lundi 31 mai 2021

Josselin. Une exposition retrace 50 ans de jumelages

"Le comité de jumelages du Pays de Josselin (Morbihan) remonte le temps avec une exposition photos, d’articles de journaux et d’objets, à l’aide d’une vingtaine de panneaux, du 11 au 13 juin 2021.

Ayant prévu, depuis 2020, une journée « portes ouvertes » pour informer le public des activités et projets du comité de jumelages du Pays de Josselin (Morbihan), « nous avons dû patienter du fait de la crise sanitaire. Les responsables ont travaillé près d’un an sur l’exposition qui est proposée les 11, 12 et 13 juin, à la chapelle de la Congrégation », explique la présidente Danielle Juguet.

Elle s’est étoffée du fait des reports répétés pour devenir une « rétrospective de 50 ans de jumelages », s’appuyant sur les archives de la mairie de Josselin et celles de Josselinais et du comité.

Les jumelages ont été conclus par les maires des communes jumelées avec Josselin pour Alzey (Allemagne) en 1973 et Quiberon (Bretagne) en 1984-1985. Celui réalisé avec la ville de Tard (Hongrie) par les maires de Josselin (Joseph Séveno), Guillac (Jean-Paul Nayl) et La Croix-Helléan (Odette Herviaux) en 2005-2006." La suite sur ouest-france.fr

Tennis - (H) Gilles Simon éliminé au 1er tour de Roland-Garros par Marton Fucsovics

"Battu 6-4, 6-1, 7-6 (5) en 3h13 dans une rencontre très intense, Gilles Simon, malgré tout son courage, a juste réussi à sauver quatre balles de match et faire trembler en fin de match un Marton Fucsovics particulièrement compact jusqu'à ce qu'il souffre de crampes pour finir.

À l'exception d'une belle réaction dans le coeur d'un premier set où il avait été rapidement mené 4-0, et d'un baroud d'honneur en fin de troisième set, Gilles Simon a souffert face à Marton Fucsovics (29 ans, 44e mondial). Mais il n'a jamais renoncé pour offrir une haletante fin de match, durant laquelle le Hongrois, pourtant costaud physiquement, a fini par s'essouffler." La suite sur lequipe.fr

Handball - LDC (F) – Final4 Györ offre le podium à Gorbicz et Amorim

"Dans un match abouti, Györ se relève de sa défaite de la veille et domine largement le CSKA Moscou (32-21, SF). Eliminées en demi-finale, les Hongroises finissent la compétition à la 3è place. Anita Gorbicz et Eduarda Amorim terminent leur aventure avec Györ par une médaille de bronze.

La sortie du dimanche aura été meilleure que la veille pour Györ. Le club hongrois a disposé facilement du CSKA Moscou (32-21) pour obtenir la médaille de bronze. Les Moscovites n’ont pas vraiment posé de grandes difficultés tellement la fatigue se voyait sur le terrain. Avec un jeu plus précis et une envie retrouvée, les protégées d’Ambros Martin ont déroulé. Même si la victoire ne rattrapera pas la déconvenue vécue hier, elles finissent la compétition sur une bonne note, et peuvent dire au revoir à leurs stars Gorbicz et Amorim." La suite sur handnews.fr

Les Hongrois retournent dans les salles obscures

"Voilà un festival dont le nom est de circonstance : "Il est temps d'aller au cinéma". L'événement se tient en Hongrie. L'occasion de découvrir des films qui ont fait sensation à la Berlinale ou à la Mostra de Venise mais qui ne sont pas encore sortis officiellement dans le pays.

Vingt-deux cinémas ont rejoint l'initiative de celui de Cirko. Ils étaient fermés depuis novembre. En ouverture, le film français "Effacer l'historique" avec son humour loufoque. Pour être accepté dans les salles, il faut être muni d'un certificat d'immunité et d'une carte d'identité.

"Nous demandons au public d'assister masqués à nos projections, explique Zsuzsanna Deak. C'est notre choix, ce n'est pas obligatoire mais nous avons réalisé une enquête auprès de notre public et à une écrasante majorité, les gens ont dit qu'ils seraient plus rassurés avec le masque et c'est pour cela que nous avons décidé de rouvrir." La suite sur euronews.com

Rapprochement - Comment Viktor Orbán enchaîne la Hongrie à Pékin

"L’installation, d’ici à 2024, à Budapest, d’un campus de l’université d’élite Fudan, située à Shanghai, couronne un rapprochement de l’exécutif magyar avec Pékin, constate l’hebdomadaire de l’opposition HVG.

“La dette n’est pas un problème économique, mais un ennemi. Et si nous ne vainquons pas cet ennemi, c’est lui qui nous défait”, affirmait Viktor Orbán en arrivant au pouvoir, se référant à la dépendance envers les crédits du Fonds monétaire international (FMI). Aujourd’hui, le Premier ministre invite lui-même l’adversaire dans le pays, espérant des dividendes pour son gouvernement et les proches du pouvoir. Outre les 700 milliards de forints [quelque 2 milliards d’euros] de crédit chinois pour la modernisation de la ligne ferroviaire Budapest-Belgrade, Orbán veut endetter le pays de 540 milliards (1,5 milliard d’euros de plus auprès de Pékin. Pour quel motif ? L’installation d’une antenne de l’université d’élite Fudan à Budapest, d’ici à 2024.

La somme des deux chantiers correspond au tiers du crédit russe souscrit afin de rénover la centrale nucléaire de Paks. Mais alors qu’un complexe atomique pourra aider la Hongrie à se rapprocher de la neutralité carbone, l’argent de Pékin finance un projet d’infrastructure de transport difficilement justifiable, ainsi qu’un investissement universitaire colossal aux contours flous. Sur le long terme, ces engagements n’apportent ni avantage compétitif ni bénéfice satisfaisant. Mais, contrairement à ce qui se passe en Chine, où ceux qui font obstacle terminent dans des camps d’internement, Viktor Orbán doit trouver un terrain d’entente avec la mairie de Budapest, qui refuse de vendre les terrains municipaux destinés au campus de Fudan et souhaite l’organisation d’un référendum pour arbitrer le devenir du..." La suite sur courrierinternational.com (article payant)

Márton Gergely & János Dobszay (lire l'article original)

dimanche 30 mai 2021

Handball. Brest s’offre un exploit majuscule face à Györ au Final Four de Ligue des champions

"Immense exploit pour le BBH ! Victorieuses face à Györ, triple tenant du titre, au bout du suspense samedi à Budapest (23-23, 2-4), les Brestoises disputeront dimanche leur première finale de Ligue des champions. Après le championnat de France et la Coupe de France, elles peuvent réaliser un triplé historique.

Quel exploit du Brest Bretagne Handball ! Face à Györ, triple tenant du titre qui restait sur trois titres consécutifs dans la compétition, et qui ne s’était plus incliné depuis 55 matches en Ligue des champions, les Brestoises l’ont emporté au bout du suspense à l’issue de la séance de tirs au but (23-23, 2-4)." La suite sur ouest-france.fr

András Forgách, agents secrets de famille

András Forgách, en 2018. (Arató Andras)

Dans «Fils d’espionne», l’écrivain hongrois dévoile le passé de ses parents découvert sur le tard.

«Pápai était donc papa», et papa était espion. Maman aussi d’ailleurs, mais c’est papa qui a commencé et qui choisit ce pseudonyme. A l’époque, à la fin des années 1940, il y avait déjà trop de juifs au Parti si bien que les apparatchiks voyaient rouge s’ils entendaient certains patronymes. Fils d’espionne est le livre drôle et désespéré du fils de monsieur et madame Pápai, l’écrivain hongrois András Forgách, traduit en français pour la première fois. En consultant les dossiers de la police secrète de son pays, il a découvert que ses parents, juifs, avaient mis leur intelligence et leurs savoirs au service de la Hongrie à l’époque où elle était un satellite de l’URSS. Le père se faisait passer pour un journaliste, et la mère, maîtrisant plusieurs langues, fut une interprète un peu spéciale.

Crises dépressives

Mêlant documents officiels, parodies des dialogues absurdes entre ses parents et leurs employeurs, et complainte d’un fils désarçonné à sa mère morte, sa mère «folle», sa…" La suite sur liberation.fr (article payant)

András Forgách - Fils d’espionne


Élő ​kötet nem marad

Trad. du hongrois par Joëlle Dufeuilly

Collection Du monde entier, Gallimard
Parution : 20-05-2021

samedi 29 mai 2021

Le marché immobilier hongrois devrait se redresser d’ici fin 2021

"Les analystes interrogés par le Budapest Business Journal sont convaincus que le marché immobilier hongrois se redressera cette année grâce à une performance exceptionnellement bonne avant la pandémie, la transformation de l’économie du pays et le déploiement des vaccins COVID-19.

Des contrats en stand-by
Une autre raison pour laquelle les analystes sont convaincus d’une reprise rapide est que plusieurs accords et contrats qui ont été finalisés avant la pandémie n’ont pu se concrétiser qu’au cours des deux derniers mois." La suite sur investiraletranger.com

Les ministres des AE de quatre pays européens se rendront en Chine

"Le ministre polonais des Affaires étrangères Zbigniew Rau, le ministre serbe des Affaires étrangères Nikola Selakovic, le ministre irlandais des Affaires étrangères et de la Défense Simon Coveney, ainsi que le ministre hongrois des Affaires étrangères et du Commerce Peter Szijjarto, se rendront en Chine du 29 au 31 mai, a annoncé vendredi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

Ces ministres visiteront la Chine sur invitation du conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi." Source : china.org.cn

Viktor Orbán a reçu Santiago Abascal, le leader du parti d’extrême droite espagnol Vox

"Le leader du parti d’extrême droite espagnol (Vox) est venu rendre visite au Premier ministre hongrois. Les deux hommes n’ont pas manqué d’afficher leurs convergences de vues, notamment sur les questions d’immigration ou de politique familiale . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

André Kertész, «le père de tous les photographes», à l’Imagerie de Lannion

"Le photographe hongrois a ouvert la voie à grand nombre de ses confrères. L’Imagerie de Lannion (Côtes-d’Armor) propose, à travers des séquences de prises de vues, une déambulation dans le Paris des années 1930.

Des centaines de photographies tapissent à nouveau les murs de l’Imagerie, et c’est aussi délicieux de remettre le nez dans l’art que de prendre un café en terrasse. D’autant que la galerie lannionnaise a mis la barre très haut pour cette réouverture qui correspond aux derniers jours d’Éric Bouttier, en tant que directeur. Marcher dans l’image​, d’André Kertész, est un événement que nous préparons depuis longtemps et qui a été décalé à cause des fermetures successives. Maintenant, elle est là pour tout l’été​, se réjouit-il." La suite sur ouest-france.fr

Covid-19 : les pays comptant le plus de morts par rapport à leur population sont en Europe centrale

"Les sept pays déplorant le plus grand nombre de morts du Covid-19 par rapport à leur population sont situés en Europe centrale et de l’Est. Au total, l’épidémie a fait 3,5 millions de morts dans le monde

Les sept pays déplorant actuellement le plus grand nombre de morts du Covid-19 par rapport à leur population sont situés en Europe centrale et de l’Est, selon un comptage de l’AFP ce vendredi 28 mai.

Avec 307 morts pour 100 000 habitants, la Hongrie est, parmi les pays de plus de 100 000 habitants, celui le plus durement touché par rapport à sa population. Elle est suivie par la République tchèque (281 décès pour 100 000 habitants), la Bosnie-Herzégovine (280), la Macédoine du Nord (258), la Bulgarie (254), le Monténégro (251) et la Slovaquie (226)." La suite sur sudouest.fr

Viktor Orban reçu à Londres sur fond de controverse

"(Londres) Le Royaume-Uni et la Hongrie souhaitent renforcer leur coopération après le Brexit, a déclaré vendredi le premier ministre hongrois Viktor Orban, réitérant des propos polémiques sur les musulmans à l’issue d’une entrevue controversée à Londres avec son homologue britannique Boris Johnson.

Cette rencontre a suscité de vives critiques au Royaume-Uni, notamment dans l’opposition, en raison des prises de position sujettes à controverse du dirigeant hongrois souverainiste sur l’immigration et les musulmans, ainsi que des atteintes à la démocratie dans son pays.  

Tout en disant vouloir « travailler bilatéralement » avec Budapest, « le premier ministre a fait part de sa préoccupation majeure concernant les droits de l’homme en Hongrie, dont l’égalité des genres, les droits [des personnes] LGBT et la liberté de la presse », a révélé un porte-parole de Boris Johnson dans un communiqué envoyé après la rencontre, qui a duré environ une heure." La suite sur lapresse.ca

Andrew Szepessy, Hongrie dans la nuit

"Les perdants magnifiques de l’écrivain britannique qui connût les geôles communistes.

Quand on sort d’un cercle de l’enfer, petit ou grand, on veut souvent faire les portraits de ceux qu’on y a côtoyés, simplement pour dire : voilà ce que nous, frères humains, avons vécu. Raconter les autres devient la meilleure façon de parler de soi-même, puisqu’on a été l’un d’eux. Primo Levi l’a fait dans Si c’est un homme, titre inspiré d’une phrase de Dante, en revenant d’Auschwitz, puis, finalement, dans la plupart de ses textes. Andrew Szepessy le fait en écrivant Aux éternels perdants, longtemps après être sorti des geôles communistes hongroises où, bien que sujet de sa Majesté, il a passé une partie des sixties. Âgé d’une vingtaine d’années, il vient d’Angleterre et il n’aime pas encore les Beatles, lesquels font rêver la plupart de ses codétenus. L’un d’eux trouve qu’ils représentent «la seule chose au monde ayant un sens. La planète, a-t-il assuré, serait mieux avisée de méditer le réalisme abstrait contenu dans Loossing in Ze Skay Viz Diemondz…" La suite sur liberation.fr (article payant)

Dans les années 60, Andrew Szepessy se retrouve prisonnier à Budapest sans justification, propulsé dans le monde parallèle des geôles de la République populaire de Hongrie, au milieu de détenus accusés de trahison au régime et d'autres délits plus ou moins absurdes.
De cette année marquante de sa jeunesse, il a tiré un récit à le fois drôle, lyrique et poétique, sorte d'ovni de la littérature carcérale et un cocktail inédit d'humour anglo-hongrois.

D'une douceur et d'un flegme inattendus, Aux éternels perdants est un authentique traité du zen, un manuel de survie en milieu hostile - une parabole merveilleuse et salvatrice contre tous les enfermements.

Andrew Szepessy
Bernard Cohen (Traducteur)
EAN : 9782743652036
250 pages
Éditeur : Payot et Rivages (03/02/2021)

 

Handball - Devancé par Ferencvaros, Györ lâche son titre de champion de Hongrie

"Quadruple tenant du titre, le géant hongrois a été détrôné ce vendredi par Ferencvaros. Battues une seule fois en Championnat, les quatre Bleues de Györ ne seront pas championnes.

Les quatre Françaises de Györ (Béatrice Edwige, Laura Glauser, Amandine Leynaud et Estelle Nze Minko) ne seront pas championnes de Hongrie, et c'est presque une anomalie au vu du palmarès de ce Championnat. Sans jouer, le mastodonte hongrois, quadruple tenant du titre, qui n'a laissé échapper le trophée qu'une fois depuis 2007, a vu son adversaire Ferencvaros s'assurer la victoire en dominant le MTK Budapest (35-21)." La suite sur lequipe.fr

György Ligeti : 7 (petites) choses que vous ne savez (peut-être) pas sur le compositeur d’Atmosphères

 György Ligeti (1923-2006), © AFP / Otto Breicha / IMAGNO / APA-PictureDesk

"Compositeur hongrois d’avant-garde, György Ligeti n’est pas un compositeur comme les autres, et fera de son mieux pour maintenir cette image tout au long de sa vie. Voici 7 (petites) choses que vous ne savez (peut-être) pas sur l’unique et l'incomparable Ligeti.

Il était le petit-neveu d’un grand violoniste

Avant de porter le nom Ligeti, le père de György s’appelle Sándor Auer. Juif hongrois d'origine, il est de coutume à cette époque de changer son nom de famille pour un nom hongrois. On passe ainsi de « Auer », signifiant « pâturage ou pré » en allemand, à « Ligeti », signifiant « de la prairie » en hongrois.

Mais la famille Auer comprend un autre musicien, le grand-oncle de György et violoniste célèbre, Leopold Auer (1845-1930). Soliste de l’Orchestre Impérial de St. Pétersbourg et célèbre professeur de Jascha Heifetz, il fut également le premier dédicataire du Concerto pour violon de Tchaïkovski, avant que ce dernier ne change soudainement d’avis : ne jamais demander à Tchaïkovski de changer sa propre musique !" La suite sur francemusique.fr

14 choses à voir et à faire lors de votre séjour à Budapest

"Budapest est devenue une destination incontournable aussi bien pour sa vie diurne que nocturne. La perle du Danube n’en a pas fini de vous envoûter. Le Parlement, bordant majestueusement les rives de Pest, fait concurrence au Palais de Budavár et à l’Eglise Matthias du côté de Buda. Et au centre-ville, cafés, ruin pubs, kerts, restaurants et autres monuments achèveront de vous convaincre d’y établir demeure !

Envolez-vous vers Budapest !

> Depuis Paris

> Depuis Lyon

> Depuis Bordeaux

> Depuis Bruxelles

> Depuis Marseille

> Depuis Nice

> Depuis Toulouse

Depuis partout ailleurs

La suite sur liligo.fr

vendredi 28 mai 2021

La Hongrie inaugure une centrale solaire de construction chinoise

"La Hongrie a inauguré jeudi la plus grande centrale solaire du pays, qui a été construite par l'entreprise chinoise China National Machinery Import and Export Corporation (CMC) près de la ville de Kaposvar, dans le sud-ouest du pays.

Le ministre hongrois de l'Innovation et de la Technologie Laszlo Palkovics a participé en personne à la cérémonie, tandis que le président de la CMC Kang Hubiao y assistait par liaison vidéo.

"Etant moi-même impliqué dans ce projet depuis le début, et ayant visité la Hongrie à plusieurs reprises au fil des années, je suis aujourd'hui particulièrement ravi en tant que président d'assister à l'achèvement de ce projet", a déclaré M. Kang." La suite sur china.org.cn

Le vice-ministre des Affaires étrangères participera à un événement commémorant le naufrage d'un bateau à Budapest en 2019

"SEOUL, 27 mai (Yonhap) -- Le vice-ministre des Affaires étrangères Choi Jong-moon assistera à l'inauguration d'une sculpture en Hongrie la semaine prochaine commémorant le naufrage d'un bateau de tourisme qui a fait 25 morts et un disparu il y a deux ans, a annoncé ce jeudi le ministère des Affaires étrangères.

La sculpture sera installée lundi près du Danube à Budapest, lieu de la tragédie. Le gouvernement hongrois a couvert l'intégralité des coûts de fabrication du monument.

Le naufrage a eu lieu sur le fleuve Danube le 29 mai 2019, lorsque le bateau de tourisme transportant 33 Sud-Coréens et deux membres d'équipage hongrois a coulé après avoir percuté un bateau de croisière." La suite sur yna.co.kr

Londres défend la rencontre prochaine de Boris Johnson avec son homologue hongrois Viktor Orban

"Downing Street a défendu jeudi comme "vitale" aux intérêts britanniques l'entrevue prochaine entre le Premier ministre britannique Boris Johnson et son homologue hongrois Viktor Orban, tout en rejetant son point de vue au sujet des musulmans.

Boris Johnson doit rencontrer Viktor Orban vendredi, alors que la Hongrie s'apprête à prendre la tête du groupe de Visegrad, qui réunit Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie, avant le sommet du G7 qui se tient à partir du 11 juin en Cornouailles, dans le sud-ouest de l'Angleterre. "La coopération avec la Hongrie est vitale pour la prospérité et la sécurité du Royaume-Uni", a déclaré à des journalistes le porte-parole de Boris Johnson. Cette rencontre est l'occasion de "promouvoir les intérêts britanniques dans ces régions et discuter des problèmes dans la zone plus large", a-t-il ajouté." La suite sur rtbf.be

En Hongrie, un thriller politique au cinéma pour rouvrir les plaies de 2006

"Un thriller inspiré du chaos politique de l’année 2006 sera bientôt diffusé dans les cinémas en Hongrie. Un film à visée très politique . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

jeudi 27 mai 2021

Charmes (88) - L’exposition sur Károly Kós a été inaugurée

"L’architecte Károly Kós est à l’honneur à la Maison du livre et de la culture. Une exposition est consacrée à cet architecte hongrois et est complétée par des décorations et objets de la culture hongroise ainsi que de la documentation sur l'Union européenne..." La suite sur vosgesmatin.fr (article payant)

La Hongrie soutient enfin le fonds de relance Covid de l’UE, ne laissant que trois pays à signer

"La décision du parlement hongrois mercredi rapproche le fonds de relance de l’UE de sa mise en service. Seules la Roumanie, l’Autriche et la Pologne n’ont pas encore signé l’accord qui doit être ratifié par les 27 pays de l’UE. La législation a été adoptée au parlement avec 170 voix favorables, tandis que 29 législateurs ont choisi de s’abstenir lors du vote.

L’UE a l’intention d’emprunter conjointement 750 milliards d’euros (918 milliards de dollars) pour le fonds de relance jusqu’à la fin de 2026 afin de tenter de réparer l’économie européenne après Covid-19.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban était en désaccord avec Bruxelles sur ses plans financiers." La suite sur news-24.fr

L'aéroport de Budapest et l'aéroport international de Shanghai-Pudong signent un accord de jumelage

"L'aéroport de Budapest a signé un accord de jumelage aéroportuaire avec l'aéroport international de Shanghai-Pudong, et a annoncé le lancement d'un service de fret direct entre la capitale hongroise et la ville de Ningbo, un centre industriel et portuaire majeur de la province du Zhejiang, dans l'est de la Chine.

Ces annonces ont été faites au cours du quatrième Forum sino-hongrois de la logistique et du commerce électronique, qui se tenait mercredi à Budapest.

Le forum, organisé conjointement par le consulat général de Hongrie à Shanghai et par l'aéroport de Budapest, s'est tenu de manière virtuelle en raison de la troisième vague de COVID-19." La suite sur china.org.cn

Passé - Katalin Karikó, pionnière de l’ARN messager, avait été recrutée par les services secrets hongrois

"En 1978, la jeune biochimiste avait été forcée à rejoindre la Sûreté d’État du régime communiste, ont révélé plusieurs médias hongrois lors d’une visite triomphale de la savante, depuis émigrée aux États-Unis, dans son pays natal.

Katalin Karikó aurait volontiers évité cette polémique, alors qu’elle achève une tournée triomphale dans son pays natal. Durant le week-end de la Pentecôte, la presse hongroise a relaté que la biochimiste, dont les travaux ont inspiré les vaccins anti-Covid à ARN messager de Pfizer et BioNTech (société dont elle est vice-présidente depuis 2013), fut recrutée en 1978 par la Sûreté d’État du régime communiste. Dotée du nom d’emprunt Zsolt Lengyel, la jeune doctorante, qui venait d’intégrer le centre de recherches biologiques de l’université de Szeged, devait conduire des activités de contre-espionnage en parallèle de ses travaux de laboratoire." La suite sur courrierinternational.com

mercredi 26 mai 2021

Handicap : retour très attendu dans les salles de sport à Budapest

"Pouvoir enfin retourner dans une salle de sport : un moment très attendu par beaucoup mais plus encore par les personnes souffrant de handicap. C'est le cas de Zoltán. Ce marathonien est aussi entraîneur à la Fondation Suhanj¨!, à Budapest en Hongrie. Cette organisation accompagne des personnes handicapées dans la pratique du sport. Car l'activité physique augmente la confiance en soi, l'indépendance et favorise également les échanges sociaux. Les mois de confinement ont été particulièrement délétères, selon Zoltan.

"Avant, ma vie était assez mouvementée et du jour au lendemain, j'ai dû être confiné entre quatre murs. Selon mon premier rapport d'hospitalisation, je devais être confiné toute ma vie entre quatre murs. Finalement, c'est ce qui s'est passé l'année dernière. C'était très étrange de ne pas pouvoir sortir et voir mes amis, de ne pas pouvoir m'entraîner, de ne pas participer à des compétitions, cela m'a complètement sorti de mon environnement normal et j'ai dû m'habituer", explique-t-il." La suite sur euronews.com

mardi 25 mai 2021

« Entre silence et tempête » Concert d’Édua Zádory (violon) et Anastasia Dombrovska (piano) jeudi 3 juin 2021 à 19 h - Institut culturel hongrois


"Nous aspirons tous à l’équilibre, mais dans le tourbillon de la vie, les hauts et les bas, les joies et les peines, le silence et la tempête sont souvent entremêlés. Sans cette oscillation entre les extrêmes, la vie serait morne, sans intérêt. La musique est à l’image de la vie et la vie à l’image de la musique. C’est cette réflexion qui est à l’origine de notre projet « Entre silence et tempête ». Depuis les œuvres du compositeur estonien Arvo Pärt et du letton Pēteris Vasks invitant à la méditation, jusqu’à la valse légère de Fritz Kreisler, en passant par les rythmes endiablés du hongrois Jenő Hubay, le programme de notre concert tente d’illustrer en musique les fluctuations incessantes de nos sentiments les plus variés.
Programme :
Pēteris Vasks (1946) : Vox Amoris
Jenő Hubay (1858-1937) : Hullámzó Balaton
Arvo Pärt (1935) : Fratres
Fritz Kreisler (1875-1962) : Liebesleid et Liebesfreud
Arvo Pärt (1935) : Spiegel im Spiegel
Eduardo García-Mansilla (1871-1930) : Página Argentina
Eduardo García-Mansilla (1871-1930) : Heure Matinale
Celia Torrá (1884-1962) : En Piragua
Jenő Hubay (1858-1937) : Hejre Kati
Entrée libre

Entrée libre
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr

Soirée des Mardis hongrois de Paris du 25 mai 2021 - Première soirée après le déconfinement - Les images

 











lundi 24 mai 2021

Hongrie. Après ses travaux sur le vaccin à ARN messager, cette biologiste lave son passé communiste

"Katalin Karikó, la biologiste mère des vaccins anti-Covid à ARN messager, avait été recrutée en 1978 par la sûreté d’État, en Hongrie.

C’est ce que l’on appelle la rançon de la gloire, pour Katalin Karikó. En pleine tournée triomphale dans sa Hongrie natale, un épisode du passé de la nouvelle star de la science, à l’origine des vaccins contre le Covid-19 à ARN messager, est brusquement remonté à la surface. Elle a été recrutée en 1978, comme agent par la Sûreté d’État, sous le nom de Zsolt Lengyel.

La biologiste, qui s’est exilée aux États-Unis en 1985, s’en est expliquée, samedi 22 mai 2021 : J’ai été approchée et forcée de faire un choix. Je savais comment le système fonctionnait, j’avais peur, alors j’ai signé le document de recrutement. Les autorités avaient menacé de lui fait subir le même sort que son père, János Karikó, un boucher de province jeté au chômage pendant quatre ans, pour avoir pris part au soulèvement anticommuniste, en 1956." La suite sur ouest-france.fr

Tour d'Italie - Valter : «Nous avons perdu trop de temps à mon goût»

"Porteur du maillot rose il y a quelques jours, Attila Valter (Groupama-FDJ) continue de s'accrocher sur les routes du Tour d'Italie. Samedi, le Hongrois a souffert dans les pentes du Zoncolan en terminant à 5'41'' du vainqueur Lorenzo Fortunato (Eolo-Kometa) et en concédant du temps à tous ses adversaires directs, mais il a malgré tout conservé sa 12e place au classement général, même s'il est désormais sous la menace de Dan Martin (Israel Start-Up Nation) qui n'est qu'à une seconde derrière lui." La suite sur cyclismactu.net

 

Orban, Salvini, Le Pen, une alliance qui fait son chemin

"Viktor Orban, Matteo Salvini, les Polonais conservateurs du PiS et Marine Le Pen seront-ils bientôt réunis dans un grand groupe politique au Parlement européen ? « Les discussions avancent dans le bon sens », confie un proche de la négociation initiée le 1er avril dernier à Budapest, lors de la rencontre entre le Premier ministre hongrois, le patron de la Ligue et le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, représentant l'homme fort du régime polonais, Jaroslaw Kaczynski. Une seconde rencontre devrait se tenir en juin." La suite sur lepoint.fr (article payant)

Budapest se porte mieux sans ses touristes (enfin presque)

Par Joël Le Pavous

"La capitale hongroise, privée de visiteurs étrangers par la pandémie, n'est plus la même sans ses Anglais bourrés et ses cohortes d'EVG.

Quand j'avais encore la vingtaine, j'allais souvent boire des bières dans le secteur festif du VIIe arrondissement de Budapest, alias le Bulinegyed, où les bars plus ou moins sympas se recensent par dizaines. En retournant vers la ligne de tram 4-6 me ramenant en direction de mon domicile via le Nagykőrút, le boulevard circulaire intérieur de la capitale magyare, je croisais, au minimum, une bande de citoyens de Sa Majesté bourrés comme des alambics et des traces plus ou moins fraîches de vomi sur le trottoir. En même temps, difficile de ne pas se laisser tenter par l'ivresse quand les pintes coûtent deux euros.

Depuis que la pandémie s'est invitée dans nos vies, les cliques de Britanniques ont cessé de troubler la tranquillité déjà précaire des habitants du secteur n'ayant pas encore monnayé leur appart sur Airbnb. Le 1er septembre 2020, la Hongrie fermait ses frontières à tous les touristes jusqu'à nouvel ordre par crainte d'une explosion du nombre de cas de Covid. Les barrières à l'entrée du territoire magyar n'ont pas empêché le pays d'être le plus endeuillé au monde en proportion de sa population. Ironie du sort, les dégâts considérables occasionnés par la troisième vague émanent du variant anglais." La suite sur slate.fr

Podcast : Entretien avec Guillaume Métayer



Guillaume Métayer est Directeur de recherche (CNRS) affecté au Centre d'étude de la langue et des littératures françaises (UMR de Sorbonne Université). Il est membre des revues de poésie contemporaine Po&sie et Place de la Sorbonne et secrétaire du Grand prix de traduction Etienne-Dolet. Il a publié en septembre 2020 A comme Babel, Traduction, poétique. Yann Migoubert l’invite aujourd’hui à présenter cet essai passionné, drôle, cultivé, stimulant qui reflète les questionnements de son auteur, à la fois théoricien, traducteur et poète lui-même… "La formule à virgule « traduction, poétique », sous-titre du présent essai, doit s’entendre deux fois : une première fois certes, au titre de la riche tradition de réflexion théorique dans laquelle il s’inscrit, et dont la préface restitue avec force l’exigence et les enjeux, mais une deuxième fois aussi, au sens où l’effort de la traduction apparaît ici sous sa forme la plus vivante et la plus incarnée. C’est ainsi véritablement dans son atelier d’écriture traductrice que Guillaume Métayer nous invite, en nous proposant de partager avec lui plusieurs expériences singulières de traduction. On comprend dès lors que les douze chapitres de cet essai, formant autant de rebondissements réflexifs et poétiques, doivent moins se lire comme le déploiement d’un traité que comme le récit d’une traversée : traversée des langues, des espaces — notamment des champs centre-européen, allemand, slovène et hongrois dont l’auteur est un des meilleurs connaisseurs actuels — qui doit autant à la rigueur du concept qu’à la jubilation quasi-pataphysique de la lecture et de l’écriture. À l’horizon de ce parcours parfois périlleux, la catastrophe heureuse par quoi la poétique de la traduction se fait, purement et simplement, poésie." Marc de Launay 

Guillaume Métayer
"A comme Babel, Traduction, poétique"
préface de Marc de Launay
La rumeur libre Editions, coll. Raisons poétiques 2020
ISBN 978-2-35577-194-1
96 pages
16 €

A écouter sur youtube.com

 

dimanche 23 mai 2021

Pas de politique étrangère hongroise sans une politique de la nation hongroise

" – Nous allons tenter de mettre à profit la présidence hongroise en vue de promouvoir, dans le cadre du Conseil de l’Europe, les droits des minorités nationales, afin d’offrir un soutien marqué aux communautés hongroises vivant au-delà de nos frontières actuelles – déclare Péter Sztáray, secrétaire d’Etat en charge de la politique de sécurité au sein du ministère des Affaires étrangères et du Commerce extérieur, dans cette interview accordée à Magyar Nemzet au premier jour de la présidence tournante de la Hongrie à la tête du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe, organisme sis à Strasbourg et rassemblant 47 Etats européens en vue de promouvoir l’état de droit, les droits de l’homme et la démocratie. Il répond à nos questions sur les relations magyaro-ukrainiennes, sur l’extension de l’UE dans les Balkans occidentaux, et sur le double discours de l’Europe de l’ouest. 

– L’une des priorités de la présidence hongroise du Conseil de l’Europe sera de faire avancer la défense des minorité nationales. Concrètement, à quelle sorte de soutien les hongrois du Bassin des Carpates vivant au-delà de nos frontières actuelles, par exemple, peuvent-ils s’attendre ?" La suite sur magyarnemzet.hu

Européen de la semaine - Hongrie: Gergely Karacsony, potentiel challenger de l'opposition contre Viktor Orban

"Maire écologiste de Budapest, Gergely Karacsony a annoncé le 15 mai sa candidature à l’élection primaire qui doit désigner le candidat unique de l’opposition pour les législatives de 2022. S'il remporte les primaires en septembre, il deviendra le leader de l'opposition face au Premier ministre Viktor Orban.

C’est depuis le village de son d’enfance dans le nord-est de la Hongrie, que Gergely Karacsony a décidé d’annoncer sa candidature aux élections législatives de 2022. Même si cet écologiste à la tête de la capitale a longtemps affirmé qu’il n’avait pas l’ambition de devenir Premier ministre, sa candidature n’a pas surpris grand monde, comme l’explique Roman Krakovsky, spécialiste de l’Europe centrale. 

« Sa candidature aux élections arrive presque comme une conclusion logique », dit Roman Krakovsky. « Je pense que ce qui a le plus joué, c’était le Covid-19 et les conflits avec le gouvernement qui se sont accentués. Le gouvernement a attribué un certain nombre de mesures qui a réduit de manière drastique le budget de la ville. Ils ont mis les villes comme Budapest dans une situation de quasi-impossibilité d’assurer des services de base comme les transports publics. Je pense que c’est cette impasse qui a modifié sa position de base », ajoute-t-il." La suite sur rfi.fr

Qui est Gergely Karácsony, le maire de Budapest qui veut défier Viktor Orbán en 2022 ?

"Un an et demi après être devenu maire de Budapest, l'écologiste Gergely Karácsony s'est officiellement lancé dans la course des élections législatives hongroises de 2022. Il devra d'abord remporter les primaires de l'opposition, avant de pouvoir espérer affronter Viktor Orbán l'an prochain . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

samedi 22 mai 2021

Katalin Karikó, la chercheuse hongroise derrière la technologie de l'ARN messager

"C'est elle qui est à l'origine de la technologie des ARN messagers, utilisée dans les vaccins contre le Covid-19 de Pfizer-BioNtech et Moderna. La biochimiste Katalin Karikó a reçu le titre de citoyenne d'honneur de la ville de Szeged, en Hongrie, où elle était étudiante.

Née à Szolnok, en 1955, Katalin Karikó a fui la Hongrie dans les années 1980, car les moyens étaient trop limités dans les laboratoires de l'ex-URSS. En 1985, elle obtient un poste à Temple University, à Philadelphie. Même si le transfert de devises est interdit à l'époque en Union soviétique, elle vend la voiture familiale et réussi à quitter de son pays avec son mari et sa fille. "C’était un aller simple. Nous ne connaissions personne", racontait-elle dans une interview donnée à Business Insider." La suite sur euronews.com

Sir Georg Solti au festival de Salzbourg, ce dimanche 23 mai à 21h sur Radio Classique

"Retrouvez le chef Sir Georg Solti au prestigieux Festival de Salzbourg dans Mahler, Liszt, Berlioz et Mozart, ce dimanche sur Radio Classique à 21 heures.
Cette soirée est l’occasion d’entendre Solti comme chef et comme pianiste, accompagné d’Andras Schiff et de Daniel Barenboim." La suite sur radioclassique.fr

Agnès Keleti, reine de la gymnastique et doyenne des champions olympiques

"PORTRAIT - Elle s'appelle Agnès Keleti, elle est hongroise, et a raflé 10 médailles en gymnastique dans les années 50. "L'Équipe Magazine" l'a rencontrée.

Le regard pétille toujours derrière la frange grise... Elle est taquine. Elle dit au journaliste. "Vous avez les cheveux longs derrière votre masque. Vous êtes un homme ou une femme ?".
- Un homme, répond Bernard Lyons en baissant son masque une seconde.
- J'aime les hommes. Mais ça dépend lesquels. Vous avez quel âge ?
- 50 ans.
- Ah. Moi, j'ai 100 ans...". Et elle rit." La suite sur rtl.fr 

Nouveau plus haut depuis août 2020 pour le forint hongrois face à l’euro

"(AOF) - Le forint hongrois a inscrit vendredi un nouveau plus haut de 9 mois à 348,28 forints pour un euro. La Banque centrale de Hongrie (MNB) pourrait être la première de l’Union européenne à relever ses taux directeurs, dès le mois de juin, pour contenir l’accélération de l’inflation, qui a atteint 5,1% en avril sur un an, après 3,7% en mars, dans un contexte de solide reprise économique. L’économie hongroise pourrait rebondir d’environ 6% cette année. C’est ce qu’a expliqué lundi Barnabas Virag, le vice-gouverneur de la MNB." Source : capital.fr

Une Hongroise atteinte du Covid découvre en sortant du coma qu'elle a accouché

 "Sa fille est née par césarienne le jour où elle a été transférée en soins intensifs.

Un cas «fascinant» selon les médecins. Une femme originaire de Hongrie a appris qu'elle avait donné naissance à sa fille plus d'un mois après, en sortant du coma artificiel dans lequel elle avait été placée après avoir attrapé le Covid-19. Szilvia Bedo-Nagy était enceinte de trente-cinq semaines quand elle a été testée positive au virus, fin 2020. Elle s'est isolée chez elle, mais son état s'est rapidement aggravé et elle a été envoyée en urgence à l'hôpital.

«Je ne pouvais pas respirer», raconte Szilvia Bedo-Nagy à Radio Free Europe depuis son domicile, dans la ville de Hatvan. La future maman avait en effet contracté une pneumonie. Sa fille Napsugar, qui signifie «soleil» en hongrois, est née par césarienne le jour où sa mère a été admise dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital de Budapest. Szilvia Bedo-Nagy a ensuite été placée sous ventilateur, puis sous «poumon artificiel», avant d'être plongée dans un coma artificiel pendant quarante jours, rapporte un article du New York Post." La suite sur slate.fr

La Hongrie, électron libre de l’Union européenne

"La Hongrie ne souhaite pas participer à la nouvelle procédure d'achats de vaccins en commun au sein de l'Union européenne. Une position à rebours qui n'est pas une première.

Le gouvernement de Viktor Orban ne s’associera pas au nouveau contrat d’achat de vaccins signé par Bruxelles avec Pfizer/BioNTech. La Hongrie estime avoir suffisamment de doses en réserve. Une nouvelle fois, Budapest fait cavalier seul en Europe.

C’est un marqueur de la politique hongroise, n’être d’accord avec l’Europe sur presque rien. Le dossier des vaccins en donne un nouvel exemple. Le gouvernement Orban assure avoir administré au moins une dose à 5 millions de patients, soit la moitié de sa population. Les autorités hongroises affirment être en mesure de vacciner à nouveau l’ensemble du pays à l’automne prochain. Dès l’apparition des vaccins, la Hongrie qui enregistre un fort taux de mortalité liée au Covid, avait passé commande de Spoutnik V russe et de Sinopharm chinois. Aujourd’hui Budapest joue à nouveau les électrons libres." La suite sur francetvinfo.fr

vendredi 21 mai 2021

Disparition de l'ancien arbitre Sandor Puhl

"Un grand nom de l'arbitrage s'en est allé.

La fédération hongroise de football a annoncé ce jeudi le décès de Sandor Puhl, légendaire arbitre des années 1990, à l'âge de 65 ans. Il était notamment au sifflet lors de la finale de la Coupe du monde 1994 (victoire aux tirs au but du Brésil face à l'Italie), lors de la finale de la Ligue des champions 1997 (gagnée par le Borussia Dortmund 3-1 face à la Juventus) ou encore lors du mythique quart de C3 1993 remporté par le PSG face au Real Madrid (4-1), le soir où Antoine « casque d'or » Kombouaré avait frappé. Le Hongrois avait été élu quatre fois de suite meilleur arbitre de l'année par l'IFFHS, de 1994 à 1997. Il était depuis devenu vice-président de la commission des arbitres de la fédération hongroise de football."

Source : sofoot.com

Pfizer/BioNTech: la Hongrie, seul pays hors du nouveau contrat de l’UE

"La Hongrie, s’estimant suffisamment armée face au Covid-19 grâce aux vaccins russe et chinois, ne va pas s’associer au nouveau contrat conclu par Bruxelles avec Pfizer/BioNTech, se démarquant une nouvelle fois de ses partenaires européens.

« Nous ne souhaitons pas participer à la nouvelle procédure européenne d’achat de vaccins en commun », a déclaré jeudi (20 mai) lors d’un point presse hebdomadaire Gergely Gulyas, le chef du bureau du Premier ministre souverainiste Viktor Orban.

Il a expliqué que le pays, qui a déjà administré au moins une dose à la moitié de sa population de 9,8 millions d’habitants, disposait d’assez de réserves." La suite sur euractiv.fr

Hongrie. La loi sur les ONG est enfin abrogée mais une nouvelle menace apparaît

"Mardi 18 mai, le Parlement hongrois a abrogé la loi sur les ONG de 2017, qui stigmatisait la société civile et faisait obstacle à son travail en Hongrie. Cependant, il a adopté dans le même temps de nouvelles mesures qui menacent le travail des ONG. En réaction à cette initiative, Dávid Vig, directeur d’Amnesty International Hongrie, a déclaré :  

« Aujourd’hui, c’est un grand jour car nous avons prouvé que nous pouvons changer les choses en faisant preuve de résilience et de persévérance. Nous avons lutté contre les campagnes de dénigrement pendant des années aux côtés d’autres ONG en Hongrie, et nous assistons enfin au retrait de cette loi qui n’aurait jamais dû être adoptée.

Ce retrait arrive plus de 10 mois après que la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a statué que la loi hongroise sur les ONG était contraire à la législation européenne sur la libre circulation des capitaux ainsi que sur le droit fondamental européen au respect de la vie privée, à la protection des données et à la liberté d’association." La suite sur amnesty.fr

La Hongrie dit vouloir bloquer l'accord commercial Post-Cotonou

"BUDAPEST/BRUXELLES (Reuters) - Budapest s'oppose au nouvel accord de commerce et de développement entre l'Union européenne, les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, estimant qu'il pourrait constituer un appel d'air pour les migrants, a déclaré jeudi le ministre des Affaires étrangères hongrois.

Un refus de la Hongrie de ratifier ce texte, destiné à succéder au traité signé en 2000 dans la capitale béninoise, mettrait en péril le nouvel accord entre l'UE et l'Organisation des Etats d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) qui a été conclu après des années de négociations.

Alors que l'Accord de Cotonou expire cette année, le nouveau traité, baptisé "Post-Cotonou", intègre de nouvelles dispositions en matière de protection de l'environnement, de droits de l'homme et de migrations. Il comprend en particulier des dispositifs spécifiques permettant de renvoyer des migrants, y compris des demandeurs d'asile, dans leur pays d'origine." La suite sur news.yahoo.com

Diplomatie - La Hongrie, cheval de Troie de Poutine en Europe

"Cultivant une importante proximité avec le Kremlin, le gouvernement Fidesz de Viktor Orbán sert résolument les intérêts de la Russie qu’ils soient nucléaires, politiques ou économiques dénonce l’hebdomadaire magyar de référence HVG.

Vladimir Poutine passe une tête sous le territoire magyar. Voilà comment le magazine libéral HVG illustre, en couverture de son édition du 20 mai, le renforcement des positions du Kremlin en Hongrie ces dernières années. “La Hongrie est devenue une base d’agents russes. Moscou veut affaiblir les institutions européennes et euro-atlantiques jugées dangereuses et trop puissantes. Et en cela, la Russie a trouvé en Orbán [le Premier ministre, au pouvoir depuis 2010] un partenaire”, observe l’hebdomadaire de référence." La suite sur courrierinternational.com 

jeudi 20 mai 2021

Eurostat – Inflation : la Hongrie en tête et la Grèce rame encore !

"L’Eurostat a publié, le 19 mai 2021, les données relatives aux différents taux d’inflation dans la zone euro ainsi que dans l’Union européenne (UE).

D’après Eurostat, le taux d’inflation annuel a atteint 1,6% en avril 2021 dans la zone euro. Il était de 1,3% en mars. Ceci démontre une hausse de 0,3% en un mois.

Eurostat a également précisé que le taux d’inflation annuel dans la zone euro avait atteint, en avril 2020, 0,3%. Il enregistre ainsi une hausse de 1,3% en 12 mois." La suite sur leconomistemaghrebin.com

Les Européens appellent Israéliens et Palestiniens à un cessez-le-feu, pas la Hongrie

"Alliée inconditionnelle d'Israël, la Hongrie de Viktor Orbán a bloqué une déclaration commune de l'Union européenne appelant à la désescalade dans le conflit israélo-palestinien . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Football - Bundesliga - RB Leipzig : La pépite Szoboszlai prolonge jusqu'en 2026

"Le Hongrois Dominik Szoboszlai, qui est arrivé cet hiver au RB Leipzig, a déjà été récompensé d'une prolongation d'un an au sein du club de la Saxe.

À peine cinq mois passés dans le club de Leipzig et déjà une prolongation pour Dominik Szoboszlai. En effet, ce dernier vient de prolonger d'un an son contrat avec le Rasenball Sport Leipzig, il est désormais lié jusqu’en 2026 avec le club allemand. Le Hongrois, fraîchement débarqué cet hiver du Red Bull Salzbourg, club satellite de la filière Red Bull, n'a pourtant pas joué une minute avec la formation de la Saxe depuis son arrivée." La suite sur beinsports.com 

ENTRETIEN. Kiril Lazarov (HBCN): « Nantes peut sortir Veszprem » en Ligue des Champions de handball

"Handball, ligue des Champions, quart de finale retour en Hongrie, ce jeudi soir 20 mai 2021 à 18 h 45 : le HBC Nantes affronte Veszprem. Ex-joueur de l’équipe hongroise, Kiril Lazarov, 41 ans, connaît la pression qui pèse sur les joueurs hongrois. Il considère pour sa part que c’est un atout en faveur des Nantais.

Vous êtes devenu sélectionneur de la Macédoine du Nord, pourquoi ce choix ?
« Lors du Mondial en Égypte, on n’était pas bien et on a perdu beaucoup de matches alors la fédération a décidé de changer le sélectionneur mais elle n’avait pas de solution et comme elle savait que je me préparai pour être entraîneur et que je connais bien les joueurs, la situation, j’ai écouté leur proposition. J’en ai parlé avec le président du HBC Nantes Gaël Pelletier et il m’a donné la permission alors j’ai accepté de prendre la sélection. » 

Comment avez-vous appréhendé cette fonction ?
La suite sur ouest-france.fr (article payant)

L’ancien champion ERC Kopecky fait l’éloge des pilotes hongrois après une grosse bataille

"L’ancien champion d’Europe Jan Kopecký a déclaré que sa victoire dans la deuxième manche du championnat hongrois, pour deux secondes, le week-end dernier avait nécessité de prendre des « risques » et n’avait « pas été facile » face à une forte opposition locale.

Copiloté par Jan Hloušek, Kopecký a battu le champion national en titre, András Hadik, sur le Ózd Eger Rallye au volant de sa Škoda Fabia Rally2 Evo du Topp-Cars Rally Team, au terme d’un final palpitant." La suite sur eurospsort.fr

mercredi 19 mai 2021

Budapest: Mozart, remontant idéal - pour le moral… - face à la pandémie. (Concert en ligne)

Par Pierre Waline

"Paradoxalement, depuis la fermeture des salles de concert, peut-être jamais l´offre n´aura été si riche en matière de musique. Retransmis sans public sur les réseaux, certes, mais d´autant plus accessibles, car suivis de chez soi, et se succédant quasi quotidiennement. C´est ainsi que, pour commémorer les 140 ans de la naissance de Béla Bartók se tiennent ces jours-ci en Hongrie des „semaines internationales d´Art” sous le titre de „Printemps Bartók” (Bartók Tavasz). Virtuelles, donc, mais offrant à l´internaute un programme riche et varié. Dont une soirée consacrée à Mozart (retransmise depuis le palais des Arts-Müpa). Au programme: la 33ème symphonie K319, la 9ème concerto K271, dit „Jeunehomme” et la Messe en ut, K427. Les interprètes: l´orchestre Orfeo et le choeur Purcell placés sous la baguette de leur fondateur et chef permanent György Vashegyi. En solistes: Mihály Berecz dans le concerto, Sabine Devieilhe, Katalin Szutrély, Zoltán Meggyesi et Loránt Najbauer dans la Messe en ut. Tous hongrois, à l´exception de la soprane française Sabine Devieilhe. Et tous déjà bien connus (et appréciés).

La symphonie en si bémol K 319 fut composée à Salzbourg en juillet 1779 (Mozart avait alors 23 ans). Écrite à l´origine en trois mouvements pour un ensemble réduit, Mozart y ajouta par la suite le menuet et le trio pour en confier le manuscrit en 1785 - en même temps que celui de la symphonie Haffner - à la maison Artaria. (L´une des rares à avoir été imprimées de son vivant). Composée lors de la dernière période salzbourgeoise du compositeur, l´oeuvre est empreinte d´une atmosphère radieuse („Décontractée, mais non frivole”, B. Massin). Certains déclarent y reconnaître un thème que l´on retrouvera dans la symphonie Jupiter. D´autres, faisant preuve d´imagination (Sainte Foix) y voyant du Schubert avant l´heure, voire, dans le finale, un „tremplin” qui inspirera Beethoven dans sa 8ème symphonie (Einstein). Peu importe. Ce que nous en retiendrons est son côté particulièrement soigné et, encore une fois, son climat serein qui préfigure la proche libération des contraintes salzbourgeoises. Elle est surtout connue pour son brillant finale (allegro assai)." La suite sur francianyelv.hu

Le forint hongrois au plus haut depuis 9 mois face à l’euro, hausse des taux en vue

"Le forint hongrois a poursuivi sa hausse mardi face à l’euro, le conduisant à inscrire durant la matinée un plus haut de 9 mois à 349,79 forints pour un euro. La Banque centrale de Hongrie (MNB) pourrait être la première de l’Union européenne à relever ses taux directeurs pour contenir l’accélération de l’inflation (qui a atteint 5,1% en avril en rythme annuel), dans un contexte de solide reprise économique. C’est ce qu’a expliqué lundi Barnabas Virag, le vice-gouverneur de la MNB, pour qui une hausse des taux mérite d’être évaluée dès le mois de juin." Source : capital.fr

ATENOR : Cession du 6ème et dernier immeuble de Vaci Greens Budapest

"Suite à l'accord sur la vente du 6ème et dernier immeuble du projet VACI GREENS à un fonds immobilier privé hongrois en décembre 2020, ATENOR annonce la passation des actes et la vente définitive de l'immeuble VACI GREENS F.

Livré mi-2020, le 6ème et dernier bâtiment du projet (VACI GREENS Building F) est loué à 73% à des locataires de renom tels que NN Assurance, Sanofi et Intrum Justitia, l'une des plus grandes sociétés internationales de gestion et de recouvrement de créances.

De par sa taille et sa qualité, le campus VACI GREENS est l'un des plus grands projets de bureaux à Budapest. C'est également le premier projet de la capitale hongroise à avoir obtenu la certification BREEAM «Excellent» en 2011." La suite sur zonebourse.com

Les craintes sur l'inflation poussent les taux européens toujours plus haut

"Alors que le mouvement haussier se calme aux Etats-Unis, la flambée des rendements obligataires se poursuit en Europe. Le taux italien à 10 ans a doublé en trois mois et celui de l'Allemagne pourrait bientôt repasser en territoire positif. Les marchés se comportent comme s'ils voulaient tester la Banque centrale européenne.

Rien ne semble pouvoir éteindre la flambée des taux européens. Le rendement des obligations d'Etat italiennes à 10 ans a touché 1,13 % ce lundi, son plus haut niveau depuis septembre. Il a ainsi doublé en moins de trois mois. Du côté de la France, le taux à 10 ans, qui évoluait encore en territoire négatif il y a un mois, a dépassé 0,30 %. Et son équivalent allemand n'est plus qu'à 12 points de base du retour en territoire positif. La palme revient toutefois à la Hongrie, en dehors de la zone euro, dont le taux de référence a bondi de plus de 40 points de base en une semaine, pour atteindre 3,15 %.

Au début de l'année, les hausses violentes des rendements européens avaient été très largement attribuées à un effet de contagion, venu des Etats-Unis. Face à la crainte d'une surchauffe de l'économie américaine sous les effets combinés de la reprise économique et des plans de soutien massif mis en place par l'administration Biden, les rendements des Treasuries avaient atteint leurs niveaux d'avant-Covid. Entraînant dans leurs sillages ceux des obligations souveraines européennes." La suite sur lesechos.fr (article payant)

Le Portugal va engager une procédure contre la Pologne et la Hongrie pour violation des valeurs européennes

"Le ministre portugais des Affaires étrangères a réaffirmé lundi (17 mai) l’intention de la présidence portugaise du Conseil de l’UE de poursuivre les procédures engagées contre la Pologne et la Hongrie pour des violations présumées des valeurs européennes.

Soulignant que « l’État de droit est l’un des thèmes fondamentaux du programme de la présidence portugaise du Conseil de l’Union européenne », Augusto Santos Silva a assuré que le Portugal poursuivra les procédures en cours contre la Pologne et la Hongrie pour violations présumées des valeurs européennes.

« Nous avons assuré le suivi du travail conjoint, qui a consisté à analyser en profondeur la deuxième série de cinq États membres en fonction de leur situation respective en matière d’État de droit. Le Conseil Affaires générales a fait cette évaluation en avril dernier, et nous allons également faire avancer les processus en cours au titre de l’article 7 », a déclaré M. Santos Silva, lors de l’ouverture de la conférence de haut niveau sur « L’État de droit en Europe », organisée par la présidence portugaise et qui se déroule à Coimbra." La suite sur euractiv.fr

UE: la Hongrie rejette toute "déclaration partiale" vis-à-vis d'Israël

"La Hongrie, qui a refusé mardi d'apporter son soutien à une déclaration de l'Union européenne appelant à un cessez-le-feu entre Israël et les Palestiniens, a fustigé ce type de positions, les jugeant "partiales et déséquilibrées".

"J'ai un problème général avec les déclarations européennes sur Israël (...) Elles ne sont pas d'une grande aide, en particulier dans les circonstances actuelles, quand les tensions sont si fortes", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto, dans une interview accordée à l'AFP en marge d'un déplacement à Paris. Il s'exprimait alors que ses homologues se réunissaient en urgence sous l'égide du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. Ce dernier a appelé à l'issue de la rencontre à "un arrêt immédiat de toutes les violences" dans le conflit israélo-palestinien." La suite sur lorientlejour.com

mardi 18 mai 2021

Hongrie - Le maire écologiste de Budapest se lance dans la course pour défier Orbán en 2022

"Gergely Karácsony s’est déclaré samedi 15 mai, depuis son village d’enfance du nord-est magyar, candidat à la primaire de l’opposition qui déterminera l’adversaire du Premier ministre, Viktor Orbán, lors des législatives d’avril 2022. La presse hongroise se divise autour du programme et du profil de l’édile Vert de la capitale.

Maire écologiste de Budapest depuis octobre 2019 grâce au soutien d’une coalition hétéroclite allant des socialistes à l’extrême droite recentrée, Gergely Karácsony s’est déclaré, samedi 15 mai, candidat à la primaire de l’opposition qui déterminera l’adversaire du Premier ministre, Viktor Orbán, aux législatives d’avril 2022. Pour espérer défier le Premier ministre, Karácsony devra vaincre quatre concurrents dans le cadre des deux tours prévus du 18 au 26 septembre et du 4 au 10 octobre. En l’occurrence, Péter Jakab du Jobbik dédiabolisé, le conservateur modéré Péter Márki-Zay, le libéral András Fekete-Gyor ainsi que l’eurodéputée Klára Dobrev, épouse de l’ex-dirigeant magyar Ferenc Gyurcsány.

Outre sa volonté de “réunir la Hongrie”, pour laquelle il souhaite “un futur vert”, Karácsony lance un mouvement politique baptisé “99”, dont l’objectif est de représenter les intérêts de 99 % de la population contre ceux des plus riches, qui ne représentent que 1 %, relate Index. “Karácsony essaie de fédérer, de la gauche aux conservateurs. Il ne veut pas une revanche, mais une réparation. Les élections du printemps 2022 sont peut-être la dernière chance d’arrêter la révolution de droite et de faire revenir la Hongrie au sein de l’Europe démocratique”, commente le quotidien Népszava." La suite sur courrierinternational.com (article payant)

Le gouvernement hongrois prêt à dilapider les logements sociaux des municipalités

"Une proposition de loi déposée par le parti au pouvoir prévoit de permettre aux locataires d'acquérir leur logement social à un prix très inférieur à celui du marché . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

IVG : De plus en plus de Hongroises choisissent d’aller à Vienne

"La Hongrie, où le fait religieux a peu d’emprise sur la société et où l’avortement est légal depuis 1992, pourrait presque faire figure de pays où l’accès à l’IVG ne pose pas de problème. Sauf qu’il implique deux rendez-vous obligatoires avec une puéricultrice et l’avortement médicamenteux n’est pas autorisé. De quoi pousser annuellement des centaines de Hongroises à avorter à Vienne . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Comment l’Europe peut protéger les médias indépendants en Hongrie et en Pologne

 "Adam Bodnar est le Médiateur de la République de Pologne. John Morijn est commissaire à l’Institut néerlandais des droits de l’homme

La liberté des médias est fondamentale pour la démocratie – et les gouvernements les moins démocratiques d’Europe le savent. En Pologne et en Hongrie, les partis au pouvoir ont coopté les chaînes publiques et racheté de manière agressive les chaînes de médias privées. La diversité des opinions a pratiquement disparu et les quelques points de vente indépendants restants ne tiennent qu’à un fil.

Pendant ce temps, l’Union européenne ne fait pas grand-chose pour aider. Alors que les institutions européennes se disputaient les inquiétudes croissantes, les gouvernements de Varsovie et de Budapest ont appris à contrôler leurs éditeurs et diffuseurs locaux avec une formule simple et efficace: financer vos amis et faire taire vos ennemis." La suite sur europe-infos.fr

Handball - LDC (F) – Final 4 Le public autorisé à venir à Budapest

"L’EHF vient d’annoncer un accord avec la fédération hongroise de handball pour le Final 4 de Ligue des Champions. La présence d’un public est actée pour une jauge de 50% et quelques circonstances.

La Papp László Budapest Sportaréna ne sonnera pas creux cette année. L’EHF et la fédération hongroise de handball (FHH) ont convenu des modalités pour permettre la présence de spectateurs pour la Final Four de la Ligue des Champions Féminine. Planifié le week-end du 29 et 30 mai, l’évènement profite des récentes décisions du gouvernement hongrois. Ce dernier a levé les restrictions sur les évènements sportifs et a autorisé les spectateurs à se déplacer sous certaines conditions. Profitant de ces éléments la fédération européenne de handball et la FFH ont donc autorisé ce lundi les spectateurs à hauteur de 50% de la capacité de la salle budapestoise. Ainsi, les supporters pourront acheter des billets s’ils sont éligibles à ces conditions :
  • Être en possession d’un certificat d’immunité délivré par les autorités sanitaires hongroises et pour toutes les tranches d’âge.
  • Pour les fans de l’extérieur de la Hongrie, ils ne peuvent y assister que s’ils sont en possession d’un certificat d’immunité délivré par un pays avec lequel la Hongrie a un accord bilatéral pour l’acceptation d’un tel certificat. Au 17 mai 2021, ces pays sont Bahreïn, la Croatie, la République tchèque, la Macédoine du Nord, le Monténégro, la Roumanie, la Serbie et la Slovénie." La suite sur handnews.fr

La Hongrie pourrait être le premier pays de l'UE à relever ses taux d'intérêt depuis la pandémie

"BUDAPEST (Reuters) - La Banque nationale de Hongrie a évoqué la possibilité d'un relèvement de son taux directeur en juin pour contenir l'inflation alors que l'économie se remet de l'impact de la pandémie de COVID-19, ce qui ferait de la Hongrie le premier pays de l'Union européenne à entamer un resserrement de sa politique monétaire.

Barnabas Virag, le vice-gouverneur de la banque centrale, a annoncé lundi que la politique monétaire entrerait dans une nouvelle phase à partir de juin, avec la redémarrage complet de l'économie, et que l'institution ajusterait ses taux à court terme de façon proactive pour faire face aux risques croissants d'inflation." La suite sur latribune.fr

Comment Agota Kristof a lutté toute sa vie pour écrire en français, cette « langue ennemie »

 Agota Kristof en 1991. (ANDERSEN ULF/SIPA)

"Réfugiée en Suisse à partir de 1956, la romancière avait tué sa langue maternelle : le hongrois. Dans « l’Analphabète », elle raconte son émigration dans une langue étrangère.

Evidemment qu’elle n’était pas analphabète. Elle savait lire dès l’âge de 4 ans. Mais il lui semblait l’être devenue deux décennies plus tard. A cette jeune Hongroise exilée à Neuchâtel, en Suisse, la langue française résistait, se refusait. Longtemps après, elle la considérait encore comme « une langue ennemie », non seulement parce qu’elle n’arrivait pas à la parler sans fautes ni l’écrire sans l’aide de dictionnaires, mais aussi parce qu’elle avait tué sa langue maternelle, paysagère et si phonétique : le hongrois. C’est pourtant dans ce français inhospitalier, qu’elle a lutté toute sa vie pour « conquérir », qu’Agota Kristof (1935-2011) a composé son œuvre, dont « l’Analphabète » (12 euros), réédité par les excellentes éditions genevoises Zoé." La suite sur nouvelobs.com

lundi 17 mai 2021

Mészöly 100


" Interview avec Dávid Szolláth, auteur d’une toute récente monographie sur Miklós Mészöly et extrait d’une nouvelle inédite en français de cette figure incontournable de la prose hongroise.

« Son style, ses procédés narratifs sont les fruits de sa confrontation avec la tradition épique hongroise, qui se distingue par les digressions, la verbosité, l’abondance de détails », note Beáta Thomka[1], analysant les raisons de cette « tendance à compresser, à concentrer » caractéristique de Mészöly. Que pensez-vous de l’intéressante interprétation de Péter Nádas suggérant que « cette quête de concision [serait] une particularité stylistique propre à la génération de la guerre » [2]?

« Les gens revenaient muets du champ de bataille »[3] ; c’est ainsi que Walter Benjamin évoque l’atmosphère qui régnait au lendemain de la Grande Guerre. Or, le climat était similaire après 1945. Tout ce que les survivants avaient appris avant la guerre, tout ce en quoi ils croyaient avait soudainement perdu toute validité. Et la langue n’était pas encore à même d’exprimer la destruction, les mots manquaient.

Je soupçonne que pour Mészöly (et bien des membres de sa génération), la guerre ait entraîné une sorte de remise à zéro culturelle. Ainsi, le théâtre de l’absurde des années d’après-guerre à Paris peut être perçu comme une mise en scène de l’invalidation tragi-comique de la langue et des modèles culturels. En témoignent, par exemple, la leçon d’anglais de Ionesco dans La Cantatrice chauve ou la logorrhée du monologue de Lucky dans En attendant Godot. À partir de ce néant, de ces ruines, il fallait construire un nouveau langage artistique. C’est peut-être ce qui explique que, face à Mészöly, nous identifions avant tout des liens définitivement rompus, il ne poursuit pas la tradition ; en revanche, il est à l’origine de nombreux liens nouveaux qui le relient aux générations suivantes de prosateurs hongrois. La conception de l’absurde selon Kafka, Camus, Beckett et Ionesco a été la principale source d’inspiration de l’après-guerre. Dans mon livre[4], j’examine ses premières œuvres de théâtre et de prose à la lumière de ce contexte littéraire international." La suite sur litteraturehongroise.fr

[1] Beáta Thomka, Mészöly Miklós, Kalligram, 1995
[2] Privát Mészöly, [Mészöly intime] Film documentaire de Péter Gerőcs et Asia Dér, 2011
[3] Benjamin, Walter, Expérience et pauvreté, trad. : Pierre Rusch, in : Benjamin, Œuvres II. Gallimard, Folio Essais, Paris, 2000. 365.
[4] Szolláth Dávid : Mészöly Miklós, Jelenkor, 2020

 

Europe: alerte aux fraudes sur le plan de relance

"La manne de 750 milliards d’euros attise les convoitises de gouvernements népotistes et de mafias.

Une douzaine d’eurodéputés ont écrit le 26 avril à Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. Ils s’inquiètent de voir 20 % des fonds destinés à la Hongrie dans le cadre du plan de relance européen post-Covid «disparaître dans des structures de financement opaques exemptes de contrôle budgétaire et dont l’objectif est de détruire davantage la liberté d’enseignement et l’autonomie institutionnelle en Hongrie».

Le lendemain, le Parlement du pays votait une loi plaçant les universités sous l’égide de fondations contrôlées par l’entourage du premier ministre Viktor Orban. Celui-ci prévoit d’allouer 2,8 milliards d’euros de l’enveloppe d’aide de l’UE à la «modernisation» de l’enseignement supérieur. «Les proches, les amis, la famille d’Orban s’enrichissent avec les fonds de l’Union européenne. Et la Commission ferme les yeux», déplore l’eurodéputé vert allemand Daniel Freund, l’un des signataires de la lettre." La suite sur lefigaro.fr (article payant)

Volley Euro (F) Les Bleues renversent la Hongrie

"Déjà qualifiées pour l'Euro (18 août - 4 septembre) depuis vendredi, les Françaises ont bouclé leur campagne par un succès de prestige à Budapest, dimanche (3-2).

Un prêté pour un rendu. Battues la semaine dernière à Belfort au tie-break par la Hongrie lors du premier tournoi de qualification pour le prochain Championnat d'Europe, les Bleues ont renvoyé l'ascenseur à leurs adversaires magyares, en s'imposant dimanche à Budapest au terme d'un match assez fou (25-23, 21-25, 30-32, 25-19, 15-11) devant 400 spectateurs environ." La suite sur lequipe.fr

dimanche 16 mai 2021

Élections hongroises de 2022 : le maire de Budapest candidat au poste de premier ministre

"Gergely Karácsony a annoncé, ce samedi matin, sa participation à l’élection primaire qui doit désigner le candidat unique de l’opposition qui défiera le Fidesz de Viktor Orbán en 2022.

C’est depuis le village où il est né et a passé son enfance, Nyírtass, dans le Szabolcs-Szatmár-Bereg, que le maire de Budapest a fait acte de candidature aux élections législatives prévues en avril 2022.

Celui qui dirige la municipalité de Budapest depuis l’automne 2019 a longtemps affirmé qu’il n’avait pas d’ambition nationale autre que servir la capitale, mais les difficultés de gouverner sa ville en raison de la pandémie et des conflits permanents avec le gouvernement Fidesz l’ont conduit à revoir sa position." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Handball - Györ et ses Françaises remportent la Coupe de Hongrie

"Béatrice Edwige, Laura Glauser, Amandine Leynaud et Estelle Nze Minko ont remporté la Coupe de Hongrie samedi face à Ferencvaros (29-25).

Il y a dix jours, le géant hongrois de Györ s'offrait une petite crise avec une défaite face à Ferencvaros en Championnat (22-31), un coach viré et le rappel d'Ambros Martin, ex et futur entraîneur du club." La suite sur lequipe.fr

Photos - Cyclisme : les trente ans de vélo de Laszlo Bodrogi, le premier Hongrois du cyclisme international

"Actuellement, Attila Valter (Groupama FDJ) est le maillot rose du Tour d'Italie. L'occasion de mettre un coup de projecteur sur le cyclisme hongrois dont le représentant le plus connu est Laszlo Bodrogi qui a découvert le vélo à l'AC Bisontine il y a plus de trente ans." Photos sur estrepublicain.fr

samedi 15 mai 2021

Controverse - Euro 2021 : est-il raisonnable de remplir les stades ?

"Exception parmi les autres pays hôtes de la compétition, la Hongrie a annoncé une jauge de 100 % de spectateurs pour les quatre rencontres programmées à Budapest. Une décision qui divise la presse.

OUI
Nous renouons avec nos passions

– Nemzeti Sport, Budapest (extraits)

En cette soirée de l’automne 2020, je rentrais chez moi contrarié par la pluie et le 4-1 infligé par la Juventus au Ferencváros en match de poule de Ligue des champions. Au lieu de râler, j’aurais dû savourer cette expérience, qui resterait la dernière de ce genre avant longtemps. Une semaine plus tard, le 11 novembre, les restrictions sanitaires entraient en application, et le monde se figeait. Le lendemain, la Hongrie se qualifiait pour l’Euro face à l’Islande devant des tribunes désertes alors que la rencontre se serait déroulée à guichets fermés [en temps normal]. La pandémie a tué l’enthousiasme que nous procure le sport. Mon métier m’a permis d’assister à quelques rencontres, mais la bulle sanitaire m’isolait de ceux avec qui j’aurais festoyé ou pleuré après un match.

Après six mois de marasme, la lumière se profile au bout du tunnel. Grâce aux quatre millions de vaccinés, la Hongrie rouvre ses théâtres, ses cirques, ses salles de gym, ses patinoires, ses zoos, ses bains, ses piscines et ses espaces de jeux [pour enfants]. Les spectacles de danse et les concerts sont de nouveau accessibles aux spectateurs [munis d’un certificat d’immunité]. Mais surtout, les événements sportifs ! Mes enfants ont passé depuis belle lurette l’âge des espaces de jeux. Personne n’est jamais trop grand pour le sport. Le commun des mortels ne peut décemment être dépossédé de ses passions, auxquelles il s’accroche même dans les situations les plus intenables et les plus désespérantes. Voilà pourquoi l’espèce humaine doit récupérer autant que possible ses terrasses, ses bières pression, ses matchs ou ses cirques.

100 % de spectateurs dans la Puskás Aréna

En 1945, le siège de Budapest s’achevait à peine et les armes résonnaient encore lorsque les joueurs des équipes de la capitale retournèrent sur les..." La suite sur courrierinternational.com (article payant)

Volley Qualif Euro (F) La Hongrie qualifie les Bleues pour l'EuroVolley

"Grâce à son succès sur Israël vendredi soir (3-0), la Hongrie a validé son ticket pour la phase finale de l'Euro ainsi que celui de la France, qui avait dominé le Danemark dans l'après-midi.

Le suspense était faible mais encore fallait-il que la Hongrie termine le travail. Dans l'attente après leur succès facile contre le Danemark vendredi après-midi à Budapest (3-0) grâce notamment à un nouveau numéro d'Helena Cazaute, les Bleues finalement privées de Lucile Gicquel (abdominaux) n'ont eu trop à stresser devant la partie qui opposait la sélection magyare à la sélection de l'État hébreu." La suite sur lequipe.fr