mardi 15 novembre 2016

Népszabadság dans Libé Aujourd’hui notre tour, demain le vôtre !

"Notre journal ouvre ses pages au principal quotidien de l'opposition hongroise, réduit au silence par Orbán.
Quand, en décembre 2010, le gouvernement de Viktor Orbán a fait adopter par le Parlement hongrois de nouvelles lois limitant la liberté de la presse, beaucoup, en Europe, ont été choqués. Notre quotidien Népszabadság avait publié une page blanche en guise de une, et introduit une requête auprès de la Cour constitutionnelle. Cette dernière avait déclaré anticonstitutionnelles plusieurs dispositions de cet arsenal législatif. Nous avions alors signalé que l’Europe se devait de créer un mécanisme de défense : l’épidémie hongroise deviendrait contagieuse. On nous avait répondu que nous avions bien raison mais que, pour y parvenir, il faudrait modifier les institutions. Un tel processus prendrait cinq à dix ans. C’était il y a six ans." La suite sur liberation.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire