samedi 4 février 2017

Gabor Varga. Fonceur sans borne

"Un pied dans la danse, un autre dans la diffusion, le danseur et chorégraphe hongrois installé à Genève est sur tous les fronts. A Antigel et aux Journées de danse contemporaine suisse, il cosigne Creature avec József Trefeli.
Ne vous fiez pas à son allure placide. Derrière le regard bleu pâle et la douceur des mots du danseur et chorégraphe se cache un fonceur invétéré. Ce qui se vérifie sur scène dans Creature, que Gabor Varga cosigne avec József Trefeli, encore à voir ce vendredi au Palladium (Genève) dans le cadre d'Antigel et des Journées de danse contemporaine suisse. L'anecdote qu'il nous raconte dans un café genevois, face au MEG où il avait déjà présenté la pièce, est assez éloquente. On remonte à l'enfance de l'artiste hongrois en Ukraine, où il naît au début des années 1980. Là, à l'école, la musique provenant d'une salle de classe l'interpelle. On y répète un spectacle de danse. «Si ça t'intéresse, viens nous rejoindre», lui proposent les participants. Il a tout juste sept ans. Le soir même, le jeune garçon s'inscrit dans la petite école d'art juste en face, de sa propre initiative et sans l'autorisation de ses parents. «Quand je décide quelque chose, je peux aller très loin», sourit-il." La suite sur lecourrier.ch

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire