mardi 21 mai 2013

Mein Kampf (farce) de Gorges Tabori - Europe des Théâtres Mardi 28 Mai 2013 20:00 Institut hongrois

traduit de l'allemand par Armando Llamas
direction Makita Samba et Marine Reiland
avec Teddy Atlani, Jeanne Carnec, Remy Delattre et Alexandre Lhomme
production Collectif les Âmes Visibles
Dans le cadre de l'Europe des Théâtres #3, festival européen de la traduction théâtrale, du 17 mai au 14 juin 20
La Rue du Sang, à Vienne, dans les années 1900 et quelques. Shlomo Herzl, un vieux Juif vendeur de Bibles et de Kama Sutra, bavarde avec Dieu et se rêve en nouveau prophète. Dans son asile de nuit pour clochards et mendiants, en dessous de la boucherie de Frau Merschmeyer, il s’attèle à la rédaction de son chef-d’œuvre, dont il n’a pour l’instant que le titre : « Mein Kampf ». Ce livre sera son combat, sa bible pour un monde meilleur.
Surgit alors un jeune homme tout droit venu de Braunau-sur-Inn, un peintre sans talent qui s'apprête à tenter le concours d'entrée aux Beaux-Arts. Un dénommé Hitler, personnage bavard et grossier, paranoïaque et vaniteux, pas encore nazi, mais de plus en plus antisémite. Peut-on aimer son ennemi comme soi-même ? Shlomo pourrait voir le danger venir. Mais persuadé qu'il y a du bon en chacun, il ne verra dans le jeune Hitler qu'un homme comme lui, persuadé d’avoir une grande destinée, mais terrifié à l'idée d'échouer. Il le nourrira, le soignera, le consolera, l'arrachera à la mort et l'aidera à accomplir son destin.
Mein Kampf (Farce) est la réponse de George Tabori à la barbarie nazie. Un message d'amour face à l'impensable, un baiser vengeur déposé sur le front du Führer. « Berlin était devenu trop petit pour nous deux », dira Tabori quand il verra Hitler arriver au pouvoir. Dans Mein Kampf (Farce), il enferme son pire ennemi entre les quatre murs d'un refuge pour clochards, entre les quatre murs d’une salle de théâtre, afin de mieux s'y confronter. Mais comment sa poésie pourrait-elle changer l'Histoire ?
A l'Institut Hongrois
92, rue Bonaparte 75006 Paris
01 43 26 06 44


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire