mercredi 31 mars 2021

Ádám Bodor – La visite de l’Archevêque


"La visite de l’archevêque est un livre magistral. Par la voix d’un narrateur de l’ombre, Ádám Bodor y établit une atmosphère d’étrangeté, d’irréel et surtout de malaise et de menace permanente. L’histoire, les personnages, les lieux sont une grande allégorie dont l’auteur place les clés autant dans l’imagination des lecteurs que dans le cauchemar du XXe siècle est-européen dans lequel il a grandi.

Comme dans un précédent roman de Bodor, La vallée de la Sinistra, que j’avais chroniqué ici, le roman prend place dans une région frontalière. Ici, quelques indications nous font savoir que cette région est près de la rivière Tisza, et près des Carpates. De l’autre côté de la montagne se trouve « Ivano-Frankovsk » et, de ce côté-ci, là où se passe le roman, Bogdanski Dolina, ville qui autrefois « grouillait continuellement de Hongrois, de Juifs, de Saxons et de Polonais ». Et aussi d’Arméniens, comme on l’apprend au fil du livre." La suite sur passagealest.wordpress.com

Coronavirus : Pourquoi l'Union européenne se déchire-t-elle autour du vaccin Spoutnik V ?

"EPIDEMIE Les différents pays européens ne sont pas d’accord sur la marche à suivre concernant le vaccin russe

  • Que faire du vaccin russe ? Alors que ce dernier est déjà commandé dans 74 pays, l’Union européenne, elle, semble réticente.
  • Ce scepticisme est loin d’être partagé par l’ensemble des 27. Entre la Hongrie, l’Allemagne, la France et la Pologne, les visions diffèrent.
  • Pourquoi l’Europe est-elle si divisée sur le vaccin russe ?

Quelle place pour le vaccin russe dans l’Union européenne ? Pourtant en manque de doses (environ 10,8 % de la population vaccinée alors que l’Europe connaît une troisième vague de coronavirus), les 27 ne se pressent pas pour répondre aux appels de pied de Moscou. Les Russes se sont déclarés en capacité de fournir des vaccins à 50 millions d’Européens à partir de juin, après que l’Agence européenne des médicaments (EMA) a commencé l’examen du vaccin Spoutnik V, le 3 mars." La suite sur 20minutes.fr

Selon le Conseil de l'Europe : "Il est grand temps que la Hongrie restaure la liberté de la presse"

"Il est grand temps que la Hongrie restaure la liberté de la presse", a dénoncé la Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatovic, dans un mémorandum publié mardi.

"Les effets combinés d'une autorité de surveillance des médias contrôlée politiquement et d'interventions de l'État déformant la réalité du marché ont érodé le pluralisme et la liberté d'expression dans les médias en Hongrie", a pointé Mme Mijatovic.

Selon le Conseil de l'Europe, les autorités du pays dirigé par le Premier ministre souverainiste Victor Orban s'en prennent systématiquement aux défenseurs des droits de l'homme et aux journalistes d'investigation. Tout cela "dans le but d'envoyer un message clair: il y aura des représailles contre toute forme de critique du gouvernement", note le mémorandum.

En outre, la Hongrie ignore les décisions des tribunaux internationaux, ce qui montre que le gouvernement n'a aucune intention de respecter la loi, "une précondition essentielle pour la liberté d'expression", insiste Mme Mijatovic." La suite sur rtbf.be

Hongrie: le travail des journalistes de plus en plus difficile

"De notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

Sous le gouvernement de Viktor Orban, les médias publics sont devenus un outil de propagande. Le clan du Premier ministre souverainiste a aussi racheté de nombreux médias privés. Pour les quelques médias indépendants qui existent encore, c’est un désastre, dit le rapport sur la liberté de la presse en Hongrie de la Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Dunja Mijatovic. 

En Hongrie, quand un media indépendant cherche à obtenir des données publiques, comme les détails d’un contrat signé par l’État, c’est mission impossible. Le journal doit souvent intenter un procès, explique Péter Petö, le rédacteur en chef du journal indépendant 24 heures :« On a l’habitude des procès. Même si on gagne, on est parfois obligés d’envoyer un huissier pour avoir ces données publiques. Un procès peut durer plus de deux ans ! Quand on finit par avoir les infos, ça n’intéresse plus grand-monde… Notre travail est devenu absurde. » La suite sur rfi.fr

Les partis au pouvoir en Hongrie et en Pologne veulent s'allier à la Ligue en Italie

"BUDAPEST (Reuters) - Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán et son homologue polonais Mateusz Morawiecki rencontreront jeudi Matteo Salvini, le dirigeant de la Ligue en Italie, afin de discuter d'une alliance au niveau européen, rapporte mardi l'agence de presse hongroise MTI.

Les discussions entre ces trois responsables auront lieu à Budapest, précise l'agence. Elles porteront notamment sur la création d'une alliance entre la Ligue, le Fidesz hongrois et le parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir en Pologne, a déclaré le chef de presse de Viktor Orbán, cité par l'agence.

Le Fidesz a quitté ce mois-ci le groupe du Parti populaire européen (PPE) après la décision de ce dernier de suspendre la formation dont est issu Viktor Orbán sur fond de conflit sur le respect de l'Etat de droit en Hongrie." La suite sur latribune.fr

Le mode de financement de l’UE nuit aux Hongrois

"Au cours des dernières années, la Hongrie a bénéficié d’importants financements européens. Cet argent, dans bien des cas, a été utilisé de manière inefficace, voire abusive.

Une opinion de Akos Hadhazy, membre indépendant du Parlement hongrois, ancien coprésident du parti vert LMP.

Bien que l’économie hongroise ait été marquée par une importante croissance ces dernières années, il existe de sérieux doutes quant à la poursuite de cette tendance. Nombre d’investissements réalisés lors de la dernière décennie (comme la construction de nombreux stades) n’ont qu’un effet à court terme sur la croissance économique. De plus, une fois ces investissements réalisés, leur bon fonctionnement et leur entretien ne sont pas nécessairement garantis.

La corruption à grande échelle au niveau gouvernemental a des répercussions négatives sur les services publics tels que l’éducation et les soins de santé. Cette situation se reflète notamment dans la détérioration, entre 2009 et 2018, des performances des étudiants hongrois aux évaluations Pisa de l’OCDE ou encore dans la diminution (moins 25 % entre 2010 et 2020 !) du nombre d’étudiants admis dans les établissements d’enseignement supérieur. En ce qui concerne les soins de santé, la Hongrie est le pays membre de l’Union européenne présentant le nombre le plus élevé de décès évitables par 100 000 habitants chez les personnes de moins de 75 ans." La suite sur lalibre.be

mardi 30 mars 2021

MARGES EN IMAGES • Projection du film 'LE TRAIN NOIR' le 15 avril 2021 à 20 h


Gratuit   Évènement en ligne

Public Tout le monde (avec ou sans compte Facebook)
 
SOIRÉE HOMMAGE À PÁL SCHIFFER
Projection du film 'Le Train noir' (Fekete vonat, Hongrie, 1970, noir et blanc, 40 min.) réalisé par Pál Schiffer
Présentation : Mario Adobati (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

'Le Train noir' est probablement l’une des œuvres les plus connues de Pál Schiffer. Diplômé en 1963 de l’Académie du théâtre et du cinéma, il réalise ce film en 1970 en tant que membre du Studio Béla Balázs, qui est à l’époque un lieu crucial pour l’expérimentation cinématographique. Il découvre les communautés roms de Hongrie et explore différentes approches cinématographiques accompagnant également le sociologue István Kemény sur son terrain de recherche. Fort de sa collaboration avec l’opérateur Tamás Andor, ce film est l’une de ses premières applications d’une méthode pour filmer la vie quotidienne des populations marginalisées.

En partenariat avec l’INSTITUT CULTUREL HONGROIS

« Viktor Orbán a échoué tant sur le plan moral qu’intellectuel, il doit partir ! ». Un fondateur du Fidesz interpelle le Président

« Qui aurait pensé, il y a 33 ans, lorsque nous avons fondé le parti, qu’avec le temps, un seul homme monopoliserait d’abord le parti et ensuite tout le pays ? ». A l’occasion du 33e anniversaire du Fidesz, fondée le 30 mars 1988 comme l’Alliance des jeunes démocrates, József Kardos, l’un de ses 37 membres fondateurs, publie un brûlot contre ce parti qu’il a quitté depuis.

C’est sous la forme d’une lettre ouverte adressée au président de la République, János Áder, que József Kardos a choisi de dire tout le mal qu’il pense de la formation politique qu’il a créé il y a trente trois ans, au sortir du communisme, aux côtés de Viktor Orbán et d’autres jeunes de sa génération avides de liberté. Dans ce message au vitriol, il estime que ce parti « autrefois démocratique et libéral est devenu une organisation d’extrême droite ». La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

En Hongrie, les villes aux mains de l’opposition sevrées d’aide publique

"Plusieurs enquêtes du média d’investigation hongrois "G7" mettent en lumière la distribution extrêmement inégalitaire des aides publiques entre les principales villes du pays. Aux dépens bien sûr des communes qui ont voté contre le parti au pouvoir, qui sont aussi les plus pauvres . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Théâtre : János Háy – Le veilleur de pierre et Béla Pintér – Saleté

"Dans ma précédente chronique, sur Tout est loin de Sándor Tar, les quatre ouvriers protagonistes du roman vivaient une vie tellement circonscrite (chambre, bistrot, chantier) que nous, lecteurs, ne savions finalement rien de leur cadre de vie. Peut-être ville, peut-être bourgade : on sait juste qu’il y a une gare à proximité, car c’est de là qu’ils sont partis en train, pour Budapest puis pour l’étranger.

Les deux pièces de théâtre que je chronique aujourd’hui se situent dans une dimension encore différente de la Hongrie (de la Hongrie ouvrière et/ou rurale) : c’est une Hongrie où le car et la bicyclette sont davantage présents que le train (ou la voiture)." La suite sur passagealest.wordpress.com

Une “amende Covid” mais pas de poursuites pour l’eurodéputé hongrois arrêté à Bruxelles

"Le parquet de Bruxelles a décidé de classer sans suite le dossier ouvert à l’encontre du député européen hongrois József Szájer pour détention de stupéfiants, a déclaré le parquet lundi, confirmant une information de la Dernière Heure.

L’affaire avait fait grand bruit. Le 27 novembre dernier, l’eurodéputé avait été interpellé avec une vingtaine d’autres personnes alors qu’il participait à une fête dans un immeuble du centre-ville de Bruxelles, en contravention avec les mesures de sécurité sanitaire. Une lockdown party de débauche sexuelle, avec alcool et stupéfiants. József Szájer était alors membre du parti hongrois Fidesz et proche du Premier ministre hongrois Viktor Orbán." La suite sur bx1.be

Maroc-Hongrie : Les Banques centrales renforcent leur coopération

"Bank Al-Maghrib (BAM) et Magyar Nemzeti Bank (Banque centrale de Hongrie, MNB) ont signé, lundi, une convention de coopération afin de renforcer leur collaboration bilatérale.

Les domaines de coopération entre les deux institutions couvrent l’ensemble de leurs prérogatives respectives avec un intérêt particulier pour les aspects liés à la digitalisation des Banques Centrales et l’innovation dans les services financiers en général et bancaires en particulier, indique un communiqué conjoint des deux institutions. La convention couvre également les domaines de la gestion des risques liés à la digitalisation, la cybersécurité et la transformation numérique, ajoute la même source." La suite sur lavieeco.com

lundi 29 mars 2021

L’art photographique transmis depuis quatre générations

"Au numéro 27 de la rue Marx-Dormoy, se niche le dernier magasin de photographie de Lunel (Hérault). Frédéric Pollak est aux manettes après son père, son oncle et son grand-père.

C’est en Hongrie que ce métier a commencé pour la famille, dans une époque où les portraits peints par de talentueux artistes étaient encore très courus. Pal, l’arrière grand-père de Frédéric Pollak, maniait le pinceau et découvrait aussi la magie de la photographie. Il a donc pratiqué les deux activités en même temps, s’adaptant au progrès et délaissant peu à peu la peinture. Son fils Joseph, s’est formé à ses côtés mais a choisi de pratiquer son métier au Maroc puis en France, à Lunel, en 1965. Avec son fils Paul, il a tenu boutique dans la rue Sadi Carnot et puis a pris sa retraite, laissant ce dernier apposer une signature à découvrir sur des portraits d’une génération de Lunellois, "Photo Paul"." La suite sur midilibre.fr

Budapest International Foto Awards est ouvert aux soumissions

"The Budapest International Foto Awards (BIFA), concours jumeau des International Foto Awards de Moscou et de Tokyo, ont annoncé l’ouverture du troisième concours annuel de photographie, appelant des photographes visionnaires du monde entier dans tous les domaines de compétences: professionnels , amateurs et étudiants, pour partager leurs perspectives uniques sur le monde avec les cercles créatifs hongrois et internationaux.

Les photographes concourront pour une reconnaissance internationale en tant que premier «Photographe BIFA de l’année» et «Découverte BIFA de l’année», recevant respectivement un prix en espèces de 3 000 $ et 2 000 $ et montrant leur travail à Budapest lors de l’exposition annuelle BIFA plus tard dans l’année . Les gagnants de la catégorie recevront chacun un prix en argent de 200 $." La suite sur loeildelaphotographie.com

Le Tatoueur – Matz, Futaki - chronique BD


"Matz a écrit un scénario où plane un air étrange de conspiration. Le protagoniste Zoli va se retrouver impliqué dans une histoire qui le dépasse, mais ce mystérieux tatoueur n’est pas non plus dépourvu de ressources. Cette BD est dessinée et mise en couleur par Futaki dans un style sombre.

Résumé : Le Tatoueur nous plonge dans la vie de Zoli, tatoueur hongrois. Il travaille à Paris dans la plus grande discrétion. Il fuit quelqu’un, ou quelque chose, qui l’empêche de retourner dans sa ville natale, Budapest. En attendant des jours meilleurs, il se dissimule aux yeux du monde et ne rencontre que ses clients. Tout cela pourrait continuer ainsi mais Zoli va croiser Lazlo, un curieux chauffeur de taxi...

Une ambiance particulière se pose dès les premières pages. Comme dans tout bon film noir, c’est une voix off qui ouvre le bal au cœur de la nuit. Celle de Zoli. Ce mystérieux Tatoueur, digne héros malgré lui, va mettre le pied dans une sale histoire. Enfin, plutôt, une sale histoire va lui mettre le pied dessus. Cette rencontre étrange avec Lazlo, un chauffeur de taxi d’origine hongroise lui aussi, va se révéler pleine de surprises. Et nous ne dévoilerons rien, car dès la première discussion entre les deux hommes, quelque chose d’intrigant se dégage." La suite sur avoir-alire.com

Sur Facebook, Viktor Orbán est le meilleur influenceur de Hongrie

"Le dirigeant magyar et son camp politique parient sur une importante présence numérique, parfois mâtinée d'humour, afin de rajeunir leur auditoire et se maintenir au pouvoir.

«Hahó Facebookosok!» («Salut les Facebookeurs!»). En ce 23 février 2021, ton patelin et tablette en main, Viktor Orbán appelle ses abonnés à remplir une consultation nationale en ligne sur la gestion de la crise sanitaire. Le réseau social de Zuckerberg incarne la vitrine de prédilection du dirigeant hongrois. Qu'il emmène des cornichons maison au bureau, accorde son interview du vendredi matin à la radio publique, ferraille avec Bruxelles, allume les bougies de l'Avent ou se fasse injecter le vaccin chinois, Orbán abreuve de photos et de vidéos son million de fans, soit 10% de la population magyare.

Au début de la pandémie, la page d'Orbán le montrait récupérant, sans protection, des masques et des respirateurs provenant de Chine à l'aéroport international Franz Liszt, enchaînant les rendez-vous sur une bande-son ultra testostéronée digne d'une production de Michael Bay, et réunissant son conseil de guerre anti-Covid sur une musique épique, en mode les super-Magyars contre le virus." La suite sur slate.fr

Football - La Hongrie sans souci à Saint-Marin

"De nouveau portée par son duo d'attaquants Adam Szalai-Roland Sallai, la Hongrie, deuxième adversaire des Bleus à l'Euro (le 19 juin), s'est facilement imposée à Saint-Marin, ce dimanche soir (3-0).

Trois jours après son spectaculaire match nul devant la Pologne à la Puskas Arena (3-3), la Hongrie a facilement battu Saint-Marin, ce dimanche soir, en inscrivant de nouveau trois buts, dont deux sur penalty (3-0). Pour obtenir son premier succès dans cette campagne de qualification à une phase finale de Coupe du monde après laquelle elle court depuis 1986, la Hongrie a procédé à sept changements dans son onze de départ. Seuls Orban et Attila Szalai en défense, Sallai et Adam Szalai en attaque, ont enchaîné." La suite sur lequipe.fr

dimanche 28 mars 2021

Budapest: voilà une Reine de la Nuit bien sympathique… La soprane Erika Miklósa invitée de l’Opéra pour ses trente ans de scène

Par Pierre Waline
"Au départ, rien ne la prédestinait à la scène. C´est au sport de compétition qu´elle se consacrait, avec succès, d´ailleurs. Jusqu´au jour où un accident vint mettre brutalement fin à sa carrière sportive. Véritable traumatisme dont elle avoue ressentir aujourd’hui encore les effets. Ce n´est alors que progressivement et un peu par hasard qu´elle se tourna vers le monde de la musique pour lequel elle n´avait pas au départ d´attaches particulières. Sinon d´avoir assisté dans son enfance à une représentation de La Flûte enchantée (qui allait par la suite devenir son „opéra fétiche”). Pour se voir aujourd’hui projetée au devant de la scène internationale. Trente après ses débuts. C´était en janvier 1991, au Théâtre Erkel de Budapest, dans le rôle de Papagena. Elle avait alors tout juste vingt ans.

Sa carrière? Chantant occasionnellement dans des fêtes familiales, la jeune lycéenne fut remarquée par une professeure de chant qui la fit entrer au Conservatoire de Szeged. Conservatoire dont elle sauta les quatre années de formation pour en sortir au bout de deux ans. Entre temps, elle s´était présentée à une audition publique organisée par l´Opéra national, en y chantant l´air de la Reine de la Nuit (le second) seul et unique morceau qu´elle connaissait. A sa grande surprise, elle fut engagée pour devenir alors, à dix-neuf ans, la plus jeune chanteuse de la troupe. C´est dans le rôle de Papagena qu´elle allait débuter, se voyant en même temps proposer un contrat comme chanteuse permanente sur la scène de la Redoute (Pesti Vigadó). Sur invitation de la chanteuse hongroise Júlia Hamari, elle se produisit dès l´année suivante à Bruxelles dans les Capulets et Montaigus de Bellini (extraits)." La suite sur francianyelv.hu

Tribunal - Un an de prison ferme pour avoir harcelé et violenté son ex, à Châtel-Guyon (Puy-de-Dôme)

"Le ressortissant hongrois que cette quadragénaire avait rencontré sur Internet s'est montré violent et possessif pendant plusieurs mois. Il a été jugé en comparution immédiate, ce vendredi.

Ils se sont rencontrés sur Internet, en 2019. Elle, une Châtel-Guyonnaise de 46 ans. Lui, un Hongrois de 42 ans, qui dit travailler en Allemagne. Elle le trouvait bien un peu agressif, parfois, lors leurs échanges. Mais lorsqu’il débarque chez elle, en juin 2020, à l’improviste, elle décide de l’héberger, « par pitié ».

Retrouvailles violentes

Dès lors, après une brève relation, elle n’arrive plus à s’en défaire. Durant près de sept mois, elle le voit repartir en Allemagne puis revenir sans prévenir. Et à chaque retrouvaille, elle subit sa violence." La suite sur lamontagne.fr

Le groupe de Visegrad, 30 ans après Par Pierre Buhler

"Quelles sont les dynamiques géopolitiques propres à ce groupe de quatre pays membres de l’Union européenne ? Quelles convergences et divergences entre Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie ? Fort d’une solide pratique de la région, Pierre Buhler brosse un tableau à la fois clair et précis.

ET MAINTENANT ? On peut présumer que c’est la question qu’ont évité de se poser les quatre chefs de gouvernements réunis à Cracovie le 17 février 2021, sous présidence polonaise, pour célébrer le trentième anniversaire de la fondation de ce qui était à l’époque le « triangle de Visegrad ». Sans doute ne fallait-il pas gâcher la fête… La déclaration conjointe rendue publique à cette occasion, sans relief, voire insipide, aurait en effet pu conclure n’importe laquelle de leurs réunions annuelles à ce niveau." La suite sur diploweb.com

Vaccination : les pays européens qui font cavalier seul s'en sortent-ils mieux ?

"COMMUNAUTÉ - Face à une campagne de vaccination contre le coronavirus qui traîne, certains reprochent à Paris de ne pas avoir mené ses propres négociations avec les laboratoires. Mais acheter des vaccins sans passer par l'Union européenne, est-ce vraiment efficace ?
Taclée pour son manque de coordination face à la crise sanitaire puis pour son absence de transparence lors des négociations avec les laboratoires, l'Union européenne cristallise les critiques depuis le début de la crise sanitaire. Parmi ses nouveaux détracteurs, des élus locaux qui regrettent que la France soit passée par l'intermédiaire de la Commission européenne pour l'achat de doses de vaccin contre le Covid-19, estimant que le pays aurait mieux fait en négociant tout seul. Des critiques que l'exécutif, Clément Beaune en tête, écarte. Interrogé ce jeudi 25 mars devant les sénateurs, le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes a martelé qu'il n'existait "pas de solution miracle en dehors de l'Europe". Qu'en est-il réellement ? Nous avons fait le point.
La Hongrie a une longueur d'avance
." La suite sur lci.fr

samedi 27 mars 2021

A la veille d'un Euro incertain, la politique s'invite dans les stades en Europe centrale

"En Europe centrale et orientale, plusieurs pays se préparent depuis des années à accueillir l’Euro de foot 2020, investissements gigantesques à la clé. Saint-Pétersbourg, Bucarest, Budapest se sont offerts des stades flambant neufs ces dernières années, plus à l’est Bakou a fait de même. Le coup d’envoi de l’Euro de foot c’est dans 77 jours, 11 semaines. Si tout va bien car, aujourd’hui personne ne peut dire avec certitude que le championnat aura bien lieu comme prévu, avec ou sans public. L’UEFA décidera en avril avec les pays concernés. Sur les 12 villes sélectionnées pour accueillir les matches, pas mal se situent en Europe centrale et orientale, où le football est parfois aussi un outil de communication politique.

Hongrie et Roumanie se font fort d’organiser tous les matches prévus avec public dans leurs stades. La Hongrie subit de plein fouet la 3ème vague de coronavirus mais elle met les bouchées doubles sur la vaccination, et surtout comme elle est qualifiée pour cet Euro, l’engouement est fort pour jouer à Budapest. A Bucarest, l’affiche ne propose que l’Autriche, l’Ukraine et la Macédoine du nord. Les stades risquent d’être vides." La suite sur rtbf.be

Budget européen. La Commission sommée de respecter l’État de droit pour le versement des fonds

"Le Parlement européen s’est dit prêt jeudi à poursuivre la Commission en justice si l’exécutif ne conditionne pas réellement le versement des fonds européens au respect de l’État de droit par les États membres. Les eurodéputés veulent appliquer ce principe sans attendre le résultat du recours de la Hongrie et de la Pologne sur ce sujet.

Les eurodéputés ont averti la Commission européenne jeudi 25 mars 2021 qu’ils engageront une action en justice à son encontre si elle reporte davantage l’application du mécanisme de conditionnalité liée à l’État de droit dans le versement des fonds européens.

La résolution, largement adoptée (529 voix pour, 148 contre et 10 abstentions), rappelle que le non-respect par les pays de l’Union européenne (UE) de l’État de droit « peut porter atteinte à l’intégrité du budget de l’Union »." La suite sur larochesuryon.maville.com

Décès du peintre hongrois Janos Ber

 Portrait de l'artiste Janos Ber, décédé le 24 mars 2021 ©Patrick H. Müller / Janos Ber

"Le 24 mars, le peintre hongrois Janos Ber, qui vivait en France depuis 1957, est mort à 84 ans. Ses grandes feuilles traversées de lignes colorées l’avaient fait connaître d’un public d’amateurs de dessin et d’abstraction.

Il y a un peu plus de dix ans, le domaine de Kerguéhennec et le musée Matisse de Cateau-Cambresis avaient allié leurs forces pour exposer le travail du peintre hongrois Janos Ber. Un très beau livre aux éditions Bernard Chauveau, malheureusement épuisé, avait montré ce « faire face », face à la peinture, face au geste, face à la feuille blanche. Ce Hongrois très français (il est arrivé en France en 1957) a fait ses débuts aux Beaux-Arts de Paris tout en étudiant d’après les maîtres au Louvre, Paolo Uccello en particulier dont il retient les grandes obliques et perspectives quasi abstraites. Deux ans après, il rencontre son compatriote Simon Hantaï mais aussi les Américains Mark Rothko, Sam Francis et Jackson Pollock. Leur abstraction l’intéresse. Sa première exposition a lieu à la galerie du Haut-Pavé que dirige Gilles Vallée. Ses toiles abstraites fascinent François Mathey, qui lui propose de participer à sa dernière exposition au musée des Arts décoratifs, « Sur invitation ». Ber travaille essentiellement sur papier (des feuilles qu’il coupe, puis réunies sur une toile par collage), répétant de longues lignes colorées, cherchant le mouvement et analysant l’espace avec sensibilité." La suite sur connaissancedesarts.com

vendredi 26 mars 2021

L’OMS « particulièrement inquiète » pour les Balkans et l’Europe centrale, mais elle est bien la seule…

"Ces jours-ci dans la presse francophone, vous lirez à propos de pays d’Europe centrale et des Balkans qu’ils s’en remettent au vaccin russe Sputnik V contre l’avis de l’Union européenne. Mais vous aurez du mal à trouver ne serait-ce qu’une mention de la situation sanitaire catastrophique à laquelle ils sont confrontés depuis plusieurs semaines.

Le lecteur, la lectrice de L’Orient le jour, des Nouvelles calédoniennes, du Quotidien et de Mediapart sont peut-être tombés sur cette dépêche de l’Agence France-Presse en date du 18 mars : « Covid-19 : L’OMS « particulièrement inquiète » pour les Balkans et l’Europe centrale ». Sa chargée des situations d’urgence à l’OMS Europe, Catherine Smallwood, y souligne que le nombre de morts et d’hospitalisations y est actuellement « parmi les plus élevés dans le monde ».

On peut dire en effet que la situation épidémique et sanitaire dans cette région est « inquiétante », sinon tout à fait catastrophique. La plupart des pays de l’Europe centrale et des Balkans – Bosnie, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie, Slovénie, etc. – sont plus endeuillés par le Covid-19 depuis le début de l’épidémie, au prorata de leur population, que les grands pays de l’Ouest de l’Europe, dont la France." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Documentaire.“Her Mothers”, un touchant plaidoyer hongrois pour les familles homoparentales


"Le documentaire d’Asia Dér et Sári Haragonics, pour l’instant inédit en France, suit le parcours d’un couple de lesbiennes hongroises qui veulent adopter un enfant. Alors que l’homophobie monte en Hongrie, Her Mothers se révèle plus “inspirant” que militant, applaudit la critique.

Virág est une ancienne députée écologiste retirée de la vie politique. Nóra joue de la basse dans un groupe d’amis. Elles se sont rencontrées en 2011 sur le parvis du Parlement de Budapest, pendant une manifestation contre le gouvernement conservateur de Viktor Orbán. Ensemble, elles choisissent d’adopter un enfant et réussissent malgré de nombreux obstacles. Après une longue lutte administrative, les deux femmes accueillent Melissza, fillette rom de deux ans et demi, victime de retards dans sa croissance motrice et cognitive.

“La vie d’une famille arc-en-ciel en train de se constituer” 

Le documentaire hongrois Her Mothers (Anyáim Története en version originale, soit “L’Histoire de mes mères”), réalisé par Asia Dér et Sári Haragonics, est accessible depuis quelques jours dans plusieurs pays d’Europe, France exceptée, via la plateforme HBO Europe. Il relate le quotidien de Virág et Nóra, entre démarches d’adoption compliquées, autorités peu aidantes et doutes de jeunes mères." La suite sur courrierinternational.com

Sándor Tar – Tout est loin


"Un ami me disait récemment, à propos de Sándor Tar, qu’il l’appréciait parce que c’est un auteur qui parlait d’un pan de la société hongroise qui est très peu représentée dans la littérature hongroise, notamment parce que peu d’écrivains en sont issus. Né dans une famille de paysans pauvres de l’Est de la Hongrie en 1941, ouvrier puis contremaître d’usine, chômeur, décédé en 2005 à l’Est de la Hongrie en 2005, Sándor Tar était aussi l’auteur de nombreux romans et nouvelles. Parmi ceux-ci, deux courts romans et un recueil de nouvelles ont été traduits en français à la fin des années 1990 et au début des années 2000 : Tout est loin, Choucas et autres nouvelles, et Notre rue.

Juste une année sépare la publication hongroise de Tout est loin, son premier roman, de la parution de la traduction française, en 1996. C’est un roman très resserré, une centaine de pages livrées d’une traite, qui lèvent un coin de rideau sur la vie de quatre hommes. Laboda, Vári, Madari et Barna travaillent tous au même endroit – ils sont ouvriers sur un chantier – et vivent tous au même endroit – une « tanière d’hommes nauséabonde et désordonnée » avec chambre, cuisine et salle de bain, en sous-location chez la vieille Adél. Lorsqu’ils ne travaillent pas et ne dorment pas, ils sont au bistrot, ou à la discothèque, ou à la recherche d’une aventure d’un soir." La suite sur passagealest.wordpress.com

Coronavirus : La Hongrie au premier rang mondial du taux de mortalité

 "EPIDEMIE La dégradation de la situation a hissé ce pays au premier rang mondial sur la période, avec 15,7 morts pour 100.000 habitants.

Balayée par la troisième vague de la pandémie de Covid-19, la Hongrie affiche sur la semaine écoulée le plus haut taux de mortalité au monde, selon la base comparative de données de l’AFP.

Le nombre de décès a atteint un nouveau record quotidien de 272 jeudi, bondissant de plus de 40 % (comparé aux sept jours précédents).

Les hôpitaux submergés
La dégradation de la situation a hissé ce pays de 9,8 millions d’habitants au premier rang mondial sur la période, avec 15,7 morts pour 100.000 habitants, devant la République tchèque, la Bosnie, la Slovaquie et la Bulgarie. Les contaminations ont explosé depuis l’apparition du variant britannique en février : un peu moins de 10.000 nouveaux cas ont ainsi été recensés sur les dernières vingt-quatre heures. Les hôpitaux se retrouvent submergés par l’afflux de malades – près de 12.000 étant soignés actuellement –, alors que le personnel manque, a prévenu cette semaine l’Ordre des médecins hongrois (MOK)." La suite sur 20minutes.fr

Risque.En Hongrie, la troisième vague n’arrête pas les compétitions sportives

"Alors que la Hongrie affronte la Pologne ce jeudi 25 mars à Budapest pour son premier match des éliminatoires du Mondial 2022 de football, le tabloïd Blikk s’inquiète de la profusion d’événements sportifs internationaux dans l’un des pays d’Europe les plus durement touchés par la troisième vague de Covid-19.

La troisième vague de Covid-19 a un grave impact sur la Hongrie, mais le pays accueille de multiples manifestations sportives durant le mois de mars, déplore le tabloïd Blikk. “Les sportifs du monde entier affluent, mais est-ce vraiment une bonne idée ?” s’interroge le journal, rappelant d’emblée qu’une manche de la Coupe du monde de sabre, organisée du 11 au 14 mars à Budapest, se transforma en cluster. “Malgré un protocole sanitaire strict, près de trente sportifs, entraîneurs et arbitres ont été testés positifs juste après leur retour dans leur pays”, précise Blikk, se référant à des révélations de L’Équipe.

“Motifs politiques”

Bien que le cluster de la Coupe du monde de sabre “confirme la dangerosité d’héberger des événements sportifs internationaux en plein pic épidémique”, les compétitions continuent de s’enchaîner, constate Blikk." La suite sur courrierinternational.com (article payant)

Football - La Hongrie avec Peter Gulasci et Willi Orban contre la Pologne en qualifications pour la Coupe du monde 2022

"Adversaire des Bleus lors du premier tour de l'Euro (le 19 juin), la Hongrie entame ses qualifications pour la Coupe du monde 2022 ce jeudi (20h45), à domicile, contre la Pologne de Robert Lewandowski. Les joueurs du RB Leipzig Peter Gulasci (gardien) et Willi Orban (défenseur) sont titulaires, tandis que le Franco-Hongrois Loïc Nego débute sur le banc." La suite sur francefootball.fr

Cinq chefs-d’œuvre de Béla Bartók à écouter à l’occasion de ses 140 ans

"Ce 25 mars 2021, nous célébrons les 140 ans du compositeur hongrois Béla Bartók, une figure majeure de la musique moderne. À l’instar de son compatriote Zoltan Kodaly, il a marqué l’histoire de la musique par ses rigoureuses recherches ethno-musicales autour des musiques populaires hongroises, roumaines et slovaques. En puisant dans ce matériau très riche, Bartók a su créer son propre langage musical, résolument nouveau.

Rien ne semblait prédestiner le jeune Béla Bartók à devenir l’un des compositeurs les plus rafraîchissants de la musique moderne, porteur de multiples nouveautés qui ont fait bien des émules. Au contraire, il n’entre que tardivement en contact avec ce type de musiques. Il naît dans le petit village hongrois de Nagyszentmiklós (ou "Grand Saint-Nicolas"), aujourd’hui situé sur le territoire roumain, où il passe les sept premières années de sa vie. À la mort de son père, sa famille est contrainte à de nombreux déménagements successifs. Il aboutit à Pozsony (prononcer "Pojogne"), une ville modeste, mais qui se trouve être à l’époque l’un des seuls centres artistiques importants en Hongrie avec Budapest, en raison de sa proximité de Vienne. C’est là que Bartók effectue ses études secondaires, qu’il découvre la musique savante de Bach à Brahms et qu’il apprend le piano et la composition. Il n’a alors pas la moindre connaissance de la musique contemporaine." La suite et à écouter sur rtbf.be

La Chine et la Hongrie conviennent de renforcer leur coopération dans divers domaines

"Le président hongrois Janos Ader a déclaré mercredi à Budapest qu'il espérait que la Hongrie et la Chine continueraient de renforcer leur coopération en matière de lutte anti-pandémique, d'économie, de commerce, de tourisme et d'affaires militaires, tout en promouvant le développement en profondeur du partenariat stratégique global entre les deux pays.

M. Ader a tenu ces propos lors de sa rencontre avec le conseiller d'Etat chinois et ministre de la Défense nationale Wei Fenghe, en visite en Hongrie.

Les relations entre la Hongrie et la Chine se sont rapidement développées et sont devenues plus étroites ces dernières années, a rappelé M. Ader, ajoutant que les formidables réussites de la Chine dans la lutte contre le COVID-19 et dans la reprise économique post-pandémique avaient attiré l'attention du monde entier." La suite sur china.org.cn

jeudi 25 mars 2021

Covid : la Hongrie affiche le record mondial du taux de mortalité

"Le nombre de décès a bondi de plus de 40 %, comparé à la semaine précédente, dans ce pays de 9,8 millions d'habitants. Les hôpitaux sont au bord de la rupture. La Hongrie de Viktor Orban s'est affranchi de la politique européenne en validant les vaccins russe et chinois.

L'épidémie s'emballe en Hongrie. Le pays, sévèrement touché par une troisième vague de contaminations, affiche sur la semaine écoulée le plus haut taux de mortalité au monde, avec 15,7 morts pour 100.000 habitants. La Hongrie se place ainsi devant la République tchèque, la Bosnie, la Slovaquie et la Bulgarie.

Le nombre de décès a bondi de plus de 40 %, comparé aux sept jours précédents. Jeudi, un nouveau record quotidien a été atteint, avec 272 décès enregistrés en seulement 24 heures. Un peu moins de 10.000 cas ont par ailleurs été recensés, dans ce pays de 9,8 millions d'habitants." La suite sur lesechos.fr (article payant)

Comment la Hongrie met ses intellectuels sous pression

"Guillaume Erner reçoit Krisztina Tóth, écrivaine, poète hongroise, auteure notamment de « Code-barres », ed. Gallimard / Collection du monde entier, 2014 (traduit par Guillaume Metayer).

"En Hongrie, sous la pression du gouvernement de Viktor Orban, certains artistes, intellectuels, universitaires sont ostracisés voire menacés, à l'image de l'écrivaine et poète hongroise Krisztina Tóth. Pourquoi et pour quelles idées sont-ils la cible d'attaques répétées ? 

Des artistes, universitaires, intellectuels, écrivains obligés de rentrer dans le rang sous peine de subir des campagnes de dénigrement, d’être ostracisés voire menacés. Le ton est donné en Hongrie depuis plusieurs années maintenant avec les pressions politiques imposées par le gouvernement de Viktor Orban, revenu au pouvoir en 2010. Dernière affaire en date illustrant ce climat délétère, celle de l’écrivaine et poète hongroise Krisztina Tóth, traduite en 16 langues et déjà récompensée par de nombreux prix littéraires.

Victime du populisme d'Orban

Krisztina Tóth a été accusée à tort de vouloir censurer le roman L'Homme d’or de Mór Jókai, un classique de la littérature hongroise, sous couvert de féminisme. Depuis, le gouvernement de Viktor Orban et les médias hongrois en ont fait leur bouc émissaire." La suite et à écouter (7mn) sur franceculture.fr

Commune de Paris - « La révolution est pour l’heure maître de la situation » : Léo Frankel, communard sans frontières


"Le 28 mars 1871, il y a 150 ans, la Commune de Paris était proclamée. Léo Frankel, ouvrier hongrois et militant internationaliste, en était le seul élu étranger. Les éditions Libertalia viennent de publier sa biographie.

Libertalia publie la première biographie en français de Léo Frankel (1844-1896), né à Budapest, seul élu étranger de la Commune de Paris. Militant de la Première Internationale, dont il intègre la direction lors de son exil à Londres, il est un proche de Karl Marx. Il est emprisonné sous le Second Empire. Pendant la Commune, il est élu à 27 ans responsable de la commission du Travail, puis condamné à mort par contumace par les Versaillais. Ouvrier d’orfèvrerie, puis correcteur, enfin journaliste, il travaille et milite dans de nombreux pays d’Europe (Hongrie, Autriche, Allemagne, France, Grande- Bretagne). Son parcours militant internationaliste et ses articles montrent l’aspiration à un socialisme révolutionnaire qui réaliserait l’autoémancipation ouvrière. Les gravures qui accompagnent cet extrait sont issues d’une exposition à ciel ouvert organisée par la mairie du 13ème arrondissement de Paris, où existe une rue Léo Frankel (voir ci-dessous)." La suite sur bastamag.net

LE PARIS COMMUNARD ! Place de la Commune Paris - 26 et 27 mai 2021


"Date et horaire exacts :
Le mercredi 26 mai 2021 de 10h à 11h
Le mercredi 26 mai 2021 de 15h à 16h
Le jeudi 27 mai 2021 de 10h à 11h
Le jeudi 27 mai 2021 de 15h à 16h
gratuit
Les visites du Paris communard permettent d’appréhender de manière ludique et originale l’histoire et l’œuvre de la Commune de 1871 à Paris.

Le parcours communard commencera place de la Commune de Paris 1871, au sommet de la Butte-aux- Cailles, à quelques dizaines de pas du siège de l’association. Il évoquera l’héroïque défense des fédérés du XIIIe arrondissement commandés par le général polonais Wroblewski. Parmi les élus de la Commune du 13e arrondissement, figurait l’ouvrier immigré hongrois Léo Frankel qui a fait fonction de ministre du Travail de la Commune.

Créée en 1882 par les communards de retour d’exil, l’association des Amies et Amis de la Commune de Paris (1871) est la plus ancienne des organisations du mouvement ouvrier français. Elle perpétue les idéaux de la Commune et fait connaître son œuvre.

Promenades d’1h30 sur réservation uniquement. Rendez-vous sur l’esplanade du centre commercial Italie 2. 

Animations -> Balade

Place de la Commune Paris 75013
14 : Bibliothèque François Mitterrand (90m) 14 : Olympiades (662m)

Contact :Les Amies et Amis de la Commune https://www.commune1871.org/ jeanlouis.guglielmi@gmail.com

Animations -> Balade Plein air

Atelier Au fond à gauche

En raison des conditions sanitaires, cet événement est susceptible d’être annulé ou de voir ses modalités de déroulement modifiées. Renseignez-vous auprès des organisateurs.


“Lockdown partouze”: les images de l’interpellation de l’eurodéputé hongrois József Szájer

"Exclusif ! L’affaire de l’eurodéputé conservateur hongrois József Szájer, interpellé tentant de fuir ce qu’on appellera plus tard la “lockdown partouze”, cette orgie gay organisée en plein centre de Bruxelles, avait fait grand bruit début décembre dernier. L’incident avait d’ailleurs coûté au principal intéressé sa carrière politique. Ce jeudi 25 mars, la chaîne flamande VTM diffuse dans l’émission “Flikken BXL” des images inédites de son interpellation. Les voici en exclusivité.

Nous sommes le soir du vendredi 27 novembre 2020. Une équipe de télévision de la société de production Bargoens suit une patrouille de la zone de police de Bruxelles-Capitale-Ixelles pour l’émission “Flikken BXL”, lorsque cette dernière est appelée pour une “lockdown party” rue des Pierres, à quelques mètres de la Bourse. En arrivant sur les lieux, les policiers tombent sur des collègues en train d’interpeller un individu. Selon un témoin, l’homme est sorti par une fenêtre de l’appartement où se tenait la fête et s’est laissé glisser le long d’une gouttière, espérant ainsi échapper à la police." La suite sur 7sur7.be

Une eurodéputée de l’opposition hongroise « fière » d’être visée par les sanctions chinoises

"L’eurodéputée d’opposition hongroise Katalin Cseh a déclaré qu’elle était fière, mais surprise, que la Chine ait pu l’interdire de séjour sur son territoire lundi (22 mars). Cela n’a fait que renforcer les réserves sur l’accord d’investissement UE-Chine, actuellement en cours de négociation, a déclaré la législatrice à Telex, partenaire d’EURACTIV.

On ne sait pas actuellement si Mme Cseh est nommément incluse dans les sanctions annoncées par le ministère chinois des affaires étrangères, car son nom n’est pas apparu sur la liste des personnes interdites d’entrée dans le pays. Cependant, la sous-commission des droits de l’homme du Parlement européen figure sur la liste, dont Mme Cseh est membre.

« Le président du Parlement européen, David Sassoli, considère également que l’interdiction s’applique aux membres de la sous-commission, mais les avocats continuent d’enquêter sur cette mesure, et le service juridique a contacté la partie chinoise au nom du Parlement européen pour clarifier les choses », a déclaré M. Cseh." La suite sur euractiv.fr

Hongrie : István Körmendi, médecin et survivant au parcours exceptionnel

"Le 23 heures de franceinfo s’est intéressé au parcours d’István Körmendi, plus ancien médecin de Hongrie.

Presque centenaire, István Körmendi travaille depuis 70 ans en Hongrie. Soigner est sa vocation. Survivant de l’holocauste, il avait dû se cacher pour étudier la médecine durant la Seconde Guerre mondiale, parce qu’il était juif. Aujourd’hui, pas question de parler de retraite pour cet homme qui souhaite être encore présent pour aider ses patients face au coronavirus. Chaque jour, il en reçoit des dizaines." La suite sur francetvinfo.fr

Hongrie : comment Viktor Orban transforme les vaccins en arme politique

"La Hongrie a autorisé davantage de marques de vaccins contre le Covid-19 que tout autre pays. Officiellement, les autorités ont affirmé que la situation sanitaire exigeait de telles mesures. Mais pour plusieurs experts interrogés par France 24, ce sont surtout des effets d’annonce qui ne sont pas dénués d’arrière-pensées politiques pour le Premier ministre Viktor Orban.

Et de sept. L’autorisation accordée, lundi 22 mars, par les autorités hongroises à deux nouveaux vaccins – l’un chinois, l’autre indien – fait de la Hongrie le pays au monde qui a misé sur le plus de fournisseurs pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Budapest est prêt à utiliser les produits d’AstraZeneca, Moderna et Pfizer – comme partout ailleurs dans l’Union européenne –, mais aussi le Spoutnik V russe, deux vaccins chinois (Sinopharm et CanSino) et enfin la version indienne de la molécule d’AstraZeneca, baptisée Covishield." La suite sur france24.com

mercredi 24 mars 2021

Covid-19 : C’est en Europe centrale que l’épidémie fait actuellement le plus de victimes

"La Tchéquie et la Slovaquie entrevoient le bout du tunnel, mais la Hongrie reste dans le noir. La région d’Europe centrale connait actuellement des taux de mortalité records, très nettement supérieurs à ceux observés en Europe de l’Ouest . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Boxe - AIBA- István Kovács désigné secrétaire général

"Le travail s’organise à l’AIBA. L’instance mondiale de la boxe annonce avoir choisi son nouveau secrétaire général. Le Hongrois István Kovács a été désigné par le conseil d’administration de l’AIBA, réuni lundi 22 mars en visioconférence, pour occuper un poste toujours vacant depuis l’élection en décembre dernier du Russe Umur Kremlev à la présidence. Double champion du monde AIBA dans les années 90, István Kovács a été champion olympique chez les poids coqs aux Jeux d’Atlanta en 1996." La suite sur francsjeux.com

mardi 23 mars 2021

En Hongrie, des vaccins russes et chinois hors du cadre européen pour accélerer la campagne contre le Covid-19

"En plus des livraisons de vaccins coordonnées par l'Europe, la Hongrie a aussi acheté le Spoutnik V russe et deux vaccins chinois. Elle mène tambour battant sa campagne de vaccination contre le Covid-19, face à des contaminations et une mortalité records.

La Hongrie est l’un des pays de l’Union européenne où l’on vaccine le plus : 16% de la population a déjà reçu une première dose. C’est deux fois plus qu’en France ou en Allemagne, où le taux est de 8%. Cela s’explique d’abord par le fait que la majorité des Hongrois sont pro-vaccins. Et ensuite parce que la Hongrie a une double stratégie. Comme tous les États membres de l’Union européenne, elle s’est fournie chez Pfizer-BioNTech ou Moderna – elle a notamment commandé dix millions de doses à Pfizer mais elle a aussi fait son marché à l’Est et a acheté le Spoutnik V russe et deux vaccins chinois.

Et le Premier ministre, Viktor Orban, s’en félicite : "Les vaccins commandés par l’Union européenne n’arrivent pas. Il y a des retards. Si on n’avait pas les vaccins russes et chinois, on serait dans de beaux draps ! Le seul moyen de sauver des vies, c’est la vaccination." Aussi, la Hongrie vaccine-t-elle à tour de bras : Pfizer est destiné aux soignants, aux personnes très âgées,aux malades... et aux champions olympiques. Et pour Monsieur Tout-le-monde, il y a les ampoules russes et chinoises." La suite sur francetvinfo.fr

Les sanctions européennes contre des individus et entités de Chine sont inutiles et nuisibles (MAE hongrois)

"BEIJING, 22 mars (Xinhua) -- Les sanctions imposées par l'Union européenne (UE) contre des individus et entités en Chine et au Myanmar sont "inutiles" et "nuisibles", a déclaré lundi le ministre hongrois des Affaires étrangères et du Commerce extérieur Peter Szijjarto.

L'UE a imposé des sanctions unilatérales à l'encontre d'individus et entités de Chine le 22 mars en invoquant les prétendus problèmes liés aux droits de l'Homme au Xinjiang.

"La Hongrie considère comme inutiles et nuisibles" les sanctions imposées par l'UE contre des individus et entités au Myanmar et en Chine, a indiqué M. Szijjarto en marge d'une réunion des ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles." La suite sur xinhuanet.com

La Hongrie introduit deux nouveaux vaccins, dont le chinois CanSino

"Les autorités sanitaires hongroises viennent d’annoncer la mise en circulation prochaine de deux nouveaux vaccins. Le chinois CanSino, produit par les laboratoires CanSino Biologics, et le Covishield, qui n’est d’autre que le vaccin AstraZeneca produit en Inde par le Serum Institute of India . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

lundi 22 mars 2021

Caisse de dépôt: deux aéroports qui donnent des sueurs froides

"C’est peu connu, mais deux institutions québécoises, la Caisse de dépôt et Investissements PSP, contrôlent l’aéroport de Budapest. Or, le gouvernement hongrois aimerait beaucoup les éjecter du portrait.

La Caisse est actionnaire de l’aéroport depuis 2006. Elle détient actuellement des intérêts de 21,2 %, alors que PSP, qui gère la caisse de retraite des fonctionnaires fédéraux, possède une participation de 55,4 %.

Ingérences politiques

En octobre, l’agence Bloomberg a révélé qu’un consortium proche du premier ministre hongrois, Viktor Orbán, a déposé une offre non sollicitée pour acquérir l’aéroport de Budapest. L’un des membres du consortium était MOL, une société pétrolière et gazière dirigée par un allié de M. Orbán et dont l’État est actionnaire." La suite sur journaldemontreal.com

dimanche 21 mars 2021

Disparition - François Nicoullaud, disparition d’un homme de paix

"Le diplomate, ancien ambassadeur de France en Iran, est mort samedi. Il était l’un des meilleurs connaisseurs du dossier nucléaire.

François Nicoullaud n’aura pas connu le nouveau siècle. Le diplomate, ancien ambassadeur de France à Téhéran, est mort samedi, jour du Nouvel An persan, Norouz, et veille du premier jour de l’année 1400 du calendrier iranien. François Nicoullaud avait 80 ans, comme il le rappelait avec une ironie trompe-la-mort dans sa biographie Twitter : «1940-???»

L’homme a consacré toute sa vie à la diplomatie. Entré au Quai d’Orsay pendant le premier mandat du président De Gaulle (1964), il y restera quarante et un ans : ONU, Chili pendant les premières années de la dictature de Pinochet, Berlin toujours coupé en deux (1975-1978) et plus tard, Bombay où il fut consul général, et Budapest, son premier poste d’ambassadeur à l’étranger. Pierre Joxe en avait fait son conseiller diplomatique Place Beauvau, puis son directeur de cabinet au ministère de la Défense. François Nicoullaud était un homme de gauche, syndiqué très tôt à la CFDT dans une administration encore très conservatrice." La suite sur liberation.fr 

(COVID-19) Hongrie : la majorité de la population soutient une réouverture graduelle de son économie (consultation nationale)

"Une grande partie de la population hongroise est favorable à la réouverture de son économie, mais de manière progressive, a annoncé samedi le gouvernement sur la base des résultats préliminaires d'une consultation nationale sur l'assouplissement des mesures contre le COVID-19.

"La consultation sur l'assouplissement est close, et 88% des personnes interrogées ont déclaré que les restrictions contre le COVID-19 actuellement en place devraient être levées progressivement, étape par étape", a révélé le secrétaire d'Etat Csaba Dömötör dans une vidéo publiée sur le site Internet du gouvernement.

Plus de 500.000 personnes ont rempli les formulaires de consultation, a précisé M. Dömötör, ajoutant que seuls 12% des répondants estiment que les restrictions devraient être levées en une seule fois." La suite sur china.org.cn

Vers une «pop patriote»: nouvelle croisade culturelle en Hongrie

"Soutenir la scène locale, l'idée peut séduire mais ce projet du gouvernement souverainiste de Viktor Orban, qui vise à défendre l'identité hongroise, sème l'inquiétude parmi des artistes craignant la censure.

Le plan, dont les détails ont été révélés cette semaine, promet une enveloppe de 62 millions d'euros pour dénicher et former les talents, financer la création et les équipements (studios, lieux de concert...).

«Il s'agit d'aboutir à des productions pop et rock hongroises de qualité, d'en faire un ciment d'identité», explique Szilard Demeter, l'homme derrière cette initiative qui officie depuis 2019 comme Commissaire à la culture." La suite sur la-croix.com

La Hongrie signale un nombre record quotidien de 11.132 nouveaux cas de COVID-19

"BUDAPEST, 20 mars (Xinhua) -- Le gouvernement hongrois a signalé samedi un nombre record de 11.132 cas de COVID-19 en 24 heures, portant le total national à 560.971.

Selon les chiffres du site Internet d'information du gouvernement sur le coronavirus, au cours des dernières 24 heures, 227 personnes sont mortes de la maladie, un autre record portant le bilan à 18.068 décès liés au COVID-19 dans le pays.

Le site a également précisé que, à la date de samedi, 1.520.350 personnes ont reçu au moins une injection de vaccin, tandis que 465.643 en ont reçu deux." La suite sur xinhuanet.com

samedi 20 mars 2021

Un centre universitaire francophone bien enraciné à Szeged, dans le sud de la Hongrie

"Le Centre Universitaire Francophone (CUF) compte près de trente étudiants en 2020, regroupant une vingtaine de nationalités différentes. La promotion de la diversité des cultures est au cœur du centre d’études. Rencontre avec le directeur de formation, Péter Kruzslicz, qui nous éclaire sur l’histoire, l’actualité et le devenir du CUF . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Le passeport vaccinal européen qui déplait souverainement à Budapest

"La Hongrie, qui prépare son propre passeport vaccinal, n'est pas du tout satisfaite de la proposition de « certificat vert numérique » présentée mardi par la Commission européenne." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Basket: l'Asvel éliminée par Sopron en quarts de l'Euroligue dames

"Les basketteuses de l'Asvel-Lyon sont éliminées de l'Euroligue, malgré leur victoire contre les Hongroises de Sopron 75 à 62 vendredi, un succès qui n'a pas été suffisamment large pour rattraper le revers de l'aller 94-66, vendredi à Sopron.

Les joueuses de Valéry Demory ont mené au maximum de 22 points au cours du 3e quart-temps, et ont pu espérer un moment réaliser une incroyable remontée dans ce match retour, mais elles ont vu les Hongroises revenir au score dans le quatrième et dernier quart-temps.
Lorsque la meneuse des Lyonnaises Ingrid Tanqueray a inscrit son lancer franc à la 27e minute, les coéquipières de Héléna Ciak ont bien cru qu'elles étaient en mesure de réaliser l'impossible. A ce moment du match retour, les Lionnes menaient 59 à 37, et il ne manquait que quatre points pour combler totalement l'écart du match aller et plus de 13 minutes à jouer." La suite sur lanouvellerepublique.fr

vendredi 19 mars 2021

Après des années de retard, les travaux de rénovation de l’emblématique Pont des Chaînes de Budapest commencent


"L’une des attractions les plus célèbres de Hongrie, le Pont des Chaînes, est enfin en cours de rénovation après être tombée en ruine.

« Les trottoirs et les chaussées seront démolis et reconstruits complètement. Un traitement antirouille sera nécessaire pour les plaques d’acier », selon Dávid Borsi, porte-parole du Centre des transports de Budapest.

La rénovation est attendue depuis longtemps. Le dernier a eu lieu il y a plus de trois décennies et la rouille a fait des ravages. Après de nombreuses disputes entre le gouvernement et la ville dirigée par l’opposition, le projet est enfin lancé." La suite sur news-24.fr

L'élargissement de la coopération entre les Archives nationales de l'Azerbaïdjan et de la Hongrie au menu des discussions

"Bakou, 18 mars, AZERTAC

Le chef des Archives nationales de l'Azerbaïdjan, Asker Rassoulov a reçu l'ambassadeur de Hongrie en Azerbaïdjan, Viktor Szederkényi.

L'élargissement de la coopération entre les archives nationales des deux pays, la mise en œuvre de projets conjoints et l'échange d'expériences ont fait l’objet de discussions lors de la rencontre." La suite sur azertag.az

Parlement européen : le parti hongrois de Viktor Orban rompt avec le Parti populaire européen

"Deux semaines après son départ du groupe constitué par le Parti populaire européen au Parlement européen, le Fidesz du Premier ministre populiste hongrois Viktor Orbàn quitte la plus grande famille de l'UE, qui réunit les formations de droite.

La rupture est définitivement consommée entre le Fidesz et le Parti populaire européen (PPE). Le parti du Premier ministre hongrois Viktor Orban claque la porte du PPE (droite), a annoncé jeudi 18 mars une ministre, deux semaines après le départ fracassant du Fidesz du groupe PPE au Parlement européen et après des années de bras de fer.

"Il est temps de dire au revoir", a écrit Katalin Novak, secrétaire d'État à la Famille, dans un tweet accompagné d'une lettre de résiliation signée par le secrétariat international du Fidesz.

"Je notifie la présidence du Parti populaire européen que le Fidesz ne souhaite plus maintenir son adhésion et donc le quitte", peut-on lire dans ce courrier." La suite sur france24.com

(COVID-19) Arrivée d'un 3e lot de vaccins du laboratoire chinois Sinopharm à Budapest

"BUDAPEST, 17 mars (Xinhua) -- Le troisième lot de vaccins du laboratoire chinois Sinopharm contre le COVID-19 acheté par la Hongrie est arrivé mercredi à Budapest, a confirmé sur sa page Facebook le ministre des Affaires étrangères et du Commerce extérieur Peter Szijjarto.

"Quelque 100.000 vaccins chinois supplémentaires sont arrivés mercredi en provenance de Beijing", a indiqué M. Szijjarto dans une vidéo publiée sur sa page. Il a ajouté que les doses chinoises étaient arrivées avec 43 jours d'avance sur la date prévue, permettant ainsi à la population hongroise de se faire vacciner plus rapidement.

"Nous gagnons 43 jours. Nous gagnons des vies et de la santé", a-t-il affirmé. M. Szijjarto a également souligné que l'avion gouvernemental qui avait apporté les vaccins ne resterait pas au sol dans les prochains jours puisqu'il retournerait bientôt en Chine pour ramener des centaines de milliers de doses à la Hongrie." La suite sur xinhuanet.com

M. Bourita s’entretient avec son homologue hongrois

"Rabat – Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, M. Nasser Bourita a eu, jeudi, un entretien téléphonique avec le ministre des Affaires étrangères et du commerce de la République de Hongrie, M. Peter Szijjarto.

Lors de cet entretien, les deux ministres ont salué l’excellence des relations entre les deux pays, qui n’ont cessé de se développer et de se diversifier depuis la visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Hongrie en 2016, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger." La suite sur maexpress.ma

Le pied-de-nez de l’Université de cinéma au gouvernement hongrois

"Des étudiants de la SZFE s’opposant à la suppression de l’autonomie de leur Université vont être accueillis dans de prestigieuses universités européennes.

Plutôt que de se laisser « redresser idéologiquement », comme ils le craignent, par les nationaux-conservateurs qui ont supprimé l’autonomie de leur université au mois de septembre 2020, 150 étudiants de l’école de théâtre et de cinéma de Budapest (SZFE), en grève depuis la rentrée, vont être accueillis dans cinq universités européennes.

Ces cinq universités accepteront officiellement de 150 à 200 étudiants – et leurs professeurs – de l’Université des arts du cinéma qui ne souhaitent pas terminer leurs études à la SZFE en raison du changement de modèle de l’institution. Elles ont accepté de prendre en charge 14 cours." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Enquête de Direkt36 : Budapest, nid d’espions chinois ?

"Dans une nouvelle enquête, le site d’investigation hongrois Direkt36 révèle les dessous de la politique « d’ouverture à l’Est » du gouvernement Orbán. Alors que les investissements chinois tant attendu par Budapest se font encore attendre, les espions chinois eux, n’ont pas perdu de temps pour investir la Hongrie . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

jeudi 18 mars 2021

Usine - BorgWarner (Corrèze) : le démontage des lignes a débuté chez l'équipementier automobile qui déménage en Hongrie

"Trois mois après la signature du PSE, où en est l'usine BorgWarner d'Eyrein ? Des lignes commencent à partir en Hongrie et les premières lettres de licenciement sont attendues en juin.

Le 25 juin 2020, c’était la douche froide pour les 360 salariés de l’équipementier automobile BorgWarner installé sur la zone de la Montane à Eyrein.

Ce jour-là, ils apprenaient l’intention de la direction du groupe américain de fermer le site. Un choc pour le personnel qui s’attendait à une réduction d’effectifs mais certainement pas à une fermeture pure et simple. En novembre, l’espoir était né avec un repreneur potentiel, Punch, qui promettait de préserver entre 250 et 300 emplois. Mais le 5 décembre, un SMS apprenait aux employés que le repreneur avait jeté l’éponge. Les négociations du PSE repartaient, accompagnées par la grève.

Trois mois après la signature de l’accord, où en est-on ?" La suite sur lamontagne.fr

Hongrie. Les étudiants protestataires de l’Académie de théâtre et de cinéma termineront le semestre dans des universités étrangères

"Certains étudiants de l’Académie de théâtre et de cinéma (SZFE) de Budapest, qui sont contre les transformations, qui à leur avis ont privé l’université de son autonomie, termineront formellement le semestre dans des universités étrangères, a rapporté mercredi le portail Telex.hu.

L’association Freeszfe, fondée par des étudiants et des professeurs opposés à la transformation, a convenu avec cinq universités étrangères de mettre officiellement fin à 14 cours de SZFE, mais les cours seront dirigés par des professeurs hongrois qui ont également quitté la SZFE.

Les universités qui approuveront les diplômes des étudiants hongrois sont l’Académie Mozarteum de Salzbourg, l’Académie de théâtre de Varsovie et son département de marionnettes à Białystok, l’académie de théâtre de Ludwigsburg et la Swiss Accademia Teatro Dimitri. Jusqu’à présent, ces universités reconnaissent les crédits et examens des étudiants, et leurs films et leurs diplômes seront évalués conjointement par Freeszfe et des professeurs d’université partenaires." La suite sur mercatoshow.com

Basket Eurocoupe (F) Saint-Amand Hainaut éliminé en huitièmes de finale de l'Eurocoupe

"Saint-Amand Hainaut ne rejoindra pas les quarts de finale de l'Eurocoupe comme Villeneuve-d'Ascq. Les Nordistes se sont inclinées en Hongrie face à Szekszard (53-66) mardi, et quittent la compétition.

Il n'y aura pas de deuxième club nordiste en quarts de finale de l'Eurocoupe. Saint-Amand Hainaut s'est incliné en Hongrie, sur le parquet de Szekszard (53-66) et ne rejoindra pas Villeneuve-d'Ascq au prochain tour de la compétition." La suite sur lequipe.fr

La Hongrie frappée par un nombre record de décès quotidiens liés au COVID-19 alors que les cas augmentent

"La Hongrie a enregistré 195 décès dus au COVID-19 au cours des dernières 24 heures, le nombre quotidien le plus élevé depuis le début de la pandémie.

Le nombre de patients traités pour la maladie est également passé à près de 10 300, soit environ trois fois le nombre d’hospitalisations au début de la dernière vague de cas.

Le précédent record de 193 décès quotidiens dus au coronavirus avait été signalé début décembre.

Selon l’Université Johns Hopkins, la Hongrie compte le septième plus grand nombre de décès par COVID-19 pour 1 million d’habitants dans le monde." La suite sur news-24.fr

Prix Abel 2021 : l'informatique théorique à l'honneur

"Le prix Abel de mathématiques a récompensé mercredi l’Américano-Hongrois Laszlo Lovasz et l’Israélien Avi Wigderson, spécialistes de la complexité algorithmique, essentielle notamment à la cybersécurité, a annoncé l’Académie norvégienne des Sciences et Lettres.

Les deux hommes sont primés « pour leurs contributions fondamentales à l’informatique théorique et aux mathématiques discrètes, et pour leur rôle de premier plan dans leur transformation en domaines centraux des mathématiques modernes ».

Affilié à l’Institut de mathématiques Alfred-Rényi et à l’université Lorand Eötvös de Budapest, Laszlo Lovasz, 73 ans, est crédité d’avoir introduit l’usage des mathématiques discrètes – étude de structures non continues – dans des questions théoriques fondamentales en informatique et d’avoir conçu de puissants algorithmes." La suite sur sciencesetavenir.fr

Escrime - Coronavirus - Cluster à Budapest lors de la manche de Coupe du monde de sabre

"Une trentaine de personnes auraient été contaminées par le Covid-19 à l'occasion de la Coupe du monde au sabre organisée le week-end dernier à Budapest. Parmi elles, trois Français.

Les précautions avaient été prises pour la reprise des compétitions internationales à Budapest, après une année entière passée à l'arrêt pour cause de coronavirus. Déploiement logistique impressionnant côté organisateurs : contrôles en pagaïe, personnels de surveillance pléthorique, combinaisons, masques et même visières pour certains... Pourtant, une fois les armes posées dimanche soir à Budapest, c'est un cluster qui est apparu.

Nationalités diverses et multiples : grecque, japonaise, française également. Des tireurs ou tireuses bien sûr, mais pas seulement. Au moins un arbitre aussi, par exemple. Des gens détectés sur place ou une fois rentrés chez eux. Bref, si sur le plan sportif la reprise a fonctionné sans accroc, il n'en a pas été de même sur le plan sanitaire." La suite sur lequipe.fr

Fun facts, memes et troll : la nouvelle stratégie de communication de Viktor Orbán ?

"Défenseur autoproclamé des traditions hongroises et chrétiennes, Viktor Orbán est également un fin utilisateur anglophone des réseaux sociaux. Avec son nouveau site internet et sa rubrique « fun facts », le Premier ministre hongrois est-il en train d’assumer une nouvelle stratégie, portée sur l’humour internet ..." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

mercredi 17 mars 2021

Kincsem fait appel à CALLUM pour la conception de l'hypercar

"ZUG, Suisse, 17 mars 2021 /PRNewswire/ -- La nouvelle marque de luxe numérique Kincsem a confié à CALLUM, dirigée par Ian Callum CBE, récemment nommé Car Designer of Year par GQ, la conception d'une toute nouvelle hyper-voiture électrifiée.

Kincsem appoints CALLUM for Hyper-car design brief Kincsem est numérique à tous points de vue et véritablement sans contrainte. La vision du fondateur hongrois Tibor Bak est de fusionner les meilleurs talents du monde avec les technologies les plus récentes afin de mettre au point des produits performants et magnifiquement conçus. De la finance à la fabrication flexible en passant par la conception d'IA, la marque est pionnière dans l'intégration du numérique à tous les niveaux. Bak apporte toute son importante expérience et ses compétences industrielles afin d'innover des partenariats et des méthodologies nouvelles et inexploitées jusqu'à présent pour mettre en oeuvre le portefeuille de produits divers de la marque, dont l'Hyper-GT est le premier lancement." La suite sur lelezard.com

Agota Kristof – Hier


"C’est dans un français fait de phrases simples et factuelles qu’est écrit le dernier livre de ma série sur la Hongrie et l’exil : Hier, d’Agota Kristof, un livre qui a plus à voir avec l’expérience humaine et la relation à la langue qu’avec un pays en particulier. Il ne mentionne d’ailleurs jamais de pays, ni de dates, même si quelques noms de personnes le rattachent immédiatement à la Hongrie, et même si l’on sait que l’œuvre d’Agota Kristof (née en Hongrie, établie en Suisse, francophone d’adoption) est marquée par son expérience de l’exil.

Line couche l’enfant dans son petit lit, ensuite elle et son mari se couchent dans le grand lit et ils éteignent la lumière.

Les phrases sont réduites à leur plus simple expression, en mots et en sentiments. Des interstices entre les mots et les phrases ressortent pourtant la solitude, le poids d’un traumatisme d’enfance, le doute sur l’identité, et l’effet cumulé d’une existence régie par la « course imbécile » d’un travail en usine sans cesse répété. Tout cela est exprimé par le narrateur qui, depuis dix ans, travaille dans une fabrique d’horlogerie pendant le jour, écrit le soir sans savoir « pour qui et pour quelle raison », et souffre continuellement de « l’absence de Line, l’absence d’espoir »." La suite sur passagealest.wordpress.com

Star - Budapest, la ville aux mille visages cinématographiques

Budapest et son célèbre pont des Chaînes (photographié ici en février 2017) ont servi de décor à de nombreux films de Hollywood depuis trente ans. PHOTO / LASZLO BALOGH / REUTERS.

"Lieu de tournage prisé du Tout-Hollywood, la capitale hongroise a souvent servi de décor à de faux Paris, de faux New York ou de faux Moscou. Un caractère caméléon que la ville doit, selon ce quotidien, à sa richesse architecturale.

“Lorsque nous serons sortis du virus et que le tourisme reprendra ses droits”, les cinéphiles “pourront découvrir Budapest dans la toute nouvelle superproduction Marvel [Black Widow, dont la sortie a été reportée à mai 2021] avec Scarlett Johansson en tête d’affiche”, se réjouit le quotidien Népszava.

La star américaine connaît très bien la capitale hongroise, puisqu’il y a vingt ans, “elle marchait sur le pont des Chaînes dans le film American Rhapsody [2001]”, rappelle Népszava.

Alors que l’industrie mondiale du cinéma demeure sous le choc de la pandémie, ce quotidien consacre un article à l’histoire d’amour entre Budapest et Hollywood, dont il espère qu’elle reprendra de plus belle dans quelques mois.

Il y a une trentaine d’années “Budapest est devenu un endroit en vogue pour faire des films”, constate Népszava, sans s’attarder sur les incitations financières qui en ont fait un lieu attractif pour les tournages. Pour ce journal, c’est d’abord à sa richesse architecturale que la ville doit son statut de haut lieu de l’industrie cinématographique. Il cite les paroles de Steven Spielberg, l’un des nombreux réalisateurs à avoir un jour choisi de poser ses caméras à Budapest : “Cette ville offre de nombreux visages. Pour le film Munich [2005], j’avais besoin de figurer des lieux français, suisses, anglais, italiens et allemands.” La suite sur courrierinternational.com (article payant)

Une innovation de classe mondiale : Présentation du premier vêtement intelligent au monde pour la voile par 878®

"BUDAPEST, Hongrie, 16 mars 2021 /PRNewswire/ -- La marque hongroise, 878® entre sur le marché international des vêtements haut de gamme pour la voile avec des produits conçus, développés et fabriqués en Hongrie. Ces vêtements originaux répondent aux problèmes non résolus de la voile professionnelle et combinent l'innovation technologique et matérielle pour aider à augmenter les performances des plaisanciers et des athlètes professionnels.

La recrudescence des courses de voiliers s'est énormément accélérée ces dernières années ; pourtant, l'évolution des vêtements et des équipements de protection des marins n'a pas suivi l'engouement, ce qui a fait émerger de nombreux problèmes. La solution est apportée par les vêtements 878 fabriqués à partir de composants et de matériaux uniques, qui sont rarement utilisés sur le marché à l'heure actuelle." La suite suite sur lelezard.com

mardi 16 mars 2021

Décoration des œufs de Pâques mercredi 31 mars 2021 à 17 h Institut hongrois


Gratuit · Évènement en ligne

Nous avons le plaisir de vous inviter avec votre famille et vos amis à deux séances d’apprentissage de décoration des œufs de Pâques sur zoom (COVID oblige…) :
Nous vous proposons une première séance (en langue hongroise), destinée avant tout aux enfants de 15.30 à 16.30 et une deuxième séance en (en français et hongrois) davantage destinée aux adultes de 17h à 18.30.
Lien Zoom des deux séances :
Une jeune Hongroise, Ildikó Fekete a commencé à apprendre l’art de décorer les œufs de Pâques à l’âge de 10 ans. Elle vous fera découvrir les coutumes pascales hongroises, les techniques et les motifs traditionnels de décoration des œufs ainsi que leurs symboles et leurs origines.
Les séances se dérouleront en hongrois, toutefois votre participation n’exige pas une connaissance particulière du hongrois : bien entendu, tous ceux qui sont intéressés, même les non-hungarophones, y sont les bienvenus.
Votre réservation est indispensable avant le 30 mars 2021 : reservations@instituthongrois.fr.
En collaboration avec Ildikó LŐRINSZKY (INALCO) et Réka TÓTH (Sorbonne Nouvelle - Paris 3).
Plus d'informations :
AU GRAND PLAISIR DE VOUS RETROUVER TOUS LE 31 MARS 2021 !