jeudi 15 décembre 2016

Frénésie nationaliste en Hongrie

"Après quarante-six années d’occupation et deux décennies ambiguës de transition, la Hongrie a retrouvé son droit et sa capacité à l’autodétermination », affirme le programme « de coopération nationale » de l’Alliance civique hongroise (Fidesz). Dominant la scène politique depuis 2010, le national-conservatisme du premier ministre Viktor Orbán (1) prétend ainsi reconnecter la Hongrie au supposé cours naturel des choses et rejeter la gauche, qu’elle soit postcommuniste ou libérale, dans le camp des partisans d’une histoire honnie. Les rues portant une référence au communisme ou à des penseurs comme Karl Marx et Friedrich Engels ont été débaptisées, la place de la République étant quant à elle renommée « place Jean Paul-II »." La suite sur monde-diplomatique.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire