vendredi 29 avril 2011

La double OPA de Viktor Orban

"Un problème nouveau pour l'Union européenne : que faire quand un pays membre se dote, de façon parfaitement démocratique, d'institutions contraires à la démocratie ? Objet du débat : la nouvelle Constitution que vient de voter le Parlement hongrois, où le Fidesz, le parti ultra-conservateur du Premier ministre, Viktor Orban, détient plus des deux tiers des sièges depuis les élections d'avril 2010. Du côté des symboles, l'aspect contestable du texte est moins la référence religieuse affirmée dans le préambule - une telle référence existe dans beaucoup de démocraties -que la relecture du passé : l'Etat hongrois, dit la Constitution, a cessé d'exister entre mars 1944 (invasion par l'armée allemande) et mai 1990. Une façon de rejeter aux poubelles de l'histoire les dominations nazie et communiste, mais aussi les déportations massives commises à la fin de la guerre et de dédouaner partiellement le « régent » Horthy, qui avait cependant pris des mesures antisémites dès les années 1920 et qui s'était rangé aux côtés de l'Allemagne dans le conflit." La suite sur lesechos.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire