mercredi 21 septembre 2011

Akos Kertész, écrivain, rayé de la liste des citoyens d'honneur de Budapest


La chasse aux sorcières se poursuit en Hongrie. Après "l'affaire des philosophes" qui s'est dégonflée comme une baudruche, aujourd'hui le pouvoir de droite FIDESZ et ses alliés de l'extrême droite organisent des procès à la mode stalinienne. Ils s'en prennent à un écrivain de grand talent, Ákos Kertész qui a eu le malheur d'écrire un article dans l'édition américaine de Népszava. Kertész, dans cet article, regrettait en substance que son pays, la Hongrie n'ait jamais fait face à son passé nazi, qu'elle n'ait jamais reconnu sa responsabilité dans les déportations de juifs de 1944 et qu'elle n'ait donc jamais pu faire le travail d'élaboration de ce passé au même titre que l'Allemagne ou la Pologne.
La majorité de droite du conseil municipal de Budapest vient en conséquence, de lui retirer son titre de citoyen d'honneur de la Ville de Budapest.
Les citoyens d'honneur

Akos Kertész avait été invité des Mardis hongrois de Paris le 2 octobre 2007 pour la parution de la traduction française de son livre Makra.
En 2008, on lui avait aussi décerné le prix hongrois le plus prestigieux, le Prix Kossuth

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire