jeudi 1 décembre 2016

En Hongrie, les violences faites aux femmes sont l’affaire de tous

Tribune publiée le 29 novembre 2016 dans Kettős Mérce. Verbatim d'un discours prononcé par Nóa Nógrádi au nom de l'association féministe PATENT lors de la manifestation inaugurale de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes le 25 novembre 2016 à Budapest. Traduit du hongrois par Ludovic Lepeltier-Kutasi.
Publié initialement sur Hulala le 30 novembre 2016. 
 
"En 2013, un médecin de Buda a attaqué sa compagne à la soude dans leur appartement commun. Trois ans plus tard, le procès de l’affaire du « médecin alcalin » vient seulement d’ouvrir à Budapest le 25 novembre dernier, le jour de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes. L’occasion de faire le point sur la situation en Hongrie.
C’est hier, par le plus grand hasard à l’occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes et de la première de ces seize journées d’action, que l’on a pu lire dans la presse l'ouverture à la Cour d’appel de Budapest, du procès de l’affaire dite du « médecin alcalin ». Cette affaire est connue de beaucoup, la presse se fait l’écho de tous ses prolongements, tandis que plus d’une centaine de personnes ont essayé d’assister à l’audience publique. Ceux qui, par manque de place, sont restés bloqués dehors, étaient en colère et déçus." La suite sur mediapart.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire