mardi 21 mai 2013

Antisémitisme : une tolérance hongroise bien suspecte

"Les propos de Viktor Orban ont entraîné une chute brutale de la devise nationale, le forint.
Décevante : c'est ainsi qu'est apparue la prestation du premier ministre hongrois, le nationaliste conservateur Viktor Orban, devant les 500 délégués du Congrès juif mondial (CJM), réunis du 5 au 7 mai à Budapest, qui attendaient de lui une condamnation sans ambiguïté de l'extrême droite, dont le parti Jobbik est le visage institutionnel.
Sans doute lui était-il difficile de rejeter clairement une force d'opposition qui partage avec son parti, le Fidesz, une vision ethnique et religieuse de la nation. Pour M. Orban, l'antisémitisme est "un état d'esprit dans lequel le Mal prend le contrôle des pensées et des actions des gens, danger qui nous menace nous aussi, les chrétiens". La meilleure réponse à lui apporter, selon le premier ministre, consiste à fortifier "les exemples et la tradition des bons chrétiens"." La suite sur lemonde.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire