lundi 26 décembre 2011

Bien joué, Václav !

"Par György Konrád Ecrivain hongrois, ancien dissident
Traduit du hongrois par Miklós Konrád

A Prague, le changement de 1989 ressembla à un conte de fées. Après le président Gustav Husák, que l’on n’aimait pas, vint Václav Havel, le président bien-aimé. Soixante-dix ans auparavant, un autre penseur tchèque, Tomás Masaryk, avait été le fondateur de la République de Tchécoslovaquie libérale et démocratique.
En cette merveilleuse année 1989, ce fut de nouveau un auteur tchèque de réputation mondiale qui, avec ses amis, rétablit la démocratie et renouvela la république. La métaphore du philosophe roi revint à la mode." La suite sur liberation.fr

2 commentaires:

  1. bonjour JP
    Je lisais cet article:
    http://www.presseurop.eu/fr/content/article/4011851-ou-est-passee-la-libre-pensee
    quand arrivé à la fin, je vis qu'on évoquait György Konrád:
    "J’étais assise à côté de György Konrád, écrivain hongrois qui, tout comme Kołakowski, incarne la libre pensée, avec autant de subtilité que de modestie. Je l’ai vu lever les yeux au ciel tandis que le débat tournait aux reproches et il m’a dit qu’il en avait mal à la tête."
    Une recherche sur cet écrivain hongrois m'a fait trouver cet interview de janvier 2011 à priori pas répertorié ici:
    http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Gyoergy-Konrad-Tout-l-edifice-a-ete-construit-pour-eviter-l-alternance-_NG_-2011-01-18-562132
    Si vous le jugez intéressant, vous pourriez le mettre en valeur, peut-être en liaison avec le précédent
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour michartpoesho et merci pour vos suggestions. J'en ai fait un petit article.
    Bien à vous
    Jean-Pierre

    RépondreSupprimer