vendredi 31 mars 2017

Migrants en Hongrie : «Les policiers nous rouent de coups et nous repoussent en Serbie»

"Ces brutalités, dénoncées dès 2016 par le Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés et par Human Rights Watch, se seraient aggravées depuis cet hiver.
Des douzaines de conteneurs bleus sagement alignés et équipés d’air conditionné, des douches, une infirmerie… Le tout entouré de barbelés, même sur les toits. Dans le sud de la Hongrie, les «zones de transit» de Röszke et de Tompa, des camps en plein air récemment aménagés pour recevoir à partir du 1er avril les quelque 400 demandeurs d’asile actuellement dans le pays, ressemblent à une prison 4 étoiles.
Pourtant, le droit international interdit d’emprisonner les demandeurs d’asile. Pour György Bakondi, conseiller du Premier ministre Viktor Orbán pour la sécurité intérieure, il s’agit de remédier aux «failles» du système d’asile européen : «Jusqu’ici, les migrants qui demandaient l’asile étaient hébergés dans des centres d’accueil, dont on peut sortir librement, explique-t-il à Libération. Mais certains, sans attendre que leur demande soit instruite, en profitaient pour filer vers l’Autriche, l’Allemagne et la Suède. Et maintenant ces trois pays veulent nous les renvoyer !» Selon lui, un demandeur d’asile qui profite de la liberté qui lui est laissée pour quitter le pays abuse du droit communautaire." La suite sur liberation.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire