jeudi 21 mai 2015

Ady Endre la vie fugitive et aiguë

Moi, l'altier Hongrois, cent cieux, cent enfers jamais
N'ont su me donner ces plus belles beautés :
L'humanité dans la non-humanité,
La magyarité dans la magyarité persécutée,
La vie-nouveauté, dans la mort mort révoltée.

(Homme dans la non-humanité) Ady

Pourquoi Ady ? 

Ady Endre poète hongrois si loin de nous, est devenu pour nous Ady André ami proche, par la magie d’un écrivain si pur qu’il avait intitulé son œuvre poétique « Ma vie sans moi ». Il s’agit d’Armand Robin, prodigieux traducteur qui s’était totalement identifié à cet immense poète hongrois.

Armand Robin se confia ainsi :
« L’un des autres que je fus
Pour sauver mon non-lieu, je me traduisis en ADY ; nulle personne, je fus sa personne ; je mis tête dans sa tête, pris bras dans ses bras ; épaules, mains, faims maladroites, j'usurpai ses balafres. Je vécus sans ma vie dans sa vie ».

La suite sur : espritsnomades.com

Ady Endre : Choix de poèmes

(Articles publiés le 28/01/2008)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire