mercredi 20 mai 2015

Les eurodéputés divisés face au cas Viktor Orban

"Tout avait été fait par le président du Parlement européen, le social-démocrate Martin Schulz, pour éviter de transformer ce débat sur la Hongrie, lors de la plénière du Parlement de Strasbourg, mardi 19 mai, en tribune de choix pour son premier ministre. Viktor Orban s’y était invité par surprise et sur le tard. Ce sont d’abord les représentants du Conseil européen, de la Commission et les eurodéputés qui ont eu la parole. Il s’agissait de prendre position à la suite des déclarations venues de Budapest ces dernières semaines.
M. Orban avait notamment déclaré qu’il réfléchissait à la réintroduction de la peine de mort dans son pays – avant de se rétracter. Puis, il avait annoncé une consultation publique, avec un questionnaire sur la politique d’immigration européenne. L’abolition de la peine de mort est une des conditions pour l’adhésion à l’Union européenne. Si un pays membre doit la remettre en cause, alors l’article 7 du droit de l’UE, qui prévoit des sanctions, doit être activé." La suite sur lemonde.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire