mercredi 3 novembre 2010

Les boues rouges sous le microscope de la Criirad

"Lundi 4 octobre, 13 h 30, Hongrie. Un bassin rempli de millions de tonnes de boues toxiques s’éventre, déversant plus d’un million de mètres cubes de boues rouges sur les villages situés en aval des bassins de stockage, Kolontar et Devecser. Le tsunami tue 9 personnes et en blesse plus de 150. Issues du traitement de minerai d’aluminium, ces boues s’avèrent très corrosives. Pour les rescapés et les habitants, un long calvaire démarre, celui du nettoyage et de la vie en territoire désormais contaminé. Car d’emblée, on sait que ces boues contiennent un cocktail de métaux lourds. Les analyses se succèdent, mais aucune ne s’intéresse à la radioactivité des boues. Sur place, Libération a prélevé des échantillons pour les envoyer au laboratoire de la Criirad, la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité.

Que montrent les résultats ?" La suite sur liberation.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire