jeudi 20 septembre 2018

Malgré le camouflet du Parlement européen, n’enterrons pas Orbán trop vite

"Le vote du 12 septembre appelant au déclenchement de sanctions sans précédent contre la Hongrie de Viktor Orbán conforte la vulgate anti-migrants et antidémocratique du dirigeant magyar.
Mercredi 12 septembre, le Parlement européen s’est prononcé à la majorité des deux-tiers des suffrages exprimés (abstentions non comptabilisées) en faveur du rapport Sargentini dénonçant une dérive autoritaire et oligarchique dans la Hongrie d’Orbán.
L’élue néerlandaise préconisait également l’activation de l’article sept du traité de Lisbonne, susceptible de priver Budapest de son droit de vote à Bruxelles.
Pendant que l’écologiste batave à l’origine du texte fondait en sanglots et recevait les félicitations de quelques collègues, Orbán est resté flegmatique –comme s’il avait déjà tourné la page." La suite sur slate.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire