jeudi 1 décembre 2016

«Budapest, on y vient pour deux jours et on y reste pour toujours !»

"Par Jean-Paul Petit

Mon premier contact avec la Hongrie remonte au mois de mai 1980. J’étais cheminot SNCF et membre d’une association d’amis du chemin de fer qui organisait chaque année un voyage. Par le train, bien sûr ! Cette année là, le voyage devait nous mener à Munich, Vienne et Budapest : deux jours dans chaque ville. Je connaissais Munich, j’ai découvert Vienne à cette occasion, mais j’étais surtout curieux de découvrir la Hongrie, un pays un peu mystérieux parce que situé « derrière le rideau de fer ».
Le train s’arrêtait une heure à Hegyeshalom pour les formalités de douane et de police. A l’extérieur, de chaque côté, se tenait une haie de policiers pour empêcher toute montée frauduleuse. A l’intérieur, avait lieu un minutieux contrôle des passeports tandis qu’un autre policier, en bleu de travail, démontait les faux plafonds pour vérifier si personne n’était caché à l’intérieur. Ces formalités accomplies et les policiers ayant jugé que tout était en règle, le train reprit sa route à petite vitesse ce qui nous permit de profiter du beau paysage de la campagne hongroise." La suite sur hu-lala.org

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire