mercredi 15 mai 2013

Rétrospective Simon Hantaï au Centre Pompidou en 2013

"Simon Hantaï au Centre Pompidou, c'est du 22 Mai au 9 Septembre 2013 ! L'exposition, qui se veut inédite, présentera plus de 120 œuvres du génie de l'abstraction : pour la première fois depuis son décès, une institution parisienne revient sur le parcours d'une des figures de l'art du XXème siècle en dévoilant une rétrospective chronologique de l’œuvre de l'artiste." La suite sur sortiraparis.com

Le Centre Pompidou rassemble pour la première fois l’oeuvre de l’un des plus grands peintres de la seconde moitié du XXème siècle, figure magistrale de l’abstraction : Simon Hantaï. Cinq ans après la disparition de l’artiste, le Centre Pompidou consacre à l’oeuvre de Hantaï une exposition inédite – la première depuis plus de trente-cinq ans. À travers plus de 130 peintures créées à partir de 1949 jusqu’aux années 1990, cette exposition sans précédent par son ampleur et son caractère rétrospectif, témoigne de l’importance et de la richesse foisonnante d’une oeuvre aujourd’hui internationalement reconnue. La dernière rétrospective consacrée à l’oeuvre de Hantaï avait eu lieu en 1976 au Musée national d’art moderne quelques mois avant son transfert au Centre Pompidou. Depuis, Hantaï avait été invité dans de nombreux musées en France, ainsi qu’en Allemagne et à la Biennale de Venise dans le pavillon français (1982), mais les occasions de voir son oeuvre sont ensuite devenues extrêmement rares. Hantaï s’est alors volontairement retiré du monde de l’art, se refusant à exposer sauf en d’exceptionnelles occasions, jusqu’à son décès en 2008. Surtout connu pour ce que l’artiste nomme « le pliage comme méthode », initié en 1960, l’oeuvre de Hantaï se déroule en moments successifs d’une étonnante diversité. L’exposition s’ouvre sur les premières années de création qui suivent son arrivée en France et offre une lecture chronologique de son parcours artistique dès les années 1950 : des toiles surréalistes, telle Femelle Miroir,1953, aux peintures gestuelles, telle Sexe-Prime, Hommage à Jean-Pierre Brisset, 1955, des peintures de signe, comme Souvenir de l’avenir, 1957, à celles constituées de petites touches, cette époque s’achève avec les peintures d’écriture. Cette première phase, largement méconnue, culmine avec deux chefs-d’oeuvre de 1958-59 réunis pour la première fois : Écriture Rose et À Galla Placidia. À partir de 1960, avec la suite des Mariales, Hantaï peint « en aveugle » une surface préalablement pliée en la recouvrant de couleurs : « Cette fois la couleur est le mode principal [...]. La lumière a l’air de venir dans la couleur de par derrière, sur le mode d’un vitrail. En vérité, la couleur est la lumière » (Dominique Fourcade). Dès lors chaque série de peintures va faire appel à cette méthode selon des modes très différenciés : Catamurons, 1963, Panses, 1964-1965, Meuns, 1967-1968, Études, 1969, Blancs, 1973-1974, Tabulas, 1973-1982 enfin, permettront à Hantaï d’élaborer et de renouveler des compositions formelles et inédites, souvent de grand format. C’est alors qu’il s’affirme comme l’un des plus grands coloristes de son temps. L’oeuvre de Hantaï est à cette époque très présente sur la scène française et a un fort impact sur les générations de peintres plus jeunes. Suivra une longue absence, ponctuée de rares événements comme une nouvelle suite d’oeuvres, les Laissées, qui verra le jour dans les années 1990. On y voit Hantaï découper de grandes Tabulas des années 1980 et en extraire des fragments qui deviennent à leur tour des oeuvres à part entière. S’achevant sur cette série, l’exposition constituera l’extraordinaire redécouverte d’un peintre éblouissant qui compte parmi les figures les plus importantes de la seconde moitié du XXème siècle. Un catalogue, ouvrage de référence sur l’oeuvre de l’artiste, est publié aux Éditions du Centre Pompidou, sous la direction de Dominique Fourcade, Isabelle Monod-Fontaine et Alfred Pacquement, commissaires de l’exposition." Source centrepompidou.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire