mardi 19 avril 2011

Les Hongrois enterrent leur république

"La nouvelle Constitution, voulue par le Premier ministre Viktor Orbán et votée lundi à Budapest, pose les premières bases d'un Etat autoritaire.

Plusieurs centaines de Budapestois ont défilé lundi soir lors d'une marche aux flambeaux jusqu'au Parlement, à l'appel de l'opposition socialiste, pour célébrer "les funérailles de la république". La semaine avait été émaillée de manifestations mais rien n'y a fait: lundi, les députés du Fidesz, la droite ultra-conservatrice menée par le Premier ministre Viktor Orbán, et leur petit allié chrétien-démocrate, ont adopté une nouvelle Constitution. Le texte, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2012, est jugé réactionnaire et anti-démocratique par ses détracteurs.

Le pays change de nom. Adieu, "république hongroise", bonjour "Hongrie". Dans son préambule, le texte souligne la continuité de l'Etat actuel avec la Hongrie d'avant la deuxième Guerre mondiale, un royaume gouverné par l'autoritaire amiral Horthy. "C'est un retour au Moyen-Âge!", s'exclamait Jenö Kovacs, un manifestant. Le texte, qui fait référence à Dieu et au christianisme, "fondement de la nation", définit le mariage comme "l'union entre un homme et une femme" et ouvre la voie à une possible interdiction de l'avortement: "La vie du foetus doit être protégée à partir du moment de sa conception". La Hongrie est pourtant l'un des pays les moins religieux d'Europe." La suite sur lexpress.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire