mardi 4 octobre 2016

La Hongrie est divisée comme jamais elle ne l’a été

Article publié le 3 octobre 2016 dans Kettős Mérce. Traduit du hongrois par Ludovic Lepeltier-Kutasi.
"Après la nuit de dimanche, deux réalités parallèles sont apparues en Hongrie. Dans l’une, le Fidesz perdait, parce que le référendum a été invalidé en dépit de la campagne électorale la plus dure de l’histoire politique hongroise. Dans l’autre, les opposants aux migrants gagnaient dans les urnes, parce que plus de 3 millions d’électeurs ont voté «non». Le problème n’est pas qu’il y ait plusieurs interprétations possibles, le problème c’est que ces deux interprétations ne peuvent pas cohabiter ensemble.
Le Fidesz a créé une no go zone politique où n’entre pas toute interprétation de la loi et de la réalité qui ne soit pas en faveur du gouvernement. Sur la page d’accueil d’Origo lundi matin ne figurait aucune déclaration de l’opposition. Dans l’émission de dimanche sur la M1, il ne fut fait aucune allusion à l’invalidité du scrutin après l’annonce des résultats. Viktor Orbán n’en a pas parlé, et tous les journaux pro-Fidesz ont passé sous silence le simple fait que si le référendum a échoué, c’est du fait de son invalidité et qu’il n’ait mobilisé comme escompté. Ce qui est quand même un peu l’enjeu de ce type de scrutin." La suite sur hu-lala.org

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire