mardi 18 décembre 2018

Comprendre la crise politique qui secoue la Hongrie

"Le gouvernement de Viktor Orbán est confronté à un mouvement de contestation depuis une dizaine de jours. Depuis le vote de deux réformes contestées du code du travail et de la justice, les manifestations se déroulent chaque soir dans la capitale, mais aussi dans les principales villes de province.
Quelle est l’ampleur du mouvement ?
Le mouvement a culminé dimanche avec environ 15 000 personnes dans Budapest et quelques milliers à peine à l’échelle des principales villes de provinces. Des manifestation quotidiennes réunissent le soir entre 2000 et 3000 personnes dans la capitale, souvent les mêmes. C’est peu au regard des raisons qui les ont poussés dans la rue et des enjeux pour l’avenir de la démocratie et de la société hongroises et ce qu’il se passe n’est donc pas ce que l’on peut appeler un soulèvement populaire. Mais c’est aussi beaucoup considérant le froid qui sévit, l’information qui est cadenassée par l’hégémonie médiatique du Fidesz et le fait que Viktor Orbán gouverne par la peur et l’intimidation, surtout depuis ce début de troisième mandat. Cela dissuade beaucoup de gens de participer aux rassemblements, à commencer par les fonctionnaires." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire