dimanche 28 février 2021

Que serions-nous sans elles ? Le 8 mars, la „Journée internationale des femmes” sera célébrée en France, en Hongrie ... et ailleurs

Par Pierre Waline
"Le 8 mars 1857, des ouvrières américaines du textile auraient manifesté en masse pour la reconnaissance de leurs droits… Sauf que … cette manifestation n´a probablement jamais eu lieu, dit-on. Peu importe, il n´en fallut pas davantage pour que l´ONU décrétât en 1977 cette date „Journée internationale (des droits) des femmes”. Bien avant, des „Journées de la Femme” avaient été instituées un peu partout: aux Etats-Unis en 1909, suivies par l’Internationale socialiste en 1911, reprises en Union soviétique en 1921, puis dans les pays du bloc sur la fin des années quarante (Hongrie: 1948), enfin en Belgique en 1972. Sans oublier les Journées des ouvrières tenues dès avant la Première Guerre, dont la plus mémorable s´est tenue à Berlin le 8 mars 1914, journée de revendications, les femmes réclamant notamment le droit de vote. Journée qui va donc être célébrée un peu partout (… ou presque) ce 8 mars. Dans la plupart des cas rebaptisée „Journée de la Femme”, cette célébration, sans renier sa motivation d´origine, est surtout devenue une occasion de célébrer le rôle de nos compagnes dans la création en général (musicale, 
artistique, littéraire, scientifique, cinématographique et mille autres domaines).

Il n´est bien évidemment pas question de citer ici leurs noms qui occuperaient un volume entier, de George Sand à Camille Claudel, de Margit Kaffka à Magda Szabó, de Marie Curie à Katalin Karikó et mille autres… Rien que dans le seul domaine de la création et de l´interprétation musicales, on les compte par dizaines, voire davantage. Nous nous bornerons à évoquer quelques manifestations montées à cette occasion." La suite sur francianyelv.hu

Hongrie : un service de chiens de sauvetage à secourir

"Lora est une jeune chienne secouriste. Elle est ici en action dans un centre d’entraînement à 30 kilomètres de Budapest en Hongrie. Avec ses 17 collègues, Lora fait partie d'une équipe travaillant pour le service de recherche et de sauvetage du comté de Pest. Les chiens aident environ 150 personnes en détresse par an.

Mais aujourd'hui le service est en difficulté. Une part essentielle de ses revenus provient de dons privés, qui ont considérablement diminué en raison de la crise économique.

"Notre service est actif sur tous les médias sociaux, et nous avons également une page pour faire des dons en ligne. Nous avons aussi une initiative : si toutes les personnes qui nous suivent ou nous aiment sur Facebook, pouvaient envoyer environ 2 euros par mois, nos problèmes seraient résolus pour l'avenir", explique László Balázs, responsable du service." La suite sur euronews.com

samedi 27 février 2021

György Kurtág, le non-aligné

"Moins connu que son ami György Ligeti et que son aîné Béla Bartók, György n’en demeure pas moins une figure incontournable de la musique contemporaine hongroise. De ses études aux côtés d’Olivier Messiaen à sa découverte par Pierre Boulez, retour sur la vie d’un compositeur marquée par la Guerre froide.

Lorsqu’on songe à la musique contemporaine hongroise, le premier nom qui sort est celui de György Ligeti. Rayonnement à l’étranger, travail avec le mouvement Fluxus ou avec Kubrick, le compositeur réfugié à Vienne après la révolte de 1956 a tout pour capter la lumière. Il y a pourtant un nom qui revêt une importance au moins identique par la puissance de son œuvre et la modernité de son propos ; György Kurtág est né en 1926 est né à Lugoj, dans la minorité magyare de la région du Banat en Roumanie. Resté en Hongrie après 1956, ses œuvres ont été exposées à l’Ouest tardivement, à partir des années 80. Le Budapest Music Center lui a rendu récemment hommage, avec une série de concerts, à l’occasion de ses 95 ans." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

La Hongrie et Israël s’associent dans le cadre des véhicules autonomes.

"La Hongrie et Israël vont lancer un programme commun pour soutenir la recherche sur les véhicules autonomes au cours du second semestre 2021, a déclaré cette semaine le ministère de l’Innovation et de la Technologie.

László Palkovics, qui copréside également le comité économique bilatéral conjoint, s’est exprimé sur le sujet dimanche à Zalaegerszeg, où il présentait la piste d’essai automobile ZalaZone à l’ambassadeur israélien Jakov Hadas-Handelsman.

ZalaZone sera bientôt la plus grande installation d’essai automobile en Europe et elle a été conçue non seulement pour les essais traditionnels et la conduite de développement, mais aussi pour l’évaluation et la validation de véhicules et de technologies autonomes." La suite sur israelvalley.com

Peugeot, Citroën, DS, Opel : les moteurs essence PureTech bientôt produits en Hongrie

"Les moteurs essence PureTech du groupe PSA vont bientôt quitter la France pour la Hongrie. Mais l’usine de Douvrin ne fermera pas le rideau pour autant.

Comme tous les groupes automobiles, PSA est contraint à de faramineux investissements pour électrifier massivement sa gamme. Dans cette débauche de moyens dont la rentabilité n’est pas pour tout de suite, la production des batteries tient une place essentielle et avec elle, la modernisation de l’outil industriel. Un énorme chantier dans lequel le groupe français ne se lance cependant pas seul." La suite sur automobile-magazine.fr

Hongrie: Viktor Orban annonce des mesures pour faire face à une flambée de l’épidémie de Covid

"Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

En Hongrie, où le virus a fait près de 15 000 morts, le nombre de décès, de contaminations et d’hospitalisation repart à la hausse. Le variant anglais gagne rapidement du terrain et le variant sud-africain a été repéré. Aussi, le Premier ministre Viktor Orban a annoncé des mesures. Vendredi, le président de la république Janos Ader a reçu la première dose du vaccin chinois Sinopharm devant les caméras. La Hongrie est le seul des 27 États membres de la communauté européenne à administrer les vaccins russes et chinois, bien que ces derniers n’aient pas reçu l’agrément du régulateur européen. 

Avec une centaine de morts par jour, et près de 5 000 nouvelles contaminations, la troisième vague est bien là. D’où les mesures annoncées par le Premier ministre Viktor Orban : « La situation est tellement grave que les hôpitaux doivent repasser en organisation de crise. Les directeurs des hôpitaux sont aidés par des militaires. On est en état d’alerte, comme en avril et en novembre dernier. »" La suite sur rfi.fr

Football - RB Salzburg - Dortmund et l'Inter visent Peter Gulacsi

"Le Borussia Dortmund et l'Inter Milan visent Peter Gulacsi.
Le portier hongrois pourrait s'offrir un nouveau challenge l'été prochain. Il fait partie des joueurs qui ont hissé le RB Leipzig en Bundesliga et en Ligue des Champions. Six ans après son arrivée en provenance du RB Salzburg, le gardien de but Peter Gulacsi pourrait changer d'air lors du prochain mercato estival." La suite sur lexpressiondz.com

Le groupe PPE en voie de suspendre le parti Fidesz d’Orbán

"Les eurodéputés du Parti populaire européen ont fait un pas de plus vers l’exclusion du parti Fidesz du Premier ministre hongrois Viktor Orbán de leur groupe après avoir convenu de nouvelles règles de suspension, selon des responsables et des législateurs.

Les règles, convenues lors d’une réunion à huis clos vendredi par le chef du groupe Manfred Weber et les chefs des délégations nationales du PPE, permettraient au groupe de suspendre un parti membre entier, plutôt qu’un seul député européen.

Les règles devraient être approuvées à la majorité requise des deux tiers lors d’une réunion du groupe mercredi prochain. Une fois les nouvelles règles en place, plusieurs responsables et eurodéputés ont déclaré qu’ils étaient convaincus que le groupe votera pour suspendre la faction Fidesz, composée de 11 membres, bien qu’aucune date n’ait encore été fixée pour un tel vote." La suite sur europe-infos.fr

Le classique psychédélique du guitariste Gábor Szabó


"A la découverte des reprises d'oeuvres classiques du guitariste hongrois Gábor Szabó. Un musicien qui a enregistré une musique jazz influencée par les musiques traditionnelles indiennes et hongroises, le rock psychédélique et certaines pages de Zoltán Kodály, Manuel de Falla et Franz Liszt.

Peut-on mourir deux fois ? Il y a 39 ans jour pour jour, le 26 février 1982, le guitariste Gábor Szabó s’éteignait à Budapest à l'âge de 45 ans. 26 ans plus tard, en 2008 à Los Angeles, un studio du label Universal partait en fumée et, avec lui, plus d’une centaine de milliers d’archives et de bandes magnétiques. Parmi celles-ci, des enregistrements de Gábor Szabó. Heureusement, il nous reste plusieurs disques pour nous rendre compte du talent de ce guitariste inclassable et que l’on a donc, parfois classé dans le mouvement third stream, le "troisième courant". Un terme qui qualifie des oeuvres à la confluence du jazz et du classique." La suite sur francemusique.fr

Mois de la galette : kaiserschmarrn et hortobágyi palacsinta austro-hongrois !

"Bientôt la fin de notre mois de la galette. Nous avons déniché, grâce à notre amie Élisabeth, non pas une, ni deux, mais trois recettes venues d’Autriche et de Hongrie. Petit voyage austro-hongrois des papilles
Kaiserschmarrn aux prunes cuites (recette autrichienne)

....

Hortobágyi palacsinta

Il s’agit de crêpes hongroises salées qu’il faut déguster, sur les conseils d’Élisabeth, « avec la sauce, sinon c'est moins bon ! ».

C'est une entrée tout ce qu'il y a de plus classique : en général une ou deux crêpes sont servies en entrée, en entrée ou lors d'un dîner.

Crêpes :

250 g de farine
2 œufs
30 cl de lait
15 cl d’eau gazeuse
100 g de beurre
1 pincée de sel

Farce et sauce :
200 g de viande de bœuf
1 poivron rouge / 1 tomate / 1 oignon
2 cuillerées à soupe de concentré de tomates
2 cuillerées à soupe de paprika
1 cuillerée à soupe de vin rouge
1 cuillerée à soupe d’huile d’olive
20 g de beurre
20 cl de crème liquide
2 cuillerées à café de fécule de maïs
sel et poivre

Verser la farine et le sel dans un saladier. Creuser un puits et y verser, les œufs, et le beurre fondu. Mélanger et ajouter progressivement l’eau gazeuse et le lait. Fouetter jusqu’à obtention d’une pâte homogène.

Couvrir le saladier et laisser reposer la pâte 1 heure à température ambiante.

Huiler légèrement une poêle et la faire chauffer. Y verser une petite louche de pâte et faire les crêpes quelques minutes sur chaque face. Réserver.

 Couper la viande en petits morceaux. Éplucher et hacher l’oignon finement. Couper en deux, épépiner et tailler en dés le poivron rouge. Couper la tomate en dés.

Faire chauffer le beurre et l’huile dans une poêle. Faire revenir l’oignon et le poivron pendant 10 minutes ; y ajouter la viande et laisser cuire environ 15 minutes en remuant régulièrement.

Ajouter le vin rouge, le concentré de tomates et la tomate. Bien mélanger et ajouter le paprika. Assaisonner. Laisser bouillir 10 minutes.

Filtrez la préparation à la viande afin de récupérer le jus ; le verser dans une casserole et y ajouter la crème liquide. Délayer la fécule avec un peu d’eau et la verser dans la casserole. Faire chauffer à feu doux, en remuant constamment, jusqu’à ce que la crème épaississe. Réserver.

 Mixer la viande et en disposer 2 cuillerées à soupe au centre de chaque crêpe. Refermez. Disposez dans une assiette creuse et arroser de sauce."

La suite sur 7detable.com

vendredi 26 février 2021

Alors que l’ESA appelle à de nouvelles recrues, la Hongrie prépare son candidat pour l’orbite

"Pour la première fois en 11 ans, l’Agence spatiale européenne est à la recherche d’un nouveau lot d’astronautes et a assoupli les critères de candidature pour attirer une plus grande variété de candidats.

À partir de fin mars, l’ESA recrutera 20 réservistes et six astronautes permanents des États membres.

L’astronaute britannique de l’ESA, Tim Peake, a déclaré que ces recrues pourraient être impliquées dans un certain nombre de projets.

« Nous ne retournons pas seulement à la Station spatiale internationale, mais nous faisons partie du programme d’exploration avec Artemis, avec nos collègues internationaux retournant sur la Lune et comme tremplin vers Mars. »

Tout le monde peut postuler en ligne pour la formation organisée à Cologne, et le processus de sélection en six étapes durera jusqu’en octobre 2022.

En Hongrie, le recrutement est supervisé par le fils du célèbre astronaute hongrois Béla Magyari. Selon le représentant de l’ESA, Gábor Magyari, les étoiles n’ont jamais été aussi à portée de main." La suite sur news-24.fr

La Hongrie a enfreint la loi européenne sur le traitement des migrants, déclare l’avocat général de la Cour européenne de premier plan

"L’avocat général de l’UE a rendu un avis accablant sur le traitement des migrants par la Hongrie à la suite de ses réformes de 2018, notant que Budapest a manqué à ses obligations en vertu du droit européen.

«En imposant des sanctions pénales à l’organisation d’activités destinées à permettre aux personnes d’engager la procédure de protection internationale qui ne remplissent pas les critères nationaux d’octroi de cette protection, la Hongrie a manqué à ses obligations en vertu du droit de l’UE». a déclaré jeudi l’avocat général de la Cour européenne de justice dans un communiqué.

La déclaration fait référence à la réforme de la politique des migrants par la Hongrie en 2018, qui a rendu presque impossible pour la plupart des demandeurs d’asile d’accéder à une protection en Hongrie et criminalise l’acte d’aider les migrants sans papiers dans leur transit." La suite sur news-24.fr

Hongrie : criminaliser les ONG aidant les réfugiés est contraire au droit de l’UE (avocat CJUE)

"La loi votée par la Hongrie pour criminaliser l’aide apportée par les ONG aux réfugiés si ces derniers ne répondent pas aux critères d’admission nationaux n’est pas conforme au droit européen, a estimé jeudi l’avocat général de la Cour de justice de l’UE." La suite sur mediapart.fr (article payant)

Stellantis délocalise la production d'un moteur vers la Hongrie

"La direction de Stellantis a annoncé vendredi la délocalisation de la production des moteurs essence EP génération 3 du site PSA de Douvrin (Hauts-de-France) vers l'usine Opel de Szentgottard en Hongrie, a-t-on appris de sources syndicales.

Selon la CFDT, «la direction vient d'annoncer la fin programmée du site de Douvrin à court terme». «Il restera sur le site, la fabrication des moteurs EB euro6 et DVR moteur diesel dont l'arrêt est prévu en 2022», écrit le syndicat dans un communiqué, ajoutant que 800 employés étaient concernés. La conception des moteurs essence EP générations 3 concerne environ 300 salariés, avance la CFDT, qui estime que ces postes «seront touchés à l'horizon 2023»." La suite sur lefigaro.fr

Comment les grands lacs hongrois menacent de mettre Budapest et Bruxelles sur une nouvelle trajectoire de collision

"Zoltan Kun était en train de terminer un projet pour le gouvernement hongrois en 2019 lorsqu’il est tombé sur une vidéo promotionnelle sur YouTube pour un nouveau développement sur les rives du lac Fertő, le deuxième plus grand lac d’eau douce de Hongrie et une réserve naturelle protégée.

Tout a commencé par une vue imprenable sur le lac, à une heure de route de la maison de Kun à Györ, en Hongrie, avec ses oiseaux uniques et son habitat naturel intact. Ensuite, il est passé à une superposition générée par ordinateur montrant une toute nouvelle marina, un hôtel quatre étoiles, un complexe sportif couvert et un parking.

Kun avait des raisons personnelles de s’opposer à un développement aussi énorme sur les rives du lac Fertő, un endroit populaire pour faire du vélo avec ses enfants, mais aussi professionnel: en tant que défenseur de l’environnement, il savait de première main ce qu’est un projet de cette taille et de cette portée. destiné au lac.

«Je pensais que non, cela ne pouvait pas arriver», a déclaré Zoltan à Euronews, «C’est à l’intérieur d’un parc national, […] il se trouve dans une zone centrale d’un site protégé. J’ai dit non, personne ne peut permettre ça!" La suite sur news-24.fr

jeudi 25 février 2021

Après Radio Free Europe, Deutsche Welle va produire de l’information en langue hongroise

"Deutsche Welle, le service international de diffusion de l’Allemagne, a annoncé le 20 février son intention de produire des informations en langue hongroise. Une annonce à laquelle le gouvernement hongrois n’a pas manqué de réagir...avec agacement . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

"Pieces Of A Woman" de Kornél Mundruczó : un film "magistral" ou une "arnaque totale" ?

Vanessa Kirby et Shia LaBeouf dans "Pieces of a Woman" de Kornel Mundruczo © Netflix/Benjamin Loeb

"Dans son tout dernier film, disponible sur Netflix, le cinéaste nous plonge à travers le récit d'un deuil périnatal qui bouleverse la vie d'une famille. Récompensé à la Mostra de Venise, cette histoire d'un couple meurtri par la perte de leur enfant à la naissance a fortement animé les critiques du Masque & la Plume.

Le film présenté par Jérôme Garcin

Un film présenté à la Mostra de Venise qui aurait dû, lui aussi, sortir en salles, du cinéaste hongrois Kornél Mundruczó avec Vanessa Kirby, Shia LaBeouf, Ellen Burstyn

Le film commence à Boston. Martha (Vanessa Kirby) va accoucher et, avec son mari Sean (Shia LaBeouf) elle a décidé de mettre au monde leur enfant à la maison à l'ancienne. La scène d'accouchement frontale est filmée en un plan séquence de 23 minutes. Ça se passe bien jusqu'au moment où le cœur du bébé ralentit et s'arrête. Le couple ne va pas survivre à la mort du bébé. Il s'éloigne tandis que s'ouvre le procès d'Eva, la sage femme (Molly Parker), contre laquelle Sean a engagé une procédure. 

Positif a fait sa Une de ce mois-ci sur ce film assez éprouvant et parle d'"un nouveau maître du cinéma américain".

La suite sur franceinter.fr

Covid-19 : l'Union européenne enjoint six États à s'expliquer sur leurs restrictions de circulation

"L’Allemagne, la Belgique, la Finlande, la Suède, la Hongrie et au Danemark : ces six pays ont été sommés de s'expliquer sous dix jours sur des restrictions de circulation liées au Covid-19. La Commission européenne l'a annoncé, mardi, lors d'une réunion des ministres des Affaires européennes des Vingt-Sept.

La Commission européenne a adressé, lundi 22 février, des courriers à l’Allemagne, la Belgique, la Finlande, la Suède, la Hongrie et au Danemark pour leur demander des explications sur les restrictions prises contre le coronavirus. Un porte-parole de l’exécutif européen a expliqué que ces six pays appliquaient des mesures plus contraignantes que celles recommandées par l'Union européenne (UE), notamment des interdictions d'entrer sur leur territoire." La suite sur tv5monde.com

Polonais et Hongrois contre Tchèques et Slovaques: le groupe de Visegrad en crise

"Les différences d’appréhension des valeurs européennes de ce « club » d’Europe centrale ont fini par avoir raison de la cohésion politique du groupe, plate-forme de coopération fondée il y a trente ans entre les quatre pays. 

Analyse. Il en va des anniversaires comme des rencontres de famille : tous n’ont pas vocation à être d’heureux événements et la bonne ambiance fait parfois office de façade. Le trentième anniversaire du groupe de Visegrad (V4), plate-forme de coopération entre la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie, célébré le 17 février au château de Wawel, la résidence et nécropole des rois de Pologne, à Cracovie, a montré que le « club » d’Europe centrale, en dépit de sa communauté de destin et d’intérêts potentiels soulignée à souhait, est en train de vivre une crise existentielle majeure.

Fondé en 1991, le groupe avait pour objectif d’accompagner ses pays dans leur adhésion à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et à l’Union européenne (UE). Les années qui ont suivi ont constitué une véritable « success story » européenne : non seulement le groupe V4 a rempli ses objectifs premiers, mais il est aussi devenu l’une des régions de l’UE les plus dynamiques économiquement, longtemps comparée aux « tigres » asiatiques. Puis il y a eu la dérive autoritaire et « illibérale » de la Hongrie de Viktor Orban, puis, quelques années plus tard, celle de la Pologne de Jaroslaw Kaczynski. C’est cet écart par rapport aux valeurs européennes fondamentales qui a fini par avoir raison de la cohésion politique du groupe

Le temps de l’alliance autour de la crise migratoire, où le groupe V4 était au diapason pour dénoncer de manière virulente sur la scène européenne le système de relocation automatique des migrants, est révolu. Un clivage clair apparaît désormais entre, d’un côté, une alliance polono-hongroise qui octroie au groupe V4 un dessein quasi messianique pour « réparer » l’UE et y exporter sa vision souverainiste, identitaire et « illibérale » de la démocratie et, d’autre part, un couple République tchèque-Slovaquie qui non seulement est loin de partager cette vision, mais va jusqu’à remettre en question la raison d’être politique du groupe.

Ambitions diamétralement opposées

Ces dissonances sont apparues au grand jour le matin même du sommet, par tribunes interposées. A un texte de Viktor Orban appelant les membres du groupe à s’unir pour défendre « l’identité chrétienne européenne » contre ses « ennemis intérieurs et extérieurs », le ministre des affaires étrangères slovaque, Ivan Korcok, a répondu en des termes sans équivoque. « Insister sur le fait que le groupe V4 doit agir comme un bloc politique au sein de l’UE n’est pas une bonne idée. » Car qu’en serait-il si tout le monde, en Europe, faisait de même ? Quant « aux appels à s’unir pour apporter un modèle de gouvernance et d’intégration alternatif (…) : ils ne sont pas de l’intérêt de la Slovaquie »." La suite sur lemonde.fr (article payant)

La Hongrie se vaccine chinois, une première en Europe

"Le premier ministre hongrois Viktor Orbán a annoncé mercredi le lancement d’une campagne de vaccination avec un vaccin chinois. Une première dans l’Union européenne.

La Hongrie a commencé mercredi à utiliser le vaccin du laboratoire chinois Sinopharm contre le Covid-19, devenant le premier pays de l’Union européenne (UE) dans ce cas après s’être déjà démarquée en recourant au vaccin russe Spoutnik V. « Aujourd’hui, nous entamons la vaccination avec les lots chinois », a déclaré le premier ministre Viktor Orbán dans un bref message diffusé sur Facebook." La suite sur mediapart.fr  (article payant)

mercredi 24 février 2021

Le "nous et les autres" chez les Hongrois

"Si l’Histoire avait des lois immuables, le petit peuple hongrois aurait dû depuis longtemps disparaître, perdre sa langue et se fondre dans les autres grands peuples qui l’entourent, le monde slave et le monde germanique. Or il a non seulement protégé son identité et sa langue, qui ne ressemble à aucune autre, au long d’un millénaire mais, en dépit de sa taille réduite, il est apparu au XXème siècle comme un pays de premier plan dans les domaines scientifique et culturel. Comment s’explique ce mystère ?

Les Hongrois, ou Magyars comme ils s’appellent eux-mêmes, ne sont à l’origine ni Indo-européens, ni Sémites. Ce sont des Turco-mongols, membres de tribus ougriennes, venant de la région des monts Altaï, situés en Asie centrale entre le Kazakhstan et la Mongolie d’aujourd’hui. Poussés par des migrations successives, ils arrivent au début du Xème siècle à leur destination définitive, la riche plaine de Pannonie, traversée par le Danube, entourée en partie par la chaîne montagneuse des Carpathes. Ils renoncent peu à peu à leurs pratiques de raids et de rapines, et avec le roi Étienne, autour de l’an mil, se sédentarisent, se christianisent, et créent un début d’administration territoriale.

Une symbiose originale


Ou plutôt, ils ne se christianisent qu’en partie, puisque, dès leur ultime migration, se trouvaient mêlées à eux des tribus amies, de religion juive, non pas originaires du Proche-Orient mais converties par des missionnaires venus d’Iran à l’époque de l’empire khazar, créé au VIIème siècle des deux côtés de la Volga. Ces Juifs retrouvent des coreligionnaires romanisés présents dans le bassin du Danube. Dès l’origine, se forme une symbiose très spécifique entre Juifs et Magyars." La suite sur nicoullaud.blogspot.com

Isère Un Viennois invité par Sophie Davant à “Affaire conclue” (France 2)

 Roland Defour et le buste de Jean Mermoz signé Kéléty.  Photo Le DL /Jean-Yves ESTRE

"Ce jeudi 25 février, un Viennois sera l’invité de Sophie Davant pour le tournage de l’émission “Affaire conclue” dans les studios de Saint-Denis, à deux pas du Stade de France. Roland Defour fera expertiser et tentera de vendre au meilleur prix un buste de l’aviateur Jean Mermoz, dû au célèbre sculpteur hongrois Alexandre Kéléty (1900-1940). Il racontera également, pour l’occasion, comment cette sculpture se trouve en sa possession…

L’émission sera diffusée sur France 2 dans quelques semaines." Source : ledauphine.com

Budapest: Mozart et le jeune Mendelssohn réunis le temps d´une soirée. Une touche de fraîcheur bienvenue.

Par Pierre Waline
"Décidément, la vie musicale à Budapest aura rarement été si fournie qu´en cette période de pandémie. Un paradoxe. Et pourtant… Un, voire plusieurs concerts retransmis chaque soir sur le réseau. Certes, cela ne vaut pas la présence sur place, mais voilà qui est malgré tout bien commode. Tel un concert récemment retransmis depuis le Palais des Arts (Müpa) consacré à des oeuvres de Mozart et du jeune Mendelssohn. Une originalité: concert donné sans chef et exclusivement consacré à des oeuvres concertantes. Pour reprendre une comparaison suggérée par ses organisateurs: „Tel un repas où chacun des trois plats principaux serait constitué d´une fine pâtisserie, chacune d´un parfum différent”.

Au programme: le troisième concerto pour violon en sol, K 216 de Mozart et son 24ème concerto pour piano en ut K 491. Pour terminer: de Mendelssohn, le double concerto pour piano et violon, qu´il composa à l´âge de quatorze ans. En solistes, le violoniste Kristóf Baráti et le pianiste Dénes Várjon." La suite sur francianyelv.hu

Le hongrois, champion des déclinaisons ?

Par Pierre Waline

"La langue hongroise ignore les prépositions. Ces dernières étant remplacées, soit par des postpositions, soit, plus couramment, par un suffixe accolé au mot concerné. Suffixes que certains ont vite fait d´assimiler à des désinences, ou cas grammaticaux. C´est ainsi que le site Wikipédia place le hongrois largement en tête des langues d´Europe avec non moins de dix-huit cas recensés. Certes, mais de quoi parle-t-on au juste ?
Ce que nous qualifions généralement de „cas” est le fait des langues dites flexionnelles (à flexion nominale), qui „déclinent” leurs noms, adjectifs et pronoms en leur attribuant une désinence exprimant une valeur grammaticale donnée. Cf. nos déclinaisons latines tant rabâchées." La suite sur francianyelv.hu

Le gardien de la sélection hongroise de football affiche son soutien aux couples LGBT

"Péter Gulácsi, gardien de but hongrois évoluant dans le championnat allemand et en sélection nationale, a témoigné publiquement son soutien aux couples homosexuels privés de la possibilité d’adoption en Hongrie.

#acsaládazcsalád. #lafamillecestlafamille. C’est en reprenant ce hashtag militant que Péter Gulácsi a publié mardi sur sa page facebook un message peu commun dans le milieu du football professionnel.

Le portier, qui évolue depuis 2015 dans l’équipe allemande du RB Leipzig et compte 36 sélections avec l’équipe nationale hongroise, a écrit un message très engagé en faveur de la cause homosexuelle, et plus particulièrement à l’adresse des couples homo privés de la possibilité d’adopter des enfants en Hongrie." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Katalin Karikó : un espoir contre la pandémie

"Elle est à l’origine des nouvelles technologies d’ARN messager qui ont permis l’élaboration des premiers vaccins anti-Covid. Parcours.

Une origine hongroise

Katalin Karikó, née le 17 janvier 1955, a grandi à Kisujszallas, une ville de quelques milliers d’âmes située au cœur de la Hongrie. Son pays est une république populaire sous régime communiste. Sa famille est chrétienne et pauvre. Son père est boucher. Sa scolarité sera excellente. Passionnée de sciences, elle opte pour la biologie et la biochimie, obtient un doctorat et entame des études postdoctorales au centre de recherche biologique de l’Académie hongroise des sciences à Szeged.

L’ARN messager (ARNm), dont le rôle dans la synthèse des protéines a été élucidé en 1961 (par les Français Jacques Monod et François Jacob, tous les deux Prix Nobel, et François Gros), puis la découverte en 1980 par Tom Cech et Sidney Altman (Prix Nobel) que certains ARN peuvent aussi avoir un rôle de catalyseur, comme les enzymes, la fascine. Son académie n’a pas les moyens de financer des projets de recherche dans ce domaine. Aussi prend-elle le risque, en 1985, avec son mari et sa fille âgée de 2 ans, de quitter la Hongrie pour les Etats-Unis. C’est un aller simple." La suite sur parismatch.com

Hongrie : « Ils ont vendu, externalisé et déclassé nos universités »

"Dans les colonnes de Mérce, le journaliste Árpád Kocsis revient sur la vague de privatisation qui touche les universités hongroises. Leur mise au pas parachève une longue dégradation de l'enseignement supérieur hongrois, qui a pourtant eu ses lettres de noblesse . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Politique - András Fekete-Győr sera le candidat de Momentum pour les élections hongroises de 2022

"Le parti libéral Momentum a choisi son président-fondateur András Fekete-Győr pour être candidat contre le Fidesz en 2022. Il devra avant passer par une primaire pour désigner le candidat unique du front anti-Orbán . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Football. Le gardien hongrois Peter Gulacsi s’engage pour la cause LGBTQ +

"Le gardien de but du RB Leipzig, Peter Gulacsi, a apporté son soutien aux couples homosexuels mardi alors qu’une loi était votée dans son pays. Ce texte empêchait ces couples d’adopter des enfants.

Dans un post sur Facebook, où il pose avec son épouse, l’international hongrois s’en prend à une loi introduite par le gouvernement du Premier ministre Viktor Orban en décembre, qui autorise les seuls couples mariés à adopter, ce qui exclut de fait les homosexuels qui n’ont pas le droit de s’unir légalement en Hongrie.

« Tout le monde a droit à l’égalité », écrit Gulacsi. » De la même manière, chaque enfant a le droit de grandir dans une famille heureuse, quel que soit le sexe, la couleur ou la religion de celle-ci. »

Gulacsi joue à l’étranger depuis qu’il a rejoint Liverpool en 2007, avant d’être prêté à d’autres clubs anglais, puis d’évoluer à Salzbourg et désormais à Leipzig." La suite sur ouest-france.fr

mardi 23 février 2021

1res images du Hongrois « Natural Light » en compétition à la Berlinale

"Natural Light (Természetes fény) est réalisé par le Hongrois Dénes Nagy. Il s’agit de son premier long métrage après des moyens métrages documentaires. Nagy s’est également distingué avec le court Soft Rain qui fut sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs en 2013. Natural Light s’apprête à faire sa première mondiale dans le cadre de la Berlinale, où le film figure en compétition. La Berlinale sera à suivre en direct sur Le Polyester.

Le pitch : 1943, Seconde Guerre mondiale. Un long hiver est sur le point de commencer dans les territoires sans fin de l’Union soviétique occupée. István Semetka fait partie d’une unité hongroise spéciale chargée de voyager de village en village à la recherche de groupes de partisans. Un jour, alors qu’elle se dirigeait vers un village isolé, la compagnie tombe sous le feu ennemi et leur commandant est tué. En tant qu’officier le plus haut gradé, Semetka doit prendre la relève…

Des premières images et une bande annonce de Natural Light ont été dévoilées, découvrez-les ci-dessous.
Source et la suite sur : lepolyester.com

L’UE doit se pencher sur une coopération « stratégique » avec la Russie, selon la Hongrie

"Les relations entre l’UE et Moscou doivent être examinées « stratégiquement », ce qui « ne peut se réduire à des sanctions, ou à l’affaire Navalny », a déclaré le ministre hongrois des Affaires étrangères Péter Szijjártó après avoir rencontré ses homologues à Bruxelles lundi (22 février).

« Il est clair qu’il y a des manifestations dans de nombreuses régions du monde contre les résultats des élections ou les systèmes politiques existants. L’Union européenne exprime son point de vue sur ces questions d’une manière ou d’une autre, et dans de nombreux cas, Bruxelles est accusée de faire deux poids deux mesures », a déclaré le diplomate hongrois de haut rang.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont convenu lundi (22 février) d’imposer des sanctions aux fonctionnaires russes pour l’emprisonnement d’adversaire du Kremlin Alexei Navalny, une mesure que la Russie a qualifiée de « décevante » et « illégale », a révélé l’AFP." La suite sur euractiv.fr

2020 – Six mois de football en Hongrie (1/2)

"20 journées se sont déjà écoulées en Hongrie, où le championnat a repris à la mi-janvier. L’occasion de faire le point sur les douze équipes qui composent l’OTP Bank Liga, et qui se portent plutôt bien malgré la crise du Covid-19; celles-ci ont même eu la chance de remplir leurs stades en début de saison ! Première partie avec le Top 6 du championnat hongrois.

1. Ferencváros – 50 points

Le début de saison s’annonçait piégeux pour le champion en titre, engagé dans une campagne de Ligue des Champions à rallonge (merci les quatre tours préliminaires en septembre !) et devant intégrer de nombreux nouveaux joueurs. Finalement, en dehors d’un léger accroc dans le plus vieux derby hongrois contre le MTK Budapest en ouverture du championnat, la machine s’est mise en route plutôt tranquillement. 

Si les recrues star ont déçu, à l’image de Myrto Uzuni acheté 1,8 millions d’euros au Lokomotiv Zagreb et de l’ancien du Zenit Robert Mak, abonné au banc, l’expérimenté bosnien Adnan Kovacevic en provenance du Korona Kielce a considérablement renforcé l’assise défensive. Avant la trêve, Fradi n’avait encaissé que sept buts et n’avait jamais pris plus d’un but dans un match. Combiné à une attaque certes peu efficace mais qui accumule énormément d’occasions (seulement trois matches sur cette première phase où le FTC n’a marqué qu’une fois), le cocktail a donné un résultat comptable exceptionnel de 12 victoires et 2 matches nuls – avec deux matches de retard à la trêve. Seul le MOL Vidi a réussi à rivaliser autant dans le score que dans le jeu, dans son antre, avec un match nul 1-1 à la clé." La suite (temps de lecture 16 minutes) sur footballski.fr

Quel avenir pour les Universités hongroises ?

"Coup de tonnerre pour l’enseignement supérieur en Hongrie. Les grandes universités hongroises passeront sous le contrôle de fondations privées proche du gouvernement le 1er Août 2021. Une action politique et dommageable, dénonce un professeur auprès du JFB.

Depuis le début de l’année, les Universités hongroises sont dans la tourmente. Récemment, un changement de statut leur à été imposé, les forçant à passer sous la tutelle de fondations privées. Cette réforme fait écho à une autre ayant eu lieu en 2017, interdisant les Universités étrangères en Hongrie, à moins elles n’assurent un enseignement dans leur pays d’origine. Cela a notamment obligé la CEU (Université d’Europe Centrale) de Georges Soros à s’exiler à Vienne. 

« Cette réforme est entièrement politique, elle s’inscrit dans un processus du gouvernement anti-intellectuel et contre les sciences considérées comme non productives économiquement parlant », nous confie sans détour un professeur concerné.

Il n’est aujourd’hui pas simple d’interviewer des enseignants, chercheurs ou autre personnel d’Université. Beaucoup refusent de témoigner par peur de représailles ou de sanctions. Comme l’affirme notre interlocuteur, aujourd’hui, en Hongrie « il est très simple de détruire quelqu’un, d’autant plus que le gouvernement n’hésite pas ». C’est pour cette raison que l’identité du professeur avec qui je me suis entretenue ne sera pas révélée. Chef de département, il participe au conseil de sa faculté et au Sénat de l’Université, ce qui le place au premier rang pour constater ce qui se déroule actuellement." La suite sur jfb.hu

lundi 22 février 2021

“Gloomy Sunday” : de Dan Byas à Gainsbourg, jamais dimanche soir ne donnera si plaisant cafard

"Soupçonnée d’inciter au suicide en Hongrie, où elle a été écrite, la chanson y fut d’abord interdite… avant que son compositeur lui-même mette fin à ses jours. Ce requiem devenu un standard du jazz outre-Atlantique a inspiré nombre de musiciens pudiques, mélancoliques ou carrément désespérés, tels Mel Tormé, Lydia Lunch et Serge Gainsbourg.

Gloomy Sunday appartient à la catégorie des standards noirs, de ceux qui filent le cafard, portent la poisse et auxquels on ne peut s’attaquer sans mettre son âme en jeu. En Hongrie, où elle fut d’abord diffusée, la chanson (Szomorú Vasárnap en version originale) fut interdite car on la soupçonnait d’inciter au suicide. Dans ces contrées, on ne plaisante pas avec ces choses-là. Rezső Seress, son compositeur, n’y a pas tenu. En 1968, trente-trois ans après le premier enregistrement de Szomorú Vasárnap, il se jetait par la fenêtre puis, constatant que ce geste n’avait pas eu raison de lui, s’étranglait rageusement pour quitter enfin ce fichu monde. Sa chanson avait quant à elle déjà traversé l’Atlantique. Elle n’a cessé depuis d’accompagner de ses accents tristes l’exaspérant cortège des dimanches sans espoir." La suite sur telerama.fr

Hongrie - 54 % des personnes interrogées expriment des opinions islamophobes

Un tiers des Européens a des opinions négatives sur les musulmans

Selon le rapport de HopeNotHate intitulé « L’état de la haine : l’extrémisme d’extrême droite en Europe », un tiers des Européens a des opinions négatives sur les musulmans. La Hongrie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni sont en tête des pays européens dont les citoyens ont des opinions les plus négatives sur les musulmans.

Fruit d’une collaboration entre trois organisations antifascistes européennes, Hope not Hate, la fondation EXPO et la Fondation Amadeu Antonio, ce rapport confirme une fois de plus la prédominance des opinions négatives sur les musulmans en Europe en 2020. Il révèle que les Hongrois sont les premiers à avoir ces opinions négatives sur les musulmans, avec une majorité de 54 % des personnes interrogées exprimant des opinions islamophobes. Ils sont suivis des Britanniques et des Néerlandais avec respectivement 15 % et 11 % des citoyens locaux." La suite sur bladi.net

Il y a 77 ans, le 21 février 1944, les membres du Groupe Manouchian étaient fusillés au Mont Valérien par les Allemands


"Aujourd’hui [21 février 2021] dans diverses villes en France, des rassemblements seront organisées pour commémorer la mémoire du Groupe Manouchian, 23 résistants membres des Francs-Tireurs et partisans de la Main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI), résistants à l’occupant allemand, fusillés le 21 février 1944 au Mont Valérien. A la tête de ce groupe, Missak Manouchian né en 1906 dans l’Empire ottoman, rescapé du génocide arménien, poète et écrivain communiste qui avait trouvé refuge en France en 1925.
Après l’arrestation des membres du Groupe Manouchian en région parisienne, les allemands avaient placardé sur les murs de Paris et de la province une affiche « L’Affiche rouge » présentant les résistants comme des terroristes. Une « Affiche rouge » au service de la propagande nazie.
Sur cette « Affiche rouge » étaient présentés les 23 membres du Groupe Manouchian." La suite sur armenews.com

 Parmi ces 23 résistants :

Joseph Boczov [József Boczor ; Wolff Ferenc], Hongrois, 38 ans - Ingénieur chimiste

Thomas Elek [Elek Tamás], Hongrois, 18 ans - Étudiant

Emeric Glasz [Békés (Glass) Imre], Hongrois, 42 ans - Ouvrier métallurgiste

Choix - La Hongrie, eldorado des vaccins orientaux

"Heti Világgazdaság - Budapest
Seul pays de l’Union européenne à parier à la fois sur le vaccin russe Spoutnik V et le chinois Sinopharm face au coronavirus, la Hongrie adopte une stratégie aussi périlleuse que politiquement motivée à un an des élections, dénonce HVG.

“Sommes-nous devenus le terrain d’expérimentation des vaccins de l’Est ?” s’interroge en une l’hebdomadaire HVG qui consacre un dossier à ce sujet. La Hongrie est le seul pays de l’Union européenne à utiliser le vaccin Spoutnik V (deux millions de doses commandées à Moscou) et à se fier au chinois Sinopharm, dont 550 000 premières doses sont arrivées mardi 16 février à l’aéroport de Budapest. “Demandez conseil à votre médecin concernant les risques et les effets secondaires”, ironise HVG à travers un méli-mélo de caractères orientaux, manière d’illustrer le flou entourant ces vaccins." La suite sur courrierinternational.com

dimanche 21 février 2021

Naviguer plus aisément sur le Danube

"Il est question de le creuser et de le rendre navigable 300 jours par an. Ce qui demanderait des travaux évalués à 18 millions d'euros, financés presque entièrement par l’UE. 

A une époque où l’ on pense sérieusement à protéger l’environnement, on est partagé devant un tel projet. D’un côté chercher à utiliser pleinement un mode de transport respectueux justement de cet environnement et d’autre part des travaux qui peuvent menacer l'écosystème du fleuve. Mais si l’on en croit Botond Szalma, PDG de PLIMSOLL Ltd, une société de transport fluvial qui pratique le Danube depuis des dizaines d'années, le niveau de l’eau du fleuve baisse et des travaux sont nécessaires. Il précise que le Danube n'est pas navigable 150 à 180 jours. Durant une année, un bateau d’une capacité de 1.500 tonnes de fret ne peut pas en transporter plus de 800. La moitié des cales n'est pas utilisée, c'est une perte importante pour les compagnies et les activités commerciales avec l'étranger." La suite ou à écouter sur podcastjournal.net

Un institut pour étudier les relations des Hongrois avec les Turcs

"L’un des pionniers dans la création de l’institut, le ministre des Ressources humaines Miklós Kásler a déclaré dans un communiqué sur le sujet en octobre que « le travail à faire dans ce domaine peut mettre un terme à l’hypothèse ou à l’identité de la langue turco-finno-ouralienne. débat ».

En Hongrie, le gouvernement a créé un institut pour étudier les origines des Hongrois. Avec le décret signé par le Premier ministre Victor Orban, il vise à clarifier le casse-tête historique de l’identité sur l’existence d’une parenté avec les Turcs à la suite des études à mener par l’Institut hongrois de recherche, qui a commencé ses activités en janvier 1." La suite sur medyaturk.info

Budapest: reprise de la saison à l´Opéra. Don Carlos de Verdi (diffusé en ligne)

Par Pierre Waline
"Voilà une bonne nouvelle! Pour entamer sa saison, l´Opéra de Budapest nous propose chaque semaine , à partir de la mi-février, la diffusion en direct d´un opéra. Certes „en ligne” et non sur place, mais des représentations „à part entière” avec décors et costumes. Pour débuter la série, le choix s´est porté sur Don Carlos de Verdi (version chantée en italien), donné ce samedi. Un choix d´autant bienvenu qu´il s´agit d´un opéra rarement donné. Qui, il est vrai, occupe une place à part dans la production du maître italien. L´oeuvre est tirée du drame de Schiller, lui même inspiré d´un fait historique, quoique quelque peu romancé. C´est sur une commande de l´Opéra de Paris que Verdi se mit à l´ouvrage. Travail qui ne se fit pas sans peine, souvent remanié, au point que Verdi envisagea un moment de rompre son contrat. Donnée à Paris en mars 1867, le première se solda, sinon par un fiasco, du moins par un accueil plutôt froid. Il est vrai, chantée dans de mauvaises conditions et insuffisamment préparée. Verdi quitta donc Paris pour se remettre quelques années plus tard à l´ouvrage, cette fois dans une version italienne. Version remaniée sur un nouveau livret et réduite de cinq à quatre actes qui fut donnée à la Scala en 1884 sous le nom de Don Carlo. Entre temps, au lendemain de la création parisienne, Verdi avait fait traduire en italien la version française (celle donnée ce soir)." La suite sur francianyelv.hu

[VIDÉO] La Hongrie se qualifie au bout du suspense à l'Eurobasket 2022

Crédit photo : FIBA
"Un 3-points assassin de Szilard Benke : en plus d'offrir la victoire aux siens, il permet à la Hongrie de se qualifier pour le championnat d'Europe 2022.

À Kiev (Ukraine), la Hongrie a été la sensation de la soirée face à l'Autriche (83-81), ce vendredi 19 février. Menés à la mi-temps (39-30, 20'), les Hongrois sont revenus des vestiaires avec de meilleures intentions pour arracher une prolongation. Et c'est finalement Szilard Benke, avec un tir à 3-points avec la planche en total déséquillibre, qui a donné la victoire aux siens." La suite et vidéo sur bebasket.fr

(COVID-19) Hongrie : les cas d'infections au nouveau coronavirus dépassent les 400.000

"BUDAPEST, 20 février (Xinhua) -- La Hongrie a enregistré samedi 2.995 nouveaux cas d'infections au nouveau coronavirus en 24 heures, portant le total national à 400.111 personnes porteuses du virus, selon les données officielles.

Au cours des dernières 24 heures, 107 personnes sont mortes du COVID-19, portant le bilan à 14.252 décès dans le pays, tandis que 304.680 personnes se sont rétablies. Actuellement, 4.147 patients sont traités dans les hôpitaux, dont 351 sous respirateurs, selon les chiffres du site internet gouvernemental d'information sur le coronavirus.

Samedi, 427.309 personnes avaient reçu au moins la première injection d'un vaccin, tandis que 172.739 avaient reçu deux injections, selon ce site." La suite sur xinhuanet.com

Viktor Orban, le plus chinois des Européens

"Le Premier ministre accueille les investissements chinois à bras ouverts, au grand dam de Bruxelles. L'enfant terrible de l'Europe veut même se faire inoculer le vaccin chinois Sinopharm !
Le chantier est colossal. A la rentrée 2024, Budapest accueillera le premier campus européen de l'université d'élite Fudan de Shanghai. Disposant d'un budget plus élevé que l'ensemble de l'enseignement supérieur hongrois, l'établissement formera 5 000 étudiants en master chaque année. Généreux, le gouvernement de Viktor Orban soutient l'achat du terrain situé au sud de Pest, non loin de l'île industrielle de Csepel. Montant de son aide : 2,2 millions d'euros. Objectif ? Transformer la capitale hongroise en "pôle régional de connaissances", affirme le ministère de l'Innovation. Calendrier cruel : au moment où elle engageait les négociations avec Fudan, l'administration Orban chassait du pays l'université d'Europe centrale fondée par le milliardaire américain d'origine magyare George Soros, la bête noire du Premier ministre hongrois. Pépinière de l'élite politique régionale, dont une partie de l'actuel exécutif, cet établissement d'excellence a dû déménager à Vienne à l'automne 2019.

L'installation de Fudan sur le sol hongrois n'est qu'un nouvel épisode de l'idylle qu'entretient Viktor Orban avec la Chine depuis le 3 décembre 2013. Ce jour-là, le dirigeant inaugurait à Biatorbagy, près de Budapest, le plus grand centre logistique de Huawei hors de Chine. Au coeur de l'édifice de 30 000 mètres carrés, Orban prononçait un plaidoyer pour la coopération avec l'empire du Milieu : "Seuls les pays ouverts à la Chine et les zones où les entreprises chinoises sont présentes auront la capacité de s'en sortir et de devenir des gagnants dans un monde post-crise." La suite sur lexpress.fr

samedi 20 février 2021

Le plus haut législateur chinois s'entretient avec son homologue hongrois par liaison vidéo

"Le plus haut législateur de la Chine, Li Zhanshu, s'est entretenu vendredi avec le président du Parlement hongrois, Laszlo Kover, par liaison vidéo, et ils se sont engagés à faire jouer aux deux organes législatifs un rôle positif pour renforcer les relations entre les Etats.

Selon M. Li, président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN), ces dernières années, la confiance politique mutuelle bilatérale a continué à s'approfondir, la coopération a donné des résultats fructueux, et les relations entre les deux pays sont entrées dans la meilleure période de leur histoire.

Face à l'épreuve de la pandémie du COVID-19, les deux pays se sont activement soutenus dans la lutte contre le virus et la reprise du travail et de la production, a déclaré M. Li." La suite sur peopledaily.com.cn

Les chiens ont conscience de leur corps et comprennent les conséquences de leurs actions

"Une étude hongroise menée par le département d'éthologie de l'Université Loránd Eötvös révèle que les chiens ont bien conscience de leur corps.

La recherche n'avait, jusqu'à maintenant, pas réussi à démontrer une capacité d'auto-représentation poussée chez le chien (Canis familiaris). C'est désormais chose faite par le prolifique département d'éthologie de l'Université Loránd Eötvös (Hongrie).

Les chiens ont des capacités cognitives complexes" La suite sur sciencesetavenir.fr

Hongrie : une consultation nationale axée sur la gestion de la crise sanitaire

"Le gouvernement hongrois a lancé une nouvelle consultation nationale qui porte sur une hypothétique levée des restrictions sanitaires. La Hongrie et l'Europe centrale peinent à endiguer la propagation du virus et semblent connaître le début d'une troisième "vague . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

La Hongrie ignore la justice européenne en expulsant des migrants vers la Serbie

"La Cour de juste de l’Union européenne a jugé illégale l'expulsion de demandeurs d’asile de la Hongrie vers la Serbie. Mais le gouvernement national-conservateur de Viktor Orban ignore ce jugement.

Le gouvernement hongrois ne fait aucun secret de son non respect de la loi européenne. Un site officiel fournit des chiffres précis et recense méticuleusement chaque cas d’expulsion par année et par catégorie. 

Ces cas concernent l'expulsion de demandeurs d’asile par les garde-frontières hongrois vers la Serbie. Selon les statistiques officielles, disponibles sur le site de la police hongroise, 2 824 réfugiés ont été appréhendés près de la clôture qui sépare les deux pays, rien que pour ce mois de janvier. Tous ont été contraints à retourner en Serbie. 

Par ailleurs, 184 sans papiers ont été appréhendés et doivent encore être jugés en Hongrie. Ils seront eux aussi très probablement renvoyés en Serbie." La suite sur infomigrants.net

vendredi 19 février 2021

Nouveau scandale concernant le principal candidat hongrois à la CJUE

"Le principal candidat hongrois à la CJUE aurait été choisi unilatéralement, sans sélection formelle. Aucune procédure de candidature publique ni aucune autre procédure de sélection officielle n’a précédé la nomination de Zoltán Csehi comme nouveau membre de la Cour de justice de l’Union européenne par la ministre hongroise de la Justice, Judit Varga. Selon des sources de Telex, M. Csehi avait été avocat dans le cabinet du prédécesseur de Mme Varga jusqu’en 2016 et avait peu d’expérience en droit européen avant d’être nommé au Tribunal de première instance de l’Union européenne la même année. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com avec Telex)" Source : euractiv.fr

Les quatre pays de Visegrad, un groupe avec lequel il faut compter désormais en Europe

"Constitué il y a tout juste trente ans pour arrimer à l'Europe de l'Ouest les pays d'Europe centrale, après l'effondrement du bloc soviétique, le groupe de Visegrad est aujourd'hui un club de « refuzniks » qui revendiquent leur souveraineté et s'opposent aux politiques de Bruxelles. Le V4 n'en a pas moins gagné en légitimité comme le montre la visite du président du Conseil européen, Charles Michel à l'occasion du trentième anniversaire du « V4 ».

« Il faut laisser les vaccins à l'écart de la politique. Il n'y a pas de vaccins de l'Est et de vaccins de l'Ouest ! », a lancé Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, mercredi, à l'issue de la rencontre des dirigeants du groupe de Visegrad à Cracovie. Le président du Conseil européen, Charles Michel, est venu tout spécialement en Pologne pour fêter les trente ans du club informel, qui réunit la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie. Les partenaires de Viktor Orban au sein du « V4 » , le Polonais Mateusz Morawiecki et le tchèque Andrej Babis ont acquiescé et critiqué la lenteur des livraisons de vaccins en Europe, mais ils n'ont pas été jusqu'à s'affranchir comme lui de l'approbation de l'Agence de santé européenne pour commander les vaccins russe Spoutnik V et chinois Sinopharm." La suite sur lesechos.fr

Bruxelles met en garde la Hongrie contre son non-respect de la décision de la CJE sur le financement des ONG

"Bruxelles a envoyé jeudi une lettre de mise en demeure à la Hongrie pour ne pas avoir levé les restrictions sur le financement des ONG.

Budapest a désormais deux mois pour répondre à la Commission européenne et risque une amende.

La lettre intervient sept mois après que la Hongrie a été reconnue coupable par la Cour européenne de justice (CJCE) d’avoir enfreint le droit de l’UE en limitant le montant du financement étranger que les ONG opérant dans le pays peuvent recevoir.

La loi, adoptée par le gouvernement du Premier ministre Viktor Orban en 2017, limitait les dons étrangers à 22000 € par an, les ONG étant également tenues de lister les sponsors étrangers donnant plus de 1400 € par an." La suite sur news-24.fr

jeudi 18 février 2021

Vaccins anti-Covid : les chefs de gouverment du groupe de Visegrád mettent la pression sur l’UE

"Réunis à Cracovie, mercredi, pour le 30e anniversaire de la création du groupe de Visegrád (V4), les chefs de gouvernement tchèque, hongrois, polonais et slovaque ont appelé l’Union européenne à faire en sorte de contraindre les sociétés pharmaceutiques à respecter leurs engagements pris en matière de livraisons de vaccins contre le Covid-19.

Présent lui aussi à ce sommet, Charles Michel, le président du Conseil européen, a affirmé « partager l’inquiétude des Premiers ministres des pays du V4 » et que « l’accélération des livraisons »  constituait « une priorité absolue » pour la Commission européenne." La suite sur radio.cz

Michel réaffirme les valeurs démocratiques de l'UE aux 30 ans du Groupe de Visegrad

"Le président du Conseil européen Charles Michel a cité les "valeurs démocratiques fondamentales" de l'Union comme première priorité du projet politique européen, mercredi lors d'une conférence de presse à Cracovie (Pologne) en marge des 30 ans du groupe de Visegrad. Parmi les objectifs communs de l'UE et de cette entité informelle, constituée en 1991 dans la ville hongroise du même nom par la Pologne, la Hongrie et l'ex-Tchécoslovaquie, à une époque où ces pays cherchaient à entrer dans l'Union, "la première priorité, c'est de ne jamais oublier que notre projet politique européen est construit sur des valeurs démocratiques fondamentales", a affirmé M. Michel, à l'issue d'une réunion avec les quatre chefs de gouvernement, au château du Wawel. "C'est un débat permanent en Europe et dans le monde, mais il est important car il inspire nos politiques", a souligné le Belge, alors que plusieurs réformes entreprises par les régimes ultra-conservateurs et souverainistes en place à Varsovie et à Belgrade sont dans le collimateur de l'UE pour atteintes à l'État de droit." La suite sur lalibre.be

Creuser le Danube ou le protéger ? Le dilemme hongrois

"C'est un projet au long cours, évalué à 18 millions d'euros, et pour l'essentiel financé par l'Union européenne.

L'objectif est de creuser le Danube pour le rendre navigable 300 jours par an.

Le dilemme pour les Hongrois est qu'il s'agit de soutenir un mode de transport respectueux de l'environnement alors que les travaux eux-mêmes menacent l'écosystème du fleuve.

Botond Szalma est le directeur d'une société de transport fluvial.

Il travaille sur le Danube depuis des dizaines d'années, il a vu le niveau d'eau baisser et il explique que les travaux sont nécessaires." La suite et vidéo sur euronews.com

La Hongrie, cheval de Troie de la Russie en Europe?

"Membre de l'Union européenne, la Hongrie s'est pourtant tournée vers les vaccins anti-Covid russe et chinois, bien que l'UE ne les ait pas encore approuvés. Sur fond de tensions et d'une nouvelle vague de sanctions de l'Europe contre la Russie, dans le sillage de l'affaire Navalny, la Hongrie et son Premier ministre Viktor Orban se rapprochent de plus en plus de Moscou. Reportage de notre correspondant, Gulliver Cragg avec Elena Volochine." Vidéo sur france24.com (7min)

mercredi 17 février 2021

Hongrie : Viktor Orbán muselle les médias

 D’après une étude publiée en janvier dernier, 44 des 87 médias d’envergure nationale sont désormais aux mains de proches du premier ministre Viktor Orbán. Une situation qui continue d’empirer avec la fin de l’autorisation pour la radio d’opposition Klubradio d’émettre sur les ondes : elle diffusera désormais uniquement sur internet. Matthieu Boisdron, docteur en histoire, chargé d’enseignement à l’Université de Nantes et rédacteur en chef adjoint du « Courrier d’Europe centrale » nous éclaire.

L’été dernier, Index, l’un des sites d’information indépendants les plus consultés en Hongrie avait vu son rédacteur en chef licencié. Il avait prévenu publiquement que l’indépendance de son journal était en danger après qu’un proche de Viktor Orbán rentre au capital de la régie publicitaire. S’en est suivie la démission solidaire de l’ensemble des journalistes d’Index.

Dimanche, c’est le média indépendant Klubradio qui a migré des ondes vers le web, à la suite d’une décision du pouvoir. Un exemple de plus de la volonté de Viktor Orbán de museler la presse. En dix ans, la Hongrie est passée du 23e rang du classement de Reporters Sans Frontières (RSF) sur la liberté de la presse, au 89e.

Matthieu Boisdron, docteur en histoire, chargé d’enseignement à l’Université de Nantes et rédacteur en chef adjoint du Courrier d’Europe centrale revient sur la relation entre le premier ministre hongrois et les médias, à un an des élections législatives dans le pays.

Tiphaine Crézé et la rédaction du Chantier.
A écouter sur lechantier.radio (11'42")

Défendre le pluralisme médiatique en Hongrie

"C'est un appel pour défendre la pluralité des médias en Hongrie. Plus de 80 eurodéputés demandent à la Commission européenne de prendre des mesures concrètes après la suspension de la dernière radio indépendante du pays Klubradio.

Les autorités hongroises ont refusé de prolonger les autorisations d'exploitation car la station aurait, par deux fois au cours de la même année, remis avec retard des documents administratifs. "Nous ne pouvons pas abandonner cette bataille sur l'Etat de droit. Il faut faire tout ce que nous pouvons", insiste l’eurodéputée libérale et signataire de l’appel Laurence Farreng. La Commission a envoyé une lettre à Budapest. Elle demande à ce que Klubradio puisse utiliser sa fréquence tant tant qu’aucune décision définitive n'a été rendue." La suite sur euronews.com

Roumanie et Hongrie accusent une chute de leur PIB en 2020

"La Roumanie et la Hongrie ont toutes deux annoncé mardi un net recul de leur produit intérieur brut (PIB) en 2020, enregistrant leur pire contraction annuelle depuis 2009, sous l'effet des restrictions liées à la pandémie de Covid-19.

En Roumanie, le repli est ressorti à 3,9%, selon les chiffres publiés par l'Institut des statistiques (INS), après une croissance de 4,1% en 2019 qui l'avait classée parmi les pays les plus dynamiques de l'Union européenne." La suite sur lefigaro.fr

Bibliothèques guichets à Budapest

"Après quatre mois de fermeture, la grande bibliothèque de Budapest a trouvé une petite fenêtre pour court-circuiter les restrictions sanitaires et reprendre l'activité : pas question de laisser entrer les clients, tout le monde reste dehors, les emprunts se font au guichet.

Ferenc Farkas, responsable de la bibliothèque Ervin Szabó : "Depuis mercredi dernier, 5 500 personnes sont passées pour emprunter un livre, devenir membre ou renouveler leurs cartes. On a 44 guichets à Budapest, pas seulement ici à la bibliothèque."

Les lecteurs doivent réserver leurs livres en avance et à chaque retour, les livres passent 72 heures en quarantaine avant de pouvoir être empruntés à nouveau." La suite sur euronews.com

Révéler l’identité d’un fraudeur fiscal n’est pas contraire au respect de la vie privée, selon la CEDH

"Pratiqué en France par le fisc pour les personnes morales, le "Name & Shame" n'est pas anticonstitutionnel quand il cible les particuliers, considère la Cour européenne des droits de l'homme.

Grâce à la Cour européenne des droits de l’homme, la pratique du "Name & Shame", une technique déjà bien usitée par l'administration américaine pour dissuader les contribuables de fraude fiscale en "balançant" publiquement l’identité des mauvais élèves, semble avoir de beaux jours devant elle en Europe.

Saisie par un citoyen hongrois qui contestait que l’autorité financière de son pays ait publié son nom, son adresse et le montant de sa condamnation fiscale en vertu du droit au respect de la vie privée et familiale, la CEDH lui a donné tort dans un arrêt rendu le mois dernier relevé par Capital.

La cour a en effet considéré que la publication de ces éléments n’était pas contraire à la Convention européenne des droits de l’homme, qui protège ce droit dans son article 8." La suite sur boursier.com

Covid-19 : la Hongrie reçoit ses premiers vaccins de Chine, une exception en UE

"Les 550.000 premières doses du vaccin chinois Sinopharm contre le Covid-19 sont arrivées mardi 16 février en Hongrie, seul pays de l'Union européenne à l'avoir approuvé, a annoncé le gouvernement de Viktor Orban qui se démarque aussi par l'utilisation de Spoutnik V. L'avion de l'Etat hongrois, parti la veille pour Pékin, a atterri à l'aéroport de Budapest à la mi-journée, avec à son bord des lots qui permettront de vacciner 275.000 personnes.

«Grâce à une coopération avec le gouvernement chinois, nous sommes le premier pays de l'UE à recevoir le vaccin de Sinopharm», s'est félicité sur place Tamas Menczer, secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères. «Nous essayons de sauver des vies et de maintenir l'économie, c'est un jour important pour la Hongrie», a-t-il ajouté." La suite sur lefigaro.fr

Au bord de la faillite, Budapest lance une campagne d’affichage pour brocarder le gouvernement

"Non, il ne s’agit pas d'une énième campagne d’affichage du gouvernement, mais bien de celle de la ville de Budapest ! En effet, la municipalité sensibilise les Budapestois sur l'état catastrophique des finances de la capitale, avec une campagne d'affichage que ne renierait pas le gouvernement . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

mardi 16 février 2021

Football - Ligue des champions : Budapest et Bucarest, des terrains pas si neutres

"Les stades phares des deux villes vont accueillir à la hâte trois huitièmes de finale, en raison des restrictions liées au Covid. Un coup de projecteur recherché pour des pays en manque de visibilité, à quelques mois de l’Euro.

Les clubs de Budapest et Bucarest ont beau ne pas avoir joué la Ligue des champions cette année, voilà que les deux capitales d’Europe de l’Est accueillent trois huitièmes de finale de la compétition phare. Conséquence du Covid-19, dont la propagation en Europe via plusieurs variants fait que l’Allemagne et l’Espagne refusent de prendre le moindre risque. Quitte à interdire aux équipes anglaises de se rendre sur leur territoire, en dépit des forts enjeux (sportifs, financiers) à ce stade de la compétition. A l’origine programmée en Saxe, la rencontre opposant Leipzig à Liverpool se tiendra donc ce mardi à Budapest, comme le huitième aller entre le Borussia Mönchengladbach et Manchester City le 24 février prochain. La veille, le duel Atlético-Chelsea doit, lui, se dérouler à Bucarest." La suite sur liberation.fr

Atenor lance un nouveau projet résidentiel de 1.300 appartements à Budapest

"Après la capitale roumaine, le promoteur belge Atenor lance un deuxième programme résidentiel de taille en Europe de l’Est. Le projet phasé Lake City développera dans le 11e district de Budapest 1.300 logements au total. 

Atenor vient de signer un accord relatif à l'acquisition de nouvelles parcelles dans le District XI de Budapest pour une superficie au sol de près de 83.000 m². Baptisé Lake City, ce nouveau projet proposera pas moins de 1.326 appartements développés en 8 phases." La suite sur lecho.be

MERSEN s'empare du solde du capital du hongrois, Fusetech

"(AOF) - Mersen, expert mondial des spécialités électriques et des matériaux avancés, annonce avoir acquis le plein contrôle de la société Fusetech, basée à Kaposvar en Hongrie, en rachetant la participation détenue par le groupe Hager. Le montant de l’opération est d’environ 4 millions d’euros, hors « earn-out » (complément de prix) futur. Cette opération lui permet de renforcer son efficacité industrielle en Europe dans le domaine des fusibles, et d’intégrer dans le groupe un site performant pour la fabrication de certaines de ses gammes de produits futurs en norme européenne (IEC)." La suite sur capital.fr

lundi 15 février 2021

Politique relative aux réfugiés: comment la Hongrie ne respecte pas le droit de l’UE

"La Cour européenne de justice a déclaré illégales les expulsions de réfugiés vers la Serbie par la Hongrie. Le gouvernement national-conservateur de Viktor Orbán ignore le verdict et continue d’expulser des réfugiés.

Le gouvernement hongrois n’a fait aucun effort pour cacher la violation de la loi. Vous pouvez le lire sur un site officiel. Il y est répertorié méticuleusement pour chaque semaine calendaire, par catégories et avec le nombre exact de cas.

Il s’agit de l’expulsion de réfugiés de Hongrie vers la Serbie par les gardes-frontières hongrois. Selon les statistiques officielles, disponibles sur le site Internet de la police hongroise, 2 824 réfugiés ont été arrêtés près de la barrière frontalière avec la Serbie en janvier de cette année et refoulés en Serbie. En outre, il y a eu un peu moins de 184 autres cas de réfugiés qui ont été arrêtés et qui devaient initialement faire l’objet de poursuites pénales en Hongrie. Ils sont généralement également expulsés vers la Serbie." La suite sur ecopeco.org

Dix remarques sur les médias hongrois

"Les deux camps de la politique hongroise peuvent faire connaître leurs vues aux trois quarts des électeurs.

Médianéző Központ Kft est une société de recherche consacrée aux médias et aux politiques médiatiques de Hongrie et d’Europe centrale, dans le cadre du groupe Nézőpont Institution Kft. Il s’agit d’un groupe de réflexion hongrois créé en 2006 dans le but, comme l’affirme son site Web, « de contribuer à la vie publique et au débat public hongrois en fournissant des données vérifiées, des faits et des opinions portant sur ces derniers ».

Le marché hongrois de l’information est politiquement équilibré : en termes d’ordre de grandeur, les Hongrois sont aussi nombreux á s’informer dans la presse conservatrice que dans celle de la gauche libérale– apprend-on en lisant la dernière analyse de Médianéző Központ. Cette étude donne une image d’ensemble du marché hongrois de l’information, en soulignant que, depuis 2010, le nombre des organes de presse de la gauche libérale n’a jamais cessé de croître, et que les principales entreprises médiatiques de Hongrie sont profitables indépendamment de leurs rapports avec le gouvernement." La suite sur magyarnemzet.hu

Entretien - Miklós Lukács, maître des horloges - Le joueur de cymbalum hongrois répond à nos questions.

Miklós Lukács © Gérard Boisnel
"Phénomène repéré depuis de nombreuses années sur la scène européenne, Miklós Lukács est de ces musiciens qu’on n’est jamais surpris de retrouver dans de nombreux projets. En Hongrie bien sûr, où il a écumé toutes les scènes d’importance avec ses pairs, du vétéran Béla Szakcsi Lakatos à Mihály Dresch. Mais aussi dans toute l’Europe où son cymbalum, cet instrument populaire à cordes frappées d’Europe Centrale, fait sensation. Mais bien plus que l’instrument, c’est la personnalité et la finesse musicale de Lukács qui est recherchée, et le spectre large de son jeu, qui embrasse le classique aussi bien que l’improvisation pure. En deux trios, de « l’américain » de Cimbalom Unlimited au « hongrois » Cimbiosis, il a imposé sa propre voix et son instrument polymorphe. Rencontre avec un musicien généreux fasciné par le temps et les rencontres

- Votre instrument, typique de l’Europe Centrale, était surtout connu des amateur de Bartók. Comment l’avez-vous imposé dans la sphère jazz ?"
La suite sur citizenjazz.com

Hongrie : les médias pris en étau

"Le motif ne relève pas de la faute grave mais pourrait bien valoir à Klubrádió de cesser d’émettre : deux retards dans le dépôt de sa grille des programmes auprès de l'administration semblent justifier de priver la dernière radio indépendante hongroise de licence. Signe qu’elle gêne Viktor Orbán.

La première station indépendante de radio de Hongrie va perdre sa licence ce dimanche 14 février.

Nous avons exprimé nos préoccupations concernant la liberté et le pluralisme des médias en Hongrie dans des rapports sur l'État de droit. Le cas de Klubrádió ne fait qu'accroître ces préoccupations.

La Commission européenne n’a pas mâché ses mots jeudi 11 février, deux jours après que cette dernière radio indépendante hongroise a été déboutée de son appel pour garder sa licence.

Comme si le motif de la suppression de l’autorisation d’exploitation masquait une intention inacceptable de la part des autorités d’un pays membre de l’Union européenne. Pour l'Agence d'État pour les médias et la communication (NMHH), très proche du pouvoir de Viktor Orbán, Klubrádió a tardé à deux reprises à déposer les rapports sur le contenu de sa grille des programmes, faite d’informations, de divertissement et de musique hongroise." La suite sur franceculture.fr

Une exposition photo sur le Vietnam, sa culture et ses habitants en Hongrie

"Le vernissage d’une exposition photographique de grand format sur le Vietnam, sa culture et ses habitants en Hongrie a été inauguré le 12 février à Budapest.

Hannoï (VNA) - Le vernissage d’une exposition photo de grand format sur le Vietnam, sa culture et ses habitants en Hongrie a été inauguré le 12 février dans la rue piétonne du 4e arrondissement de la capitale Budapest, à Hongrie.

Organisée conjointement par l'ambassade du Vietnam en Hongrie et l'Association de la culture pour la Hongrie, cette exposition est une occasion de promouvoir auprès du peuple hongrois et des amis internationaux un Vietnam prospère, dynamique et en développement, avec des gens sympathiques et hospitaliers et une culture traditionnelle unique, imprégnée de l'identité nationale." La suite sur vietnamplus.vn

 

dimanche 14 février 2021

Un supermarché joue les Cupidons pour la Saint-Valentin à Budapest

"Pour faciliter les rencontres à l’occasion de la Saint-Valentin, un supermarché joue les Cupidons en Hongrie avec des «paniers pour célibataires».

Une grande surface hongroise veut faciliter les rencontres en ces temps de disette amoureuse et de pandémie en proposant à ses clients des «paniers pour célibataires» à l’occasion de la fête des amoureux dimanche.

Rose pour les filles, bleu pour les garçons: ces paniers sont munis d’une pancarte sur laquelle il est écrit: «Je cherche l’âme sœur». Ils attendent les acheteurs à l’entrée du magasin Auchan de Csomor, à l’est de la capitale Budapest.

Sur un panneau au-dessus de la pile, on peut aussi lire: «Êtes-vous célibataire ? Utilisez les paniers pour célibataires, afin de faire la bonne rencontre dans votre magasin préféré»!" La suite sur lematin.ch

samedi 13 février 2021

Paul Arma et le folklore musical de la France

"Un compositeur au destin singulier, pris dans le tourbillon du 20ème siècle : Paul Arma. Élève choyé de Bartok, pianiste concertiste, compositeur passionné de technologie, il sera dès la seconde guerre mondiale, l'un de nos plus importants ethnomusicologues sur les traces de notre patrimoine vocal.

Saskia de Ville : Marc-Olivier, nous évoquons aujourd’hui un extraordinaire musicien du siècle dernier, Paul Arma.

Marc Olivier Dupin : Né à Budapest en 1904, mort à Paris en 1987, Paul Arma traverse le siècle  d’une façon incroyablement riche et singulière. Élève en composition très apprécié de Bartók, il sera aussi pianiste concertiste aux États-Unis, chef de chœur, ethnomusicologue et sur le tard, passionné de technologie." La suite et à écouter (3 min) sur francemusique.fr

 

Cinéma : rencontre avec Dénes Nagy, réalisateur hongrois du film Natural Light sélectionné à la Berlinale

"C’est une première ! Deux films hongrois sur les quinze sélectionnés figurent dans la compétition officielle de la 71ème Berlinale qui se tiendra du 1er au 5 mars, sans public en raison de la crise sanitaire. Rencontre avec Dénes Nagy, réalisateur de « Természetes fény » (« Natural Light ») qui représente la Hongrie aux côtés de Bence Fliegauf pour son film « Rengeteg-mindenhol latlak » (Forest- I see you everywhere)

Après douze courts métrages souvent récompensés dans plusieurs festivals dont la Semaine de la Critique et la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, le Hongrois Dénes Nagy a réalisé son premier long métrage « Natural Light » (Természetes fény) adapté du roman de Pál Závada. Le film retrace un épisode méconnu de la Seconde Guerre mondiale où l’état-major de l’armée hongroise donna l’ordre aux soldats envoyés sur le front soviétique d’éliminer les partisans soviétiques. L’histoire est racontée à travers le regard du sous-lieutenant István Semetka, un agriculteur hongrois, qui doit prendre le commandement de l’unité après la mort inattendue de son commandant." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

En Pologne comme en Hongrie, “un même scénario d’accaparement médiatique ”

"Contrôle de la presse publique, taxation des médias privés, “repolonisation” de ceux passés sous capitaux étrangers… Le gouvernement polonais tente par tous les moyens d’enrôler presse, radio et TV dans sa propagande. Explications de Karolina Wigura, sociologue et spécialiste des médias.

Rarement les relations entre les médias privés indépendants et le pouvoir polonais auront été aussi tendues. En cause, le projet du gouvernement national-conservateur du PiS de taxer leurs revenus publicitaires. En signe de protestation, ce mercredi, plus de quarante médias ont affiché un bandeau noir sur leurs sites web, leurs écrans de télévision et sur leurs unes." La suite sur telerama.fr

Un sommet (surtout) symbolique des présidents du V4

"Le président tchèque Miloš Zeman et ses homologues polonais, slovaque et hongrois étaient réunis en Pologne, mardi et mercredi, pour le 30e anniversaire de la fondation du groupe de Visegrád (V4). L’occasion aussi de parler des principaux sujets d’actualité : énergie, économie et situation sanitaire.

Miloš Zeman n’avait plus quitté la République tchèque depuis plus d’un an. Pour son premier voyage à l’étranger depuis le début de la pandémie, il s’est donc rendu en Pologne voisine. Fait désormais inhabituel, Andrzej Duda, dont le pays assure actuellement la présidence tournante du V4, avait convié ses homologues à lui rendre visite dans sa résidence sur les bords de la mer Baltique, et tous,  Zuzana Čaputová et János Áder compris, ont répondu présent. Miloš Zeman n’a pas manqué de se faire remarquer dès son arrivée sur la péninsule de Hel, puisque, malgré ses 76 ans, il était le seul officiel à ne pas porter de masque lors du cérémonial d’accueil, organisé il est vrai en plein air." La suite sur radio.cz

Football - La Hongrie retrouve l'Allemagne à Munich un siècle après le 23 juin 2021 à 21 h

"La Hongrie présente un bilan solide face à l'Allemagne et se déplace à Munich pour conclure le Groupe F en ayant remporté deux de ses trois précédents matches en Allemagne.

La Hongrie présente un bilan solide face à l'Allemagne et se déplace à Munich pour conclure le Groupe F en ayant remporté deux des trois précédents matches entre les deux équipes.

• L'invincibilité de trois matches des Hongrois en Allemagne s'arrêtait lors de leur dernier déplacement il y a cinq ans, même s'il y a une énorme différence en termes de pedigree à l'EURO entre les deux équipes. Tandis que neuf des 12 précédentes participations de l'Allemagne ont vu la nation se qualifier pour la phase à élimination directe, le 8e de finale atteint par la Hongrie à l'UEFA EURO 2016 était son meilleur parcours dans la compétition depuis 44 ans." La suite sur uefa.com

Covid-19 : le vaccin russe Spoutnik V utilisé vendredi en Hongrie

"La Hongrie, qui a également validé le vaccin chinois Sinopharm, est le premier pays européen à approuver et utiliser le vaccin russe.

La Hongrie sera vendredi le premier pays de l'Union européenne à utiliser le vaccin russe Spoutnik V contre le coronavirus, a déclaré le médecin-chef du pays. « Aujourd'hui, nous commençons à vacciner avec le vaccin Spoutnik V, cela se passe dans les stations de vaccination désignées » par les autorités, a déclaré Cecilia Muller lors d'un point de presse quotidien. La Hongrie avait déjà été le premier membre de l'UE à approuver Spoutnik V le mois dernier, en commandant 2 millions de doses à livrer sur trois mois, soit assez pour vacciner un million de personnes.

Budapest est souvent en conflit avec la Commission européenne, notamment au sujet du droit d'asile et a critiqué à plusieurs reprises le processus de validation et d'achat des vaccins par Bruxelles, trop lent selon le Premier ministre, Viktor Orban." La suite sur lepoint.fr

vendredi 12 février 2021

En Hongrie et en Pologne, l’inexorable dégradation de la liberté de la presse

"Le recul du pluralisme des médias à Budapest et à Varsovie se fait devant les yeux d’une Union européenne largement impuissante.

Editorial du Monde. Il en va de la liberté de la presse comme du reste de l’Etat de droit en Hongrie et en Pologne : une dégradation que rien ne semble pouvoir arrêter. Près de deux mois après l’accord arraché à Bruxelles pour mettre en place un régime de sanctions financières en cas d’atteintes à l’Etat de droit, les dérives se poursuivent à Budapest et à Varsovie.

En Hongrie, qui fait figure de triste modèle en la matière, Klubradio, la principale radio privée indépendante, réputée pour sa liberté de parole et ses critiques du pouvoir, devra arrêter d’émettre à Budapest, dimanche 14 février dans la soirée, après avoir perdu son recours devant la justice, mardi. Après plus de dix ans d’entraves administratives, la station s’est vu retirer sa licence par le Conseil des médias, un organe dans les mains de proches du premier ministre nationaliste, Viktor Orban, sous des prétextes fallacieux." La suite sur lemonde.fr

 

Coca-Cola va tester une bouteille en papier

La première bouteille en papier de Coca-Cola.

"Les scientifiques de Coca-Cola et Paboco ont mis au point une bouteille dont l'extérieur est en papier. Elle sera bientôt testée en Hongrie.

Au cours du deuxième trimestre 2021, Coca-Cola proposera à 2 000 Hongrois de tester une bouteille en papier. Un test qui, s’il s’avère concluant, sera développé à plus grande échelle. Cette bouteille a été développée par la start-up danoise The Paper Bottle Company (Paboco) et les scientifiques du centre de R&D de Coca-Cola, basé à Bruxelles. Ce prototype est constitué d'une enveloppe en papier tapissé à l’intérieur d'une couche en plastique et d'un bouchon, lui aussi en plastique. Il convient aussi bien aux boissons gazeuses qu'aux boissons non gazeuses. Le test se déroulera en Hongrie où 2 000 consommateurs pourront commander leur bouteille sur le site du marchand en ligne hongrois, Kifli." Source : lsa-conso.fr

jeudi 11 février 2021

Le Lycée Français Gustave Eiffel de Budapest à cœur ouvert

"Journée portes ouvertes du Lycée

De grands espaces accueillants, des enseignants répondant aux défis du 21ème siècle : c’est un lieu inspiré de la francophonie qui a été présenté, cette année, aux futurs élèves du Lycée lors d’une opération portes ouvertes en ligne. Nous avons rencontré Mme Corinne Gacel, chef de l’établissement, au sujet des inscriptions pour la prochaine rentrée scolaire.

JFB : Une dimension internationale dans un système d’enseignement français à Budapest – comment définirez-vous les objectifs du Lycée dans cet univers plurilingue composé d’élèves de diverses nationalités et cultures ?

Corinne Gacel : Nos objectifs sont la réussite et l’épanouissement de chacun de nos élèves. L’objectif premier est naturellement qu’ils réussissent leur « parcours scolaire « à la française » et obtiennent leur baccalauréat pour leur permettre de poursuivre leurs études en France, mais aussi en Hongrie, aux Etats-Unis, Royaume-Uni, … Il nous importe également qu’ils apprennent à vivre ensemble, à respecter l ‘autre, à s’entraider, à prendre des responsabilités. Ces valeurs humanistes universelles sont au cœur du projet de scolarisation des établissements français de l’AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger), réseau auquel appartient le Lycée Français Gustave Eiffel de Budapest." La suite sur jfb.hu