jeudi 13 décembre 2018

Emmanuel Macron, l’ennemi genou à terre de la Hongrie

"Bien avant les « gilets jaunes », le président français était devenu la cible des journalistes hongrois proches de Viktor Orban.
Cela ne s’invente pas : la rédaction du Pesti Sracok est installée dans les anciens locaux budapestois des services secrets bulgares. Du temps du communisme, ces derniers étaient chargés du « sale boulot », lorsqu’il fallait – par exemple – faire disparaître quelqu’un sans laisser de traces. Cela fait sourire Gergely Huth, copropriétaire et rédacteur en chef de ce site Internet nationaliste. Depuis quelques semaines, il attaque vertement Emmanuel Macron, dont les ennuis actuels face aux « gilets jaunes » font les gros titres et suscitent autant d’ironie que de mépris.
Après le martelage sur les demandeurs d’asile, Bruxelles, l’ONU ou encore l’université d’Europe centrale, fondée par le milliardaire américain George Soros, pas un jour ne passe sans qu’un article soit publié sur les déboires du chef de l’Etat français, sous un angle négatif et conspirationniste. « Son arrivée au pouvoir en France n’émanait pas de la volonté du peuple, affirme ainsi M. Huth. M. Macron était le dernier petit serviteur en date d’un réseau de financiers, encouragé par les médias occidentaux. En vue des élections européennes [en mai 2019], les fronts sont devenus très clairs. On aura le choix entre sa vision du monde et celle de Viktor Orban. »" La suite sur lemonde.fr (article payant)

3 commentaires:

  1. Quel choix! Pour moi, il n'en est pas un, et de loin!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois en effet que ce n'est pas un vrai choix. Le vrai choix est plutôt beigli aux noix ou beigli au pavot et là c'est vraiment cornélien, alors je prends les deux.
      JPF

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer