devaient revenir la nuit du 4 novembre pour occuper la capitale et écraser la Révolution. A la suite de combats qui devaient encore durer une dizaine de jours, sous la conduite d´Imre Nagy en personne. Une fois la révolution matée, Imre Nagy fut arrêté pour être jugé et pendu en juin 1958. Une personnalité dont la mémoire est depuis honorée dans le monde entier, toutes tendances politiques confondues. Sauf, apparemment, par Viktor Orbán et sa cour…" La suite sur francianyelv.hu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire