jeudi 23 février 2017

En Hongrie, « l’explosion peut survenir n’importe quand »

"Tribune de G.M. Tamás, publiée 31 janvier 2017 dans HVG sous le titre « Aggodalmaink » (« Nos inquiétudes »). Traduite du hongrois par Paul Maddens.

Mes inquiétudes dont je vais parler sont certes politiques mais tout le monde peut les comprendre et les ressentir, y compris les soutiens convaincus et sincères du gouvernement actuel. Ces lignes s’adressent aussi à eux, bien que je sois évidemment de gauche, même si ce n’est pas au sens courant du terme en Hongrie (social-libéral). […]
La situation politique actuelle paraît calme et équilibrée. Nos concitoyens qui aimeraient voter, au fond, dans leur majorité sont des fidèles du premier ministre Viktor Orbán, mais au sein de la population du pays ils ne représentent qu’une minorité – il est vrai la minorité la plus grande en proportion. M. Orbán aura une majorité confortable dans le prochain parlement si l’on s’en tient à la situation actuelle. Les électeurs du camp d’Orbán partagent les vues qu’il proclame ces jours-ci. Une partie non infime des sympathisants de l’opposition pense aussi comme lui sur de nombreuses questions importantes, avant tout celles qui concernent les demandeurs d’asile et certaines minorités. Sur ces points, je désapprouve l’attitude et le point de vue de la majorité de l’opinion publique : ce n’est ni plus ni moins que du conformisme que de rester avec la majorité si on les considère comme moralement inacceptables. Je sais que je suis en minorité. Selon les règles du jeu en vigueur, je respecte l’opinion de la majorité bien que ma conviction, située à l’opposé, soit très ferme. " La suite sur hu-lala.org

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire