vendredi 12 novembre 2010

Attila József - Ni père ni mère



Attila József, Ni père ni mère
Éditions Sillage
Traduit et présenté par Guillaume Métayer

En 1929, un jeune poète de vingt-quatre ans fait paraître Ni père ni mère à Budapest, où il est connu des cercles intellectuels et littéraires. Poète au lyrisme puissant, au style profondément original, il chante sa misère, son désespoir, ses amours et sa révolte. Ni père ni mère fait de lui l’un des poètes majeurs de l’entre-deux-guerres.

Il donnera quatre recueils encore, avant de se suicider en 1937. Éluard, Tzara, Cocteau et bien d’autres lui rendront par la suite un éclatant hommage.

Parution : octobre 2010 / 80 p. / ISBN : 978-2-916266-74-9 / Prix : 7,50 €

Consulter notre page consacrée à Attila József : biographie, bibliographie.

Lire la préface du traducteur.

Lire un extrait de l'ouvrage.

2 commentaires:

  1. Grand merci, cher Jean-Pierre, pour cette riche information; cependant permettez-moi d'y ajouter un entretien avec le traducteur qui, comme moi, a "rencontré la Hongrie par la poésie" et qui a ressenti la nécessité de rendre directement ce que d'autres firent par intermédiaires, certes louables et instructifs, mais...:
    http://poezibao.typepad.com/poezibao/2010/10/un-entretien-avec-guillaume-m%C3%A9tayer-%C3%A0-propos-dattila-j%C3%B3zsef.html
    Cependant je n'ai pas trouvé d'information relative à sa formation de hongrois: est-ce un ancien élève de l'INALCO ou bien l'aurait-il appris seul ou par des cours suivis en Hongrie ? Si vous pouviez me renseigner, merci d'avance.

    RépondreSupprimer
  2. Merci cher michartpoesho pour l'entretien très intéressant avec Guillaume Métayer, que vous nous faites connaître. Je n'ai pas d'information sur la formation de ce traducteur, mais il est vraisemblable qu'il ait fait ses études à l'université Paris IV selon ce que je lis sur ce programme de colloque http://www.cavi.univ-paris3.fr/ilpga/cieh-CTEL/programme.pdf
    Je vous recommande aussi
    http://mardishongrois.blogspot.com/2010/03/istvan-kemeny-deux-fois-deux.html

    RépondreSupprimer