mardi 4 octobre 2016

La Hongrie condamnée par la CEDH pour l'absence de perspective des détenus condamnés à perpétuité

"Un détenu condamné à la perpétuité ne doit pas attendre 40 ans avant de pouvoir espérer un réexamen de sa peine, a estimé mardi la Cour européenne des droits de l'Homme, condamnant la Hongrie pour ne pas avoir offert assez de perspectives de libération à des détenus.
La CEDH avait été saisie par deux détenus condamnés pour meurtre à des peines de réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. Ces détenus alléguaient que leur peine constituait un traitement inhumain et dégradant, car la seule perspective qui leur était offerte était celle d'une éventuelle grâce présidentielle au bout de 40 ans de détention." La suite sur lorientlejour.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire