lundi 20 mars 2017

De Varsovie à Bucarest, SOS main d’oeuvre

"Geza Borgulya, entrepreneur dans le bâtiment en Hongrie, connaît bien ces travailleurs «qui s’entassent à quatre ou cinq tous les matins dans une voiture pour aller travailler de l’autre côté de la frontière», en Autriche. Alors que lui-même a les plus grandes difficultés à recruter.
«En Europe de l’ouest ils peuvent facilement gagner 70 euros par jour. Ici on ne peut pas s’aligner», constate ce patron d’une PME de 12 salariés, au sud de Budapest.
A deux heures de route de Bucarest, en Roumanie, la directrice de l’hôpital de Curtea de Arges «ne sait pas quoi faire de plus» pour attirer les médecins qui font cruellement défaut à son établissement." La suite sur liberation.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire