mercredi 20 avril 2011

Franz Liszt, le visionnaire

"Pour le mélomane, Franz Liszt est au piano ce que Paganini est au violon : un brasseur de triples croches, parangon de la virtuosité et du brio, qui fait trembler doigts et phalanges des pianistes les plus chevronnés. C’est l’homme de la première Méphisto Valse ou des Rhapsodies hongroises, autant de défis aux lois de la nature, dont se délectent les amateurs de poudre aux yeux et aux oreilles, et qui sont le gage d’un succès d’estrade. Oui, rien de tel, pour transcender les foules, que de clôturer un concert par une bonne Étude transcendante. Il n’y a là rien que de normal : il faut être bien triste et rabat-joie pour ne pas pousser de grands « Oh ! » sous un feu d’artifice." La suite sur bscnews.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire